Mise au point.

blogbionature

Pas de véritable article aujourd’hui, juste une petite mise au point pour clarifier deux trois trucs qui me tiennent un tout petit peu à cœur quand même.

Si vous avez l’œil un peu affûté, vous aurez remarqué que le header (l’en-tête) du blog vient de changer d’apparence, tout comme le logo (la petite pastille verte) qui s’affiche sur mon profil Instagram ou encore lorsque je commente sur vos blogs.

J’ai en effet reçu hier un court message m’indiquant, je cite (ceci est un copier-coller) :
« La marque « Le blog bio » est dûment enregistrée à l’INPI. En utilisant ce nom pour votre site, vous vous exposée à une violation de droit sur une marque. »

Effectivement, après vérification, je constate que cette personne dont je ne connaissais pas l’existence a bien déposé la marque à l’Inpi en octobre 2018 ; son site internet datant lui de 2017. Elle a par ailleurs créé son entreprise en mai 2019…

Je me permets donc simplement de rappeler ici que je ne remets pas en question la légalité de la demande de cette personne. Ce qui me chagrine c’est la façon de procéder, surtout lorsque l’on vient me dire, je cite toujours : « L’erreur est humaine et une veille d’information demande du temps, personne ne vous dispute ».

Pour que les choses soient bien claires pour tout le monde :

    1. Mon blog a été créé en 2011.
    2. Son titre n’a jamais changé jusqu’à aujourd’hui et a toujours été « Le Blog Bio ».
    3. Son url est passée de blogbionature.wordpress.com à blogbionature.com en 2016 quand j’ai fini par acheter le nom de domaine.
    4. Le précédent header utilisé ici avec le petit oiseau et les mentions « Le Blog Bio, le blog eco-friendly made in Grenoble » datait très précisément du 18 avril 2016.
    5. Le blog de cette personne a vu le jour en 2017 (elle le mentionne explicitement dans sa page « A propos »).
    6. Le dépôt de la marque « Le Blog Bio », date, lui, d’octobre 2018.

En mettant ces quelques dates bout à bout, je ne suis pas tout à faire certaine que la personne ayant mal effectué sa veille ce soit moi.

Pour compléter tout cela, je précise qu’aucun de mes partenaires ne m’a jamais contactée en pensant s’adresser à elle, il n’y a jamais eu de confusion qui aurait pu lui porter préjudice.

Contrairement à cette personne, j’ai fait d’autres choix pour mon blog, et n’ai jamais souhaité en faire mon métier principal (j’en ai déjà deux, merci). Depuis sa création, j’ai présenté des produits que l’on m’a envoyés mais je n’ai, en 8 ans d’activité je le rappelle, accepté d’effectuer qu’un seul billet sponsorisé et inclus qu’un seul code affilié. Ce qui ne veut pas dire que je n’en ferai jamais, simplement que j’ai d’autres priorités.

Je comprends bien que cette autre personne souhaite faire de son site son gagne-pain à temps complet et c’est très bien. Je trouve simplement dommage que l’on se sente obligé de menacer de poursuites quelqu’un dont on a emprunté et déposé le nom sans l’en avertir au moment des faits.
Cela ne me dérange en aucune manière d’ajouter le mot nature au titre du blog car il fait déjà partie de son adresse depuis le tout début, et que cela a toujours été le nom d’utilisateur associé à tous les réseaux sociaux que j’aie pu avoir pour ce blog.

Donc à partir d’aujourd’hui, cet espace sera le Blog Bio & Nature, rien d’autre ne changera, je continuerai à vous présenter mes coups de cœur futiles et mes réflexions parfois plus subtiles avec le même ton, je continuerai à ne pas inclure de lien Amazon dans mes idées cadeaux à Noël même si moi aussi je commande chez eux parfois, personne n’est parfait  que voulez- vous, et je vous promets aussi de ne jamais vous demander d’ajouter un soutien financier à mon blog à votre liste de bonnes résolutions pour la nouvelle année. 😉

Peace.

Un peu de musique !

header_emmaruthrundle

Avant de revenir vous parler cosmétique bio avec 2 produits que j’ai particulièrement appréciés ces derniers temps, course à pied, et probablement voyage, j’ai décidé assez logiquement en ce 21 juin de partager un peu de musique avec vous !

