J’ai testé : le magnésium transcutané

magnesiumtranscutane

Bonjour, bonjour ! On se retrouve en cette froide journée de novembre pour parler d’un produit que j’ai testé au cours des dernières semaines.

Je pense que vous avez déjà vu fleurir ces petites bouteilles bleues à droite à gauche sur les blogs car nous avons visiblement été un certain nombre à tester ce produit : l’huile de magnésium transcutané, proposée par la marque Au cœur des Traditions.

Quand j’ai été contactée pour le test, j’avoue avoir eu deux réactions en une ! J’ai à la fois hésité car j’avais bien vu que ce produit avait été proposé à beaucoup de monde (je l’avais d’ailleurs découvert grâce au test de Camille de Mange tes légumes), et j’ai en même temps été emballée car je suis moi-même très sujette à la carence en magnésium, que j’en fais donc des cures régulières, et que je m’étais aperçu très peu de temps auparavant que toutes les formes de magnésium n’étaient pas assimilables de la même manière par le corps humain.

Je m’explique ! Il existe en effet plusieurs types de sel de magnésium que l’on peut utiliser en cure afin de compléter l’apport en magnésium par notre alimentation, souvent insuffisant aujourd’hui.

Les trois grandes formes de sels de magnésium qui existent sont les suivantes :

  1. Les organiques : comme les glycérophosphate, les citrates et les malates. Ce sont ces formes là qu’il faut à mon avis privilégier car elles présentent les deux avantages d’être facilement assimilables par le corps humain et d’être bien tolérées.
  2. Les inorganiques (ou métalliques) : chlorures et oxydes ou hydroxyde, entres autres. Ces formes sont peut-être les plus répandues dans les compléments les plus courants, mais malheureusement elles ne sont pas idéales car en plus de provoquer chez certaines personnes des désagréments de transit, elles ne sont en fait pas bien assimilables par le corps humain.
  3. Les chélatées (ou aminocomplexées) : ce sont par exemple les bisglycinates ou les hydrolysats de protéines. Elles sont elles aussi bien tolérées.

Je n’avais jamais vraiment fait plus attention que ça à la composition de mes compléments jusqu’à cet été. Mais c’est à ce moment-là, alors que je prenais un complément magnésium / B6 depuis un moment,  que j’ai réalisé qu’il n’avait strictement aucun effet sur moi.
De mon côté il y a un signe qui ne trompe pas sur le fait que je manque de magnésium : mes paupières « clignotent ». Vous savez ces petits spasmes très désagréables… Et bien malgré mon complément, ils ne disparaissaient pas du tout.

Du coup, j’ai regardé la composition sur mon flacon et j’ai constaté qu’il contenait de l’oxyde de magnésium.
J’ai donc changé tout de suite pour un autre complément à base de glycérophosphate, et ça a été le jour et la nuit de manière immédiate : plus du tout de spasmes des paupières, et moins de stress. J’ai été bluffée !

J’ai également repensé à  mon essai du nigari, qui s’était soldé par un échec total car en plus d’avoir un goût atroce, j’avais trouvé ça totalement inefficace. Le nigari étant en fait du chlorure de magnésium, cela confirme bien que sur moi, les formes inorganiques ne marchent pas, ou mal.

J’avoue donc que j’étais perplexe sur l’efficacité de l’huile de magnésium transcutané. C’est en effet du magnésium marin qui est l’une des formes inorganiques…

magnésium transcutané blog bio

J’ai reçu une jolie une jolie bouteille en verre bleu dont j’ai beaucoup apprécié l’esthétique robuste et traditionnelle. Si la marque est française, l’huile de magnésium provient  Lire la suite

Préparer un semi-marathon avec des produits naturels.

Processed with Snapseed.

Comme vous le savez probablement déjà ( surtout si vous me suivez sur Instagram où je poste régulièrement une partie de mes entrainements), je prépare actuellement mon premier semi-marathon.
Ce qui faisait partie de mes objectifs 2016, se profile maintenant sérieusement à l’horizon ! Dire que l’an dernier à la même période je préparais tout juste ma première course officielle de 10km !

Pour cette nouvelle préparation, j’ai recours à quelques petites astuces afin que tout se déroule au mieux. Rien de très original, de trop élaboré, ou de compliqué ! Si vous êtes un(e) coureur(se) chevronné(e), vous n’aurez très probablement pas besoin de tout ça, mais pour les runners moins avancés, comme je le suis encore, peut-être que cela pourra vous être utiles !

Si vous êtes comme moi, plutôt impatient(e) et que vous avez du mal à prendre du temps pour vous occuper de vous, une telle préparation peut être l’occasion d’inverser la tendance !

