L’immense gâchis des protections périodiques.

blogbionature_tampons

Hello ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un sujet que je ne pensais pas vraiment aborder par ici à la base alors qu’il a pourtant toute sa place sur ce blog et qu’en plus il concerne la moitié de la population.
Vous l’avez deviné, on va parler protections périodiques !

Si je n’avais pas envisagé d’en parler par ici, c’est tout simplement que j’ai de mon côté modifié mes habitudes il y a de nombreuses années maintenant pour passer à la coupe menstruelle, puis au flux instinctif libre, et ça n’est du coup plus vraiment un sujet auquel je réfléchis vraiment !
Cependant, je me rends compte qu’on me pose régulièrement des questions dessus et que nombre de mes connaissances ne savaient pas ce qu’était cette fameuse cup il y a encore peu.
Du coup, lorsque la marque française Louloucup m’a proposé de tester ses coupes, j’ai fini par me dire, non sans avoir réfléchi 1000 ans, que c’était peut-être une bonne occasion de me lancer et de vous proposer, en plus du test qui arrive très vite sur le blog, un état des lieux des protections périodiques.

En effet, si j’ai déjà mentionné le sujet dans différents articles (ici ou par exemple), je ne suis jamais entrée dans les détails concernant l’impact écologique des protections périodiques. Alors qu’il est très loin d’être négligeable, voyez plutôt !

differentesprotections

Les deux types de protections les plus répandus sont les serviettes jetables et les tampons. Dans les deux cas, ce sont des produits qui atterrissent dans nos déchets et finissent incinérés ou enfouis.

Selon Planetoscope, une femme utilise 10 000 à 15 000 produits menstruels (serviettes, tampons, applicateurs, emballages individuels) au cours de sa vie. Oui, c’est énorme !

A l’échelle de la planète, on parle d’une consommation de 1447 serviettes hygiéniques chaque seconde, soit 45 milliards par an.
Voici une petite infographie parlante qui vous permettra certainement de mesurer l’ampleur de la chose :

Comme vous l’imaginez, ces protections contiennent dans leur grande majorité des matières synthétiques, nocives, et polluantes. Elles sont très souvent sur-emballées, ne sont pas recyclables et leur processus de fabrication a un impact colossal sur l’environnement.

Du côté des protections conventionnelles, Lire la suite

J’ai testé : le magnésium transcutané

magnesiumtranscutane

Bonjour, bonjour ! On se retrouve en cette froide journée de novembre pour parler d’un produit que j’ai testé au cours des dernières semaines.

Je pense que vous avez déjà vu fleurir ces petites bouteilles bleues à droite à gauche sur les blogs car nous avons visiblement été un certain nombre à tester ce produit : l’huile de magnésium transcutané, proposée par la marque Au cœur des Traditions.

Quand j’ai été contactée pour le test, j’avoue avoir eu deux réactions en une ! J’ai à la fois hésité car j’avais bien vu que ce produit avait été proposé à beaucoup de monde (je l’avais d’ailleurs découvert grâce au test de Camille de Mange tes légumes), et j’ai en même temps été emballée car je suis moi-même très sujette à la carence en magnésium, que j’en fais donc des cures régulières, et que je m’étais aperçu très peu de temps auparavant que toutes les formes de magnésium n’étaient pas assimilables de la même manière par le corps humain.

Je m’explique ! Il existe en effet plusieurs types de sel de magnésium que l’on peut utiliser en cure afin de compléter l’apport en magnésium par notre alimentation, souvent insuffisant aujourd’hui.

Les trois grandes formes de sels de magnésium qui existent sont les suivantes :

  1. Les organiques : comme les glycérophosphate, les citrates et les malates. Ce sont ces formes là qu’il faut à mon avis privilégier car elles présentent les deux avantages d’être facilement assimilables par le corps humain et d’être bien tolérées.
  2. Les inorganiques (ou métalliques) : chlorures et oxydes ou hydroxyde, entres autres. Ces formes sont peut-être les plus répandues dans les compléments les plus courants, mais malheureusement elles ne sont pas idéales car en plus de provoquer chez certaines personnes des désagréments de transit, elles ne sont en fait pas bien assimilables par le corps humain.
  3. Les chélatées (ou aminocomplexées) : ce sont par exemple les bisglycinates ou les hydrolysats de protéines. Elles sont elles aussi bien tolérées.