Lors de mes précédents articles à ce sujet, je vous avais proposé de remonter un peu dans le temps afin d’écouter ou ré-écouter deux morceaux de Green Day et Eddie Vedder qui m’avaient accompagnée il y a déjà quelques années de cela et que j’apprécie toujours autant.

Aujourd’hui, je vous invite à découvrir une artiste un peu plus récente et certainement plus confidentielle : Emma Ruth Rundle.
Son dernier album, On Dark Horses, sorti en septembre dernier, est pour moi l’un des deux meilleurs de l’année 2018, juste à côté du fantastique Our Row Heart de Yob.

Je suis capable de parler musique pendant des heures, mais comme à chaque fois que j’évoque le sujet ici, et comme je sais que ça n’est pas vraiment le cœur du blog, je vais me contenter de quelques mots et surtout vous laisser avec du son !

Les morceaux d’Emma Ruth Rundle sont extrêmement personnels et son précédent album, bien que très beau, était truffé de textes carrément déprimants.
Apparemment si sa composition semblait avoir été cathartique pour son autrice, le fait de devoir rejouer les morceaux sur scène soir après soir, avait au contraire renforcé son sentiment de malaise. Du coup, lors de la composition de On Dark Horses, elle a volontairement décidé d’attaquer le problème sous un autre angle et de transformer ses expériences négatives en textes émancipateurs et ouvrant sur de nouvelles possibilités.

Pour moi cette démarche se rapproche de la pratique régulière de la méditation et de la gratitude, et je suis convaincue que l’on peut influencer notre quotidien de manière positive (comme négative) en s’entraînant à focaliser notre attention sur certaines choses plutôt que d’autres. Le but n’étant pas d’ignorer ou d’effacer les difficultés, mais de les remettre à leur juste place pour laisser à tout le reste l’espace nécessaire pour s’exprimer.

Sur cet album donc, elle se concentre sur le fait que les dés ne sont jamais jetés (In the wake of strange beginnings, we can still stand high dans Dark Horse), que les obstacles peuvent être dépassés (l’album dans sa globalité), et qu’il y a même des moments de grâce (We outshine the sun, we outrise the moon dans Light Song), tout en reconnaissant la dualité des choses (Sometimes this place is a prison and sometimes a palace dans Races qui est mon morceau préféré de l’album), et la place que la maladie mentale et l’anxiété peuvent prendre (tout le morceau d’ouverture, Fever Dreams).

Je trouve pour ma part tout ça très inspirant et je crois dur comme fer que les musiciens de cette trempe sont les véritables alchimistes, capables de transformer le plomb en or.

Et je vous laisse donc avec tout l’album pour le week-end ! 😉

Que pensez-vous de la lithothérapie ?

lithotherapie_blogbionature_header

Bonjour, bonjour ! Ça y est l’été touche à sa fin, le blog sort de sa torpeur, et je vais pour ma part pouvoir en profiter pour me reposer un peu et faire quelques travaux chez moi après une saison estivale chargée côté boulot !

On se retrouve donc aujourd’hui avec un petit article un peu différent afin de reprendre en douceur. Et pour cette fois, ça n’est pas vraiment moi qui vais vous donner mon avis car c’est bien le vôtre que je cherche à découvrir aujourd’hui !

Je m’interroge en effet depuis un long moment sur la lithothérapie, cette pratique qui consisterait à prendre soin de soi (therapeia) grâce aux pierres (lithos). Sauf que, vous commencez à me connaître un peu, je suis pour le moins dubitative sur la question !
Tout comme les fleurs de Bach, déjà évoquées sur le blog il y a quelque temps, je suis convaincue que l’effet placebo est un point clé de la lithothérapie et je n’exclus pas du tout que cette pratique puisse avoir un effet réel sur les personnes qui y ont recours, cependant je doute néanmoins fortement qu’il y ait quelque chose de tangible, démontrable, scientifique, à en tirer !

chrystal-3004351_1280

Depuis mon enfance, je m’intéresse aux minéraux, j’apprécie beaucoup lorsque je trouve de jolis spécimens lors de mes balades, je parcours toujours avec plaisir les ailes des muséums qui leur sont dédiées, et je songe sérieusement à me remettre à fréquenter les bourses aux minéraux comme je le faisais avant avec mes parents.