J’ai par exemple toutes les peines du monde à prendre 2 minutes après la douche pour hydrater un peu mes jambes qui ont tendance à être sèches et je ne parle même pas de mes pieds…
Mais là, ces petits pieds, ce sont eux qui m’ont permis de courir plus de 140 km au mois d’août et qui vont me porter pendant ces 21 km à Oslo. Du coup, J’essaie d’y faire un peu plus attention. Je m’applique donc à Lire la suite

J’ai testé : les Fleurs de Bach.

fleursdebach_header

Il y a quelques temps, mon partenaire Naturelio (chez qui vous pouvez toujours bénéficier de 10% sur votre première commande avec le code polly-partenariat) m’a proposé de tester un produit bien-être de mon choix dans leur boutique.
J’ai rapidement décidé de m’orienter vers les fleurs de Bach car cela faisait déjà un bon moment qu’elles m’intriguaient. Et j’avoue également que, malgré mon grand enthousiasme pour les soins naturels, j’avais quand même tendance à être plutôt sceptique sur l’efficacité réelle de ce type de produits… c’était donc l’occasion rêvée de me faire mon propre avis !

Tout d’abord, les fleurs de Bach, qu’est-ce que c’est ?
Et bien ce sont tout simplement des élixirs floraux obtenus par macération (souvent solaire), à partir de 38 plantes et conservés avec de l’alcool ; chacun d’entre eux ayant des propriétés différentes et permettant des cibler divers problèmes que l’on peut rencontrer au quotidien, nous aidant ainsi à retrouver équilibre et sérénité.

Ces 38 élixirs floraux portent le nom de leur concepteur, le docteur Edward Bach qui les a mis au point dans les années 30 et qui a élaboré le protocole de production toujours utilisé aujourd’hui.
Il croyait fermement que « tant que l’Âme, le Corps et l’Esprit sont en harmonie, rien ne peut nous affecter », ce qui parait plutôt pertinent en effet ! fleurs-bachLes fleurs de Bach sont classées en 7 groupes d’émotions, et, avant de commencer à les utiliser, il est donc essentiel de Lire la suite

J’ai testé : les « super food » Purasana.

purasana_header

Bonjour à tous ! On se retrouve avant ce grand week-end pour discuter de petites choses que j’utilise régulièrement depuis ma visite chez une naturopathe il y a un an de cela maintenant. Je veux parler des super-aliments, ces poudres, graines, baies et autres mix très à la mode en ce moment !
Aujourd’hui j’ai décidé de vous en dire plus sur ceux de la marque Purasana que j’utilise personnellement depuis plusieurs mois, car c’est pour le moment dans cette gamme que j’ai testé le plus de choses. Mais ce sont loin d’être les seuls du marché !

J’ai pour l’instant déjà utilisé la poudre d’orge, la poudre de blé, les graines de chia et la poudre de maca. Je précise que j’ai acheté tous ces produits par moi-même, sauf la poudre de maca qui m’a été offerte par Naturelio, une chouette boutique en ligne lyonnaise qui est encore au début de son aventure et qui propose pas mal de marques qui font partie de mes chouchous, comme LaDrôme, ou encore Weleda (et vous trouverez un petit code promo en fin d’article 😉 ).

A la base, la naturopathe m’avait conseillé de faire une cure de jus d’orge le matin, environ 30 minutes avant mon petit déjeuner car je manquais un peu d’énergie (je commence à croire que c’est systématique pour moi au printemps), que ma peau n’était pas super nette, et que c’était également un bon moyen de rétablir le PH du corps. Nous avons en effet à priori tendance à manger trop acide et le jus d’orge fait partie des aliments alcalinisants.  De plus, la poudre d’orge est bourrées d’antioxydants, est riche en vitamines A et B, et contribue à renforcer le système immunitaire. Elle est à priori également détoxifiante grâce à la présence de chlorophylle (ce qui est supposé aider à détoxifier le foie et retrouver une belle qualité de peau).

orge

Là, je vous avoue que Lire la suite

J’ai testé : la gamme à la propolis de Ladrôme.

Un peu avant la période des fêtes, on m’a proposé de tester deux produits de la gamme à la propolis de la marque Ladrôme.
Je fais très attention aux demandes que je reçois et n’accepte que celles qui me paraissent pertinentes et qui du coup bien souvent correspondent à des produits que j’aurais pu être a amenée à acheter de moi-même.

C’est le cas pour les ampoules à la propolis Immuno+ et le stick à lèvres protecteur Fyto’Stick. Ladrôme est une marque que j’utilise régulièrement depuis de nombreuses années et elle est originaire de la ville de mes grand-parents, Die, au cœur du pays de la clairette ! J’utilise certains de leurs hydrolats, leur extrait de pensée sauvage marche super bien sur moi pour retrouver une jolie qualité de peau et j’appréciais déjà les gommes à la propolis pour la gorge (elles ont complétement remplacé chez moi les pastilles classiques de pharmacie). Du coup j’ai été plus que ravie de pouvoir tester tout ça ! Et voilà aujourd’hui mes conclusions !

propolis_ampoules_blogbio_1

Sur son site, Lire la suite

Mon petit rituel de début de journée.