Je n’avais jamais vraiment fait plus attention que ça à la composition de mes compléments jusqu’à cet été. Mais c’est à ce moment-là, alors que je prenais un complément magnésium / B6 depuis un moment,  que j’ai réalisé qu’il n’avait strictement aucun effet sur moi.
De mon côté il y a un signe qui ne trompe pas sur le fait que je manque de magnésium : mes paupières « clignotent ». Vous savez ces petits spasmes très désagréables… Et bien malgré mon complément, ils ne disparaissaient pas du tout.

Du coup, j’ai regardé la composition sur mon flacon et j’ai constaté qu’il contenait de l’oxyde de magnésium.
J’ai donc changé tout de suite pour un autre complément à base de glycérophosphate, et ça a été le jour et la nuit de manière immédiate : plus du tout de spasmes des paupières, et moins de stress. J’ai été bluffée !

J’ai également repensé à  mon essai du nigari, qui s’était soldé par un échec total car en plus d’avoir un goût atroce, j’avais trouvé ça totalement inefficace. Le nigari étant en fait du chlorure de magnésium, cela confirme bien que sur moi, les formes inorganiques ne marchent pas, ou mal.

J’avoue donc que j’étais perplexe sur l’efficacité de l’huile de magnésium transcutané. C’est en effet du magnésium marin qui est l’une des formes inorganiques…

magnésium transcutané blog bio

J’ai reçu une jolie une jolie bouteille en verre bleu dont j’ai beaucoup apprécié l’esthétique robuste et traditionnelle. Si la marque est française, l’huile de magnésium provient  Lire la suite

Préparer un semi-marathon avec des produits naturels.

Processed with Snapseed.

Comme vous le savez probablement déjà ( surtout si vous me suivez sur Instagram où je poste régulièrement une partie de mes entrainements), je prépare actuellement mon premier semi-marathon.
Ce qui faisait partie de mes objectifs 2016, se profile maintenant sérieusement à l’horizon ! Dire que l’an dernier à la même période je préparais tout juste ma première course officielle de 10km !

Pour cette nouvelle préparation, j’ai recours à quelques petites astuces afin que tout se déroule au mieux. Rien de très original, de trop élaboré, ou de compliqué ! Si vous êtes un(e) coureur(se) chevronné(e), vous n’aurez très probablement pas besoin de tout ça, mais pour les runners moins avancés, comme je le suis encore, peut-être que cela pourra vous être utiles !

Si vous êtes comme moi, plutôt impatient(e) et que vous avez du mal à prendre du temps pour vous occuper de vous, une telle préparation peut être l’occasion d’inverser la tendance !

J’ai par exemple toutes les peines du monde à prendre 2 minutes après la douche pour hydrater un peu mes jambes qui ont tendance à être sèches et je ne parle même pas de mes pieds…
Mais là, ces petits pieds, ce sont eux qui m’ont permis de courir plus de 140 km au mois d’août et qui vont me porter pendant ces 21 km à Oslo. Du coup, J’essaie d’y faire un peu plus attention. Je m’applique donc à Lire la suite

L’huile essentielle de gaulthérie.

gaultherie_blogbionature

Je vous propose aujourd’hui d’en apprendre un peu plus sur une huile essentielle que j’utilise régulièrement et dont j’apprécie particulièrement l’efficacité.
Bien connue des sportifs pour qui elle s’avère un allié précieux, je veux évidemment parler de l’huile essentielle de gaulthérie couchée (wintergreen en anglais / gaultheria procumbens en latin) !
(L’HE de gaulthérie odorante a les mêmes propriétés).

C’est une huile que je connaissais de nom mais que je n’avais jamais utilisée avant l’été dernier, où j’ai malheureusement souffert de tendinites à répétition dans les poignets et les coudes, liées à mon travail (à cause de certains gestes récurrents et du maintien prolongé de certaines positions).

C’est à ce moment que j’ai eu l’idée de remplacer la pommade anti-inflammatoire prescrite par mon médecin (Voltarène pour ne pas la citer) et malheureusement moyennement efficace sur moi, par cette huile essentielle qui possède des propriétés similaires.