Ce qui m’a emmenée à prêter attention aux pierres en premier lieu, c’est la géologie, l’une de mes grandes passions quand j’étais petite. Plus concret et scientifique tu meurs !
Cependant, je m’intéresse également à Lire la suite

Escapade balnéo en Chartreuse chez Oréade.

header_oreade_blogbionature

Bonjour, bonjour !
J’espère que vous allez bien depuis mon dernier article qui, peut-être, vous aura donné envie de dérouler votre tapis de yoga !
Je vous propose aujourd’hui de rester dans cette thématique bien-être en vous faisant découvrir un endroit surprenant et reposant à quelques encablures seulement de Grenoble, au cœur du massif de la Chartreuse : le centre de baléno gourmand Oréade.

Au départ du projet, on trouve Pierre, gérant de l’espace de balnéothérapie, rapidement rejoint par Christine, en charge de la partie restaurant.
Lorsque les premiers clapotis de l’eau se font entendre à Saint Pierre de Chartreuse, il y a maintenant six ans de cela, le centre ne propose alors que deux bains nordiques. Aujourd’hui, fort de son succès, il en compte six ! A cela s’ajoute un sauna, un yourte de détente où l’on peut siroter une tisane locale en sortant des bains, et un espace bien-être où sont proposés différents massages et soins.

chartreuse_blogbionature

Tout est conçu dans le respect de la nature, les matériaux sont durables, les bains et le sauna sont chauffés au bois local.
Du côté de l’espace bien-être, les produits utilisés lors des soins (et que l’on peut également retrouver en vente à l’accueil) sont ceux de la jolie marque bio Douceur Cerise, installée tout près, à Quaix en Chartreuse.

oreade_blogbionature_soins

Le jour où je me suis rendue chez Oréade, mi-mai, le temps était plutôt mitigé, il avait neigé la veille sur les hauteurs où un peu de brume continuait à s’accrocher.
Vous commencez à me connaître : j’ai bien évidemment adoré cette ambiance ! Pour moi, c’est l’idéal pour profiter des bains nordiques et je compte d’ailleurs bien y retourner cet hiver quand il y aura plein de neige afin de m’imaginer un peu en Norvège ! Comme les bains sont chauffés à 38°, aucun risque d’avoir froid ! Et depuis mes expériences islandaises en matière de bains extérieurs, me balader en maillot quand les températures sont négatives ne me fait plus peur !

J’ai également beaucoup aimé Lire la suite

I want to be the minority.

header_greenday

Juste avant l’été, j’avais posté ici un morceau d’Eddie Vedder que j’aime beaucoup et qui faisait pas mal écho à ma façon d’envisager les choses (Society, sur la B.O. d’Into the Wild).

Même si tout ça n’est pas vraiment en rapport avec l’écologie, les cosmétiques bio, ou je ne sais quoi d’autre supposé être le cœur de ce blog au départ, la musique occupe une place tellement importante dans ma vie, qu’il ne me semble pas complétement idiot de vous faire partager de temps à autre des morceaux que j’aime bien, avec des thèmes qui m’intéressent.

Du coup aujourd’hui on fait un bond de près de 18 ans en arrière pour atterrir fin 2000 au moment de la sortie du sixième album de Green Day, Warning, sur lequel on trouve le morceau intitulé Minority.

Au moment de sa sortie, j’attaque ma seconde année de fac de langue et même si j’écoute des choses bien plus carton en général, Green Day reste l’un des groupes que j’aime voir sur scène lors des festivals d’été auxquels j’assiste tous les ans en Angleterre.
18 ans plus tard, ce morceau qui à première vue fleure bon l’anticonformisme adolescent me parle toujours autant.
Un peu moins naïf qu’il n’y parait, on trouve dans les paroles des allusions décalées au Pledge of Allegiance américain et à un groupe politique chrétien et conservateur (Moral Majority) qui n’existe plus aujourd’hui et dont, vous vous doutez, Green Day ne partage pas du tout les opinions !
Mais les paroles de Minority restent avant tout un hymne joyeux à l’expression de la personnalité de chacun et au fait de ne pas vouloir rentrer dans le moule ! Et ça, il n’y a vraiment que les rabat-joie tristes pour venir dire que ça ne concerne que les ados !

Pour écouter le morceau, c’est juste là, et les paroles se trouvent en dessous. Bon week-end !