Hello ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous raconter tout simplement mes petites habitudes de début de journée. Oui, oui, parfaitement 🙂

Il n’y a pas si longtemps de cela, je vous avez parlé de ma pratique du yoga grâce aux cours en ligne. Il m’arrive bien entendu de faire ces petites sessions à un autre moment de la journée, mais je me rends compte que le plus souvent, c’est le matin, au réveil, que je m’y colle, avant d’attaquer la journée !

J’aime bien le matin, quand tout est encore calme dans l’appartement, je suis peut-être la seule levée (et oui, même le chat a parfois du mal lui aussi !) et il y a peu de bruit dehors.

Afin de me motiver à bouger tout de suite, j’enfile ma tenue de yoga dès le saut du lit et j’installe tranquillement mon tapis dans le salon. Je bois en général simplement un verre d’eau ou de jus de fruit et je prépare ensuite mon thé ou, souvent, une infusion de gingembre.

Pour l’infusion de gingembre, voilà comment je procède : Lire la suite

Mes indispensables : les huiles végétales.

On se retrouve aujourd’hui pour le troisième volet de mes indispensables ! Après le hydrolats, puis les huiles essentielles, je vais bien sûr vous présenter mes huiles végétales favorites pour un usage cosmétique (mes huiles préférées pour la cuisine ne sont pas les mêmes du tout).

Là encore, depuis plusieurs années, j’ai eu tout le loisir de tester diverses choses, avec plus ou moins de réussite. Et après pas mal d’essais, j’en suis arrivée à la conclusion que finalement, d’instinct, je m’étais dirigée dès le départ vers les huiles ou macérats huileux qui en fin de compte me conviennent le mieux et qui constituent donc aujourd’hui mes indispensables !

Je me sers principalement des huiles végétales pour deux choses : le démaquillage, et comme soin de nuit pour le visage.
Il m’arrive également d’utiliser une huile végétale pour nourrir ma peau après la douche mais ça n’est pas ce que je préfère.
Enfin, j’utilise également des huiles végétales pour la fabrication de mes savons en saponification à froid.

Pour les savons, mes indispensables sont l’huile d’olive, l’huile de coco et l’huile de ricin. Elles constituent la bases de mes savons que je surgraisse en général avec une autre huile et/ou un beurre végétal, selon l’usage auquel je les destine. L’huile que je n’utilise JAMAIS, c’est l’huile de palme. Je l’évite dans toute la nourriture que j’achète et du coup, je la fuis également assez logiquement dans mes produits cosmétiques.
Je ne vais pas m’attarder sur le sujet des savons aujourd’hui, mais je pourrai y revenir dans un prochain article si jamais ça vous intéresse.

De tout mes tests, il ressort un outsider solide et deux grand vainqueurs (une huile végétale pure, et un macérat huileux).

Du côté des huiles végétales, voici la liste de celles que j’ai testées Lire la suite

Mes indispensables : les huiles essentielles.

Je vous ai présenté en début de semaine mes hydrolats favoris. Voici aujourd’hui venu le tour des huiles essentielles !
Tout comme pour les hydrolats, j’en ai testé pas mal avant de vraiment savoir quelles étaient celles réellement utiles pour moi.
Après plusieurs années d’utilisation, je me rends compte que je me sers presque toujours des même et que certaines autres ont tendance à dormir au fond du placard.

Je vais donc dresser le top 5 de mes huiles indispensables en présentant rapidement l’utilisation que j’en fais, et ensuite vous parler de quelques huiles essentielles complémentaires, que j’utilise un peu moins régulièrement.

huiles_essentielles_blogbio_3
Voici mon fameux top 5, par ordre alphabétique (et non par ordre de préférence ou d’utilisation) : Lire la suite

Je suis maaaalaaaade !

Ça y est le beau temps revient et évidemment c’est le moment pour moi de tomber malade… hum hum. Rien de tout l’hiver et voilà ! Enfin, rien de bien grave, un simple petit rhume. Mais comme le nez bouché n’est quand même pas très agréable, j’en ai profité pour tester une petite inhalation maison à base d’huiles essentielles. J’ai choisi les suivantes :

Laurier noble (laurus nobilis) :

L’huile essentielle de laurier est antibactérienne et elle favorise l’élimination des sécrétions respiratoires.

Pin sylestre (pinus sylvestris) :

L’huile essentielle de pin sylvestre est un antiseptique respiratoire.