Cette huile est obtenue par distillation des feuilles gaulthérie, un petit arbuste qui pousse en Amérique du Nord, au Népal et en Chine.

gaultherie

L’HE de gaulthérie présente une très haute concentration (99%) en salicylate de méthyle, prisé pour ses propriétés antalgiques (anti-douleur).
Elle est particulièrement recommandée pour le confort articulaire et musculaire (elle « chauffe » les muscles), ce qui en fait un précieux compagnon pour les sportifs. D’ailleurs son odeur forte très caractéristique rappelle celle de bien des baumes à destination de ce public.

Elle est bien adaptée pour aider à soulager les tendinites, l’arthrose, les rhumatismes et tous types de crampes et contractures musculaires.

Elle est également adaptée au traitement des céphalées mais j’avoue que je n’ai jamais testé personnellement (j’utilise en général la menthe poivrée dans ce cas).

Elle s’utilise principalement Lire la suite

J’ai testé : la gamme à la propolis de Ladrôme.

Un peu avant la période des fêtes, on m’a proposé de tester deux produits de la gamme à la propolis de la marque Ladrôme.
Je fais très attention aux demandes que je reçois et n’accepte que celles qui me paraissent pertinentes et qui du coup bien souvent correspondent à des produits que j’aurais pu être a amenée à acheter de moi-même.

C’est le cas pour les ampoules à la propolis Immuno+ et le stick à lèvres protecteur Fyto’Stick. Ladrôme est une marque que j’utilise régulièrement depuis de nombreuses années et elle est originaire de la ville de mes grand-parents, Die, au cœur du pays de la clairette ! J’utilise certains de leurs hydrolats, leur extrait de pensée sauvage marche super bien sur moi pour retrouver une jolie qualité de peau et j’appréciais déjà les gommes à la propolis pour la gorge (elles ont complétement remplacé chez moi les pastilles classiques de pharmacie). Du coup j’ai été plus que ravie de pouvoir tester tout ça ! Et voilà aujourd’hui mes conclusions !

propolis_ampoules_blogbio_1

Sur son site, Lire la suite

Tisanes & plantes.

tisanes-bd

Point de recette en ce premier lundi de juin, mais quelques mots sur les plantes que j’utilise en ce moment en infusions, ainsi que sur les tisanes toutes prêtes testées ces derniers temps.

En effet, je suis une grande consommatrice d’infusions de plantes. J’aime tout particulièrement la verveine et le tilleul (les fleurs, pas l’aubier) venant de la maison familiale dans la Drôme.
La verveine est connue pour son action sur la digestion, et les fleurs de tilleul favorisent le sommeil et calment le stress. Je trouve donc tout naturellement que ces deux plantes sont très adaptées le soir, après le repas et avant d’aller se coucher.
Depuis qu’une amie vivant actuellement en Chine m’a rapporté des boutons de rose et de la citronnelle, j’ai également pris l’habitude d’en ajouter à ma verveine.
Je ne connais pas bien les propriétés des boutons de rose, mais je trouve que leur goût subtil se marie aussi bien avec mes infusions de plantes qu’avec un thé plus classique.
La citronnelle, quant à elle, est connue pour ses vertus sédatives sur le système nerveux (en gros, elle calme les  stressés !), et digestives.

En plus de ces plantes en vrac, j’ai récemment testé quelques tisanes toutes prêtes. L’échantillon Lov Organic vient de la box Green Chic que j’ai achetée dès sa sortie car j’avais un réel besoin de certains produits, les tisanes BiOrigine m’ont été offertes par la marque, et enfin, j’ai trouvé mon gros coup de cœur, le digestif Cévenol, dans une petite épicerie indépendante du sud-ouest lors d’un récent déplacement pour le boulot (autant en profiter un peu en même temps, non ?!).

tisanes
Côté tisanes toutes prêtes, je suis d’habitude une adepte de Pukka Herbs et de Yogi Tea, du coup, là,  tout était nouveau pour moi ! Lire la suite

Mon petit rituel de début de journée.

Hello ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous raconter tout simplement mes petites habitudes de début de journée. Oui, oui, parfaitement 🙂

Il n’y a pas si longtemps de cela, je vous avez parlé de ma pratique du yoga grâce aux cours en ligne. Il m’arrive bien entendu de faire ces petites sessions à un autre moment de la journée, mais je me rends compte que le plus souvent, c’est le matin, au réveil, que je m’y colle, avant d’attaquer la journée !