I wanna be the minority
I don’t need your authority
Down with the moral majority
‘Cause I wanna be the minority

I pledge allegiance to the underworld
One nation underdog
There of which I stand alone
A face in the crowd
Unsung, against the mold
Without a doubt
Singled out
The only way I know

‘Cause I wanna be the minority
I don’t need your authority
Down with the moral majority
‘Cause I wanna be the minority

Stepped out of the line
Like a sheep runs from the herd
Marching out of time
To my own beat now
The only way I know

One light, one mind
Flashing in the dark
Blinded by the silence of a thousand broken hearts
« For crying out loud, » she screamed unto me
A free for all
Fuck ’em all
You’re on your own side

‘Cause I wanna be the minority
I don’t need your authority
Down with the moral majority
‘Cause I wanna be the minority

 

Mes élucubrations de début d’année !

header_elucubrations_blogbio

Même si le mois de janvier est déjà bien avancé, il n’est pas encore trop tard pour vous souhaiter une très bonne nouvelle année ! J’espère que vous avez passé de jolies fêtes et que vous attaquez 2018 du bon pied, et surtout sans vous mettre la pression avec des résolutions intenables !

Pour moi, 2017 aura finalement été une année de transition plus qu’autre chose. Pas de changements spectaculaires à proprement parler, ou, pour être plus précise, rien de vraiment visible immédiatement. Mais ça ne veut pas dire pour autant qu’il ne s’est rien passé, bien au contraire.

2017 aura donc été une année où j’ai appris plein de choses sur moi, mais surtout où j’ai commencé à tenir compte de toutes ces découvertes. Et là-dessus, je peux vous dire que je partais pourtant de très loin.
En effet, et même si la pratique du yoga notamment avait commencé à m’aider sur certains points ces dernières années, j’avais depuis toujours la fâcheuse habitude de ne pas m’écouter, de penser que si j’avais mal quelque part c’était parce que j’étais une chochotte, et d’arriver systématiquement à la conclusion que si quelque chose clochait c’était forcément parce que j’avais foiré un truc.
En gros, jusqu’à récemment je pensais qu’il fallait tout réussir du premier coup, ne jamais avoir mal, et puis tant qu’à faire, ne pas trop se faire plaisir non plus ; on n’est quand même pas là pour rigoler !

En 2017 donc, Lire la suite

Society, you’re a crazy breed.

eddievedder-20170619-tts-site-large-3

Sur la BO d’Into the Wild, le film de Sean Penn sorti en 2007. Interprété par Eddie Vedder et composé par Jerry Hannan.
Ce morceau et cet album tournent à nouveau en boucle chez moi. Je vous laisse donc avec ça pour ce long week-end…  Sortez prendre l’air, allez courir, voyagez, prenez le temps d’écouter de la bonne musique, de lire, et profitez.
Le lecteur pour écouter ce titre est juste en dessous des paroles. Et si vous savez qui est l’auteur de la sublime photo de Monsieur Eddie Vedder juste au-dessus, n’hésitez pas à me l’indiquer !

 

It’s a mystery to me
We have a greed
With which we have agreed

You think you have to want
More than you need
Until you have it all you won’t be free

Society, you’re a crazy breed
I hope you’re not lonely without me

When you want more than you have
You think you need
And when you think more than you want
Your thoughts begin to bleed

I think I need to find a bigger place
‘Cause when you have more than you think
You need more space

Society, you’re a crazy breed
I hope you’re not lonely without me
Society, crazy and deep
I hope you’re not lonely without me

There’s those thinking more or less less is more
But if less is more how you’re keeping score?
Means for every point you make
Your level drops
Kinda like it’s starting from the top
You can’t do that

Society, you’re a crazy breed
I hope you’re not lonely without me
Society, crazy and deep
I hope you’re not lonely without me

Society, have mercy on me
I hope you’re not angry if I disagree
Society, crazy and deep
I hope you’re not lonely without me

 

Tricoter plus éthique.

header_tricot_blogbionature

Lorsque j’ai décidé d’apprendre à tricoter, il y a de cela environ cinq ans, je ne me posais pas du tout la question de la provenance des matières premières que j’utilisais. Comme en plus je ne tricotais que de manière très épisodique et assez anecdotique, j’avoue que je n’avais pas vraiment envie de chercher plus loin que ça pour 4 pelotes de laines par an.