Pour faire mon inhalation, j’ai simplement ajouté 2 gouttes d’HE de laurier et 2 gouttes d’HE de pin dans un grand bol d’eau bouillante, et j’ai utilisé la bonne vieille méthode de la serviette sur la tête car je n’ai pas de « vrai » inhalateur !
Et je peux dire que c’est drôlement efficace pour déboucher le nez.

PS: j’utilise les huiles essentielles de la marque drômoise Solaure, certifiée AB et Nature & progrès, car je connais très bien leur méthode de fabrication et qu’elles sont produites juste à côté de la maison familiale dans les collines dioises !

Douze déodorants sans sels d’aluminium au banc d’essai.

Je suis tombée tout à l’heure sur une émission de la télé suisse-romande très intéressante (lien en bas de cet article) sur les déodorants et notamment l’utilisation des sels d’aluminium et de leurs alternatives.


Douze déodorants exempts de sels d’aluminium et de pierre d’alun ont été testés, certains bios, d’autres pas du tout. En voilà donc la liste, classée par ordre d’efficacité :

1 : Axe / Final Edition 2012 pour homme. Mais les gaz propulseurs utilisés pour ce spray sont mauvais pour la couche d’ozone et il y a un doute quant à la nature du « parfum » utilisé (naturel, synthétique ? Aucune précision à ce sujet). Je crois de plus que ce déodorant précis n’est pas disponible en France.
2 : Bourgeois / Déodorant net et frais. Mais non écologique, toujours à cause des gaz propulseurs. Et on se trouve en présence d’une substance allergène moyenne qui sert à masquer les odeurs : le butylphényl methylpropional.
3 : Nivéa / Pur et natural action 48h mais présence là encore du butylphényl methylpropional et de citronellol.
4 : Dr Hauschka / Déodorant douceur. Mais très cher (le second du test) et présence d’alcool.
5 : Weleda / Salvia. Présence d’alcool.
6 : Kibio / Soin protecteur
. Présence de benzyl alcohol, classé comme allergène et dont la déclaration est obligatoire.  De plus, je l’ai personnellement testé sans être très convaincue par son efficacité malheureusement.

Les autres déodorants testés ne semblent pas très efficaces :

7 : Melvita pour hommes. Plutôt cher et présence de benzyl alcohol.
8 : Nuxe / Bio Beauté
9 : Biotherm / Déo pure
10 : Santé / Naturkosmetik
11 : Vichy / Déodorant apaisant 24h.
Déodorant le plus cher de ces tests en Suisse et produit très chimique, mais sans alcool.
12 : The Body Shop / Déo effet sec

L’alcool, qui semble être une bonne alternative aux sels d’aluminium quand il est associé à des huiles essentielles, a néanmoins un effet irritant et asséchant. Attention donc à ne pas appliquer de déo contenant de l’alcool après l’épilation ! 

Les déodorants considérés comme les plus efficaces lors de ce test sont ceux qui contiennent un parfum de synthèse qui masque les odeurs.
Ce ne sont donc personnellement pas ceux vers lesquels j’aurais tendance à me tourner, mais peut-être que mon homme, peu convaincu par les déos bio (il a pour le moment testé le Melvita pour homme et le B comme Bio organic pour homme) pourraient les apprécier.

Pour ma part, je testerais bien le Dr Hauschka car c’est une marque que j’apprécie énormément par ailleurs (je ne peux carrément plus me passer de mes crèmes à la mélisse et au coing), mais il reste très cher en France également. Peut-être que je me laisserai tenter lors de ma prochaine virée en Belgique car les produits Hauschka y semblent moins onéreux qu’ici.
En attendant, je vais probablement remplacer ma pierre d’alun par une déodorant Weleda. Je suis en effet de plus en plus sceptique quant à l’utilisation de cette fameuse pierre, je ne sais plus quoi en penser, lisant une chose et son contraire à son sujet. Et puis il faut bien avouer que je suis moyennement convaincue de son efficacité après plusieurs mois d’utilisation (j’avais changé de marque suite à mes déboires avec Déoroche, souvenez-vous) et cela avant tout parce que je trouve que la pierre elle-même sent la transpiration alors que je l’essuie après chaque utilisation. Et vous, quel est votre avis d’ailleurs ? Je suis preneuse de toute expérience et embryon de solution à ce sujet !

La conclusion est donc que pour le moment il n’y a malheureusement pas d’agent anti-transpirant naturel et inoffensif miracle pour remplacer les sels d’aluminium, il faut donc faire des choix. Le risque de quelques auréoles ou celui d’un danger potentiel pour la santé ?

Lien vers  le reportage diffusé dans l’émission A Bon Entendeur de la Télévision Suisse-Romande : http://www.tsr.ch/emissions/abe/sante-cosmetique/3704474-des-sels-d-aluminium-sous-les-aisselles-une-odeur-de-soufre.html.