J’aime bien le matin, quand tout est encore calme dans l’appartement, je suis peut-être la seule levée (et oui, même le chat a parfois du mal lui aussi !) et il y a peu de bruit dehors.

Afin de me motiver à bouger tout de suite, j’enfile ma tenue de yoga dès le saut du lit et j’installe tranquillement mon tapis dans le salon. Je bois en général simplement un verre d’eau ou de jus de fruit et je prépare ensuite mon thé ou, souvent, une infusion de gingembre.

Pour l’infusion de gingembre, voilà comment je procède : Lire la suite

Choisir sa crème solaire.

Avec le soleil qui semble cette fois vraiment vouloir s’installer, je crois qu’il est grand temps d’aborder le sujet de la crème solaire !

L’été a beau être la saison que j’aime le moins, je dois bien faire avec ! Du coup, même si je m’expose très peu et que je n’ai, malgré ma peau plutôt claire, pas tendance à prendre de coups de soleil, j’ai (presque) toujours avec moi un allié indispensable : mon tube de crème solaire !  Et en trouver un qui convienne à toutes mes attentes n’a pas été une mince affaire, croyez-moi !

Lors de mon passage au bio et au naturel, j’ai d’abord jeté mon dévolu sur une crème de la marque française Thémis. Ce produit n’existe plus aujourd’hui et de toute façon, même si j’en étais satisfaite à l’usage, je ne l’aurais pas racheté car il ne remplissait en effet pas tous mes critères, même s’il n’en était pas loin !

Au moment d’acheter une nouvelle crème, voilà donc les points sur lesquels je me suis penchée afin de déterminer le meilleur produit pour mon usage personnel :

– la composition globale
– le type de filtre utilisé
– la présence ou non de nano-particules
– la question des tests sur les animaux
– la provenance du produit
– l’éthique de la marque
– l’indice de protection
– et le prix aussi un peu ! Lire la suite

Mon stage d’aromathérapie (2).

Bonjour à tous ! Je reviens donc aujourd’hui pour vous raconter la deuxième journée de mon petit stage d’aromathérapie drômois.

Au départ ça n’était pas prévu mais nous avons finalement débuté cette seconde partie par une jolie balade dans les collines dioises qui entourent la maison et le labo de Claire. L’occasion pour elle de nous montrer les endroits où poussent les plantes qu’elle récolte pour fabriquer ses produits de soin et de beauté.
Certaines d’entre elles sont issues de cultures biologiques (c’est le cas notamment des roses) et d’autres, la plupart d’ailleurs, sont tout simplement sauvages !

lavande2
Nous avons donc pu découvrir entre autres, le thym à linalol, le pin sylvestre, la carotte sauvage, la sarriette, le genévrier, les roses de damas ou encore la sauge (que vous pouvez voir sur la photo ci-dessous) dans leur « habitat » naturel !
Même si ça n’était plus vraiment la saison, j’ai trouvé très sympa et vraiment utile de pouvoir appréhender ces plantes d’une manière très concrète en plus d’en étudier les vertus et les propriétés.
D’ailleurs si cela vous intéresse je pourrai vous faire un petit topo sur certaines d’entre elles avec des photos et quelques explications… dites-moi !

sauge

Lire la suite

Mon stage d’aromathérapie (1).

Celles qui me suivent sur Hellocoton ou Twitter le savent déjà, j’ai participé il a très peu de temps à un super stage d’aromathérapie.
Deux jours pour apprendre à mieux connaitre certaines plantes, huiles essentielles et hydrolats, mais également pour créer quelques sympathiques produits.

Ce stage se déroulait à Barnave, un tout petit village de la Drôme, à environ 1h30 de route de Grenoble, et il était organisé par Claire, la créatrice de la marque Solaure dont j’utilise pas mal d’huiles essentielles.

aromathérapie et hydrolathérapie 2013

stage aromatherapie solaure octobre 2013
La ferme où Claire a installé sa petite entreprise il y a une vingtaine d’années se trouve à l’extérieur du village, au milieu des collines, dans un lieu très agréable. Tout est fait sur place : la cueillette sauvage et la culture d’un certain nombre de plantes, la distillation, et enfin l’élaboration des recettes et la création des produits. Lire la suite