La situation est bien différente aujourd’hui. Je ne conçois en effet plus vraiment de consommer quoi que ce soit sans me poser un minimum de questions. J’avais déjà effectué pas mal de recherches sur la laine utilisée pour fabriquer nos vêtements, du coup il était très illogique de ne pas élargir la réflexion à celle que l’on nous vend en pelotes. Même si tout ce que je fais est loin d’être parfait, ma réflexion est maintenant bien plus globale.

En parallèle, je me suis mise à tricoter beaucoup plus ces derniers mois, je viens également de commencer le crochet, et vais me mettre au tissage dans les semaines à venir maintenant que je suis équipée d’un magnifique métier offert par Monsieur Bio pour Noël !  Il était donc temps d’aller un peu plus loin sur le sujet.

funem_blogbionature
Même si je reste persuadée que le véganisme est le but vers lequel nous devrions tendre, à la fois d’un point de vue éthique et moral, mais également environnemental, j’en suis à titre personnel encore très loin (pour le moment ?). En effet, plutôt que Lire la suite

Premiers pas avec notre lombricomposteur.

boiteaterre (1)

Pour Noël, Monsieur Bio et moi-même avons eu en cadeau un beau lombricomposteur.
La belle-famille était bien renseignée (!) et nous avons donc reçu le modèle que nous avions choisi parmi toutes les options disponibles : celui en bois fabriqué et commercialisé par la Boite à Terre.

Nos critères de sélection étaient les suivants :

  • pas de plastique
  • adapté à un usage intérieur
  • fabriqué en France

Cependant, aussi restreintes qu’aient été nos contraintes, seule la Boite à Terre y répondait parfaitement. En effet, tous les autres lombricomposteur d’intérieur, sans exception, sont en plastique. Nous aurions très bien pu fabriquer le notre nous-même mais sur ce coup-là, nous avons opté pour la facilité, et nous ne le regrettons pas !

Fabriqué à partir de Douglas issus de forêts gérées durablement, notre lombricomposteur s’intègre parfaitement à notre cuisine et je le trouve personnellement beaucoup plus chouette que ses équivalents en plastique ! Il se compose d’un support sur roulette qui fait office de fond, et de deux bacs carrés à empiler (pour le moment nous n’en utilisons qu’un seul).
Son encombrement est plutôt faible, il mesure environ 40×40 cm, et n’est pas plus haut qu’une poubelle de cuisine classique. Voici un petit schéma pour vous montrer à quoi il ressemble :

lombri_2plateaux_fermé

Lorsque nous l’avons reçu, Lire la suite

Attaquer 2017 du bon pied !

yarn

L’an dernier j’avais dressé un petit programme des choses que je souhaitais réaliser en 2016 et j’ai du coup pensé qu’il pourrait être intéressant aujourd’hui de prendre un petit moment pour se retourner sur cette année écoulée afin de voir ce que j’ai effectivement réussi à accomplir !
Il n’est pas toujours facile de voir le chemin parcouru tant qu’on est encore en train de le sillonner, du coup je trouve qu’établir un petit bilan permet de mesurer l’avancé déjà réalisée et d’ainsi préparer tranquillement la suite !

L’an dernier, quatre domaines d’action m’intéressaient particulièrement : la consommation, la réduction des déchets, la consommation énergétique, et enfin le sport.

Autant le dire tout de suite, le thème dont le bilan est le plus mitigé est celui de la consommation ! D’un côté, j’ai réussi à continuer sur ma lancée et à consommer raisonnablement, en évitant au maximum les achats d’impulsion et/ou inutiles et mon mois sans achat en février a encore bien fonctionné. Mais d’un autre côté, grâce ou à cause du blog (!), j’ai néanmoins fait entrer pas mal de choses chez moi qui ne me sont pas réellement nécessaires même si aucune d’elles ne dort totalement dans un tiroir (j’utilise presque tout et je donne ce qui ne me correspond pas à 100%).
Et en même temps, je dois bien reconnaitre que tester de nouveaux produits me plait, me permet d’affiner mes critères de sélection, et m’aide à trouver ce qui me correspond vraiment le mieux tout en vous faisant part d’un avis que j’espère pertinent.

Du côté de la réduction des déchets, j’ai bien progressé mais Lire la suite