Road-trip en Islande (3/5) : au Nord toute !

Hello ! Je sais qu’il y en a parmi vous qui attendaient la suite du périple islandais avec impatience ; j’espère donc que ce troisième épisode sera apprécié !
Et si vous souhaitez retrouver les aventures précédentes, c’est par ici que ça se passe :

  1. Du Blue Lagoon à Vík et ses plages de sable noir.
  2. Cap sur la lagune glaciaire de Jökulsárlón.

Je vous épargne le suspens dès le début : cette partie du voyage a été ma préférée, le nord de l’Islande possède une beauté lunaire, bouillonnante, à couper le souffle !

Reprenons donc le cours du voyage aujourd’hui, 23 avril, au départ de notre petit canyon, où nous nous réveillons avec un peu de neige et les cris des oies sauvages, pour remonter en direction de la région de Mývatn, au nord-est du pays. La route est superbe et la neige ne nous quitte pas : cette journée s’annonce vraiment sous les meilleurs auspices !

blogbionature_iceland_landscape

Vatn, en islandais, signifie lac ; Mývatn est donc le « lac aux moucherons ». Pas forcément très engageant de prime abord j’en conviens ! Mais il serait bien bête de s’arrêter à ce nom tant la région possède de trésors à révéler. En outre, si, comme nous, vous voyagez durant la saison froide, aucun risque d’être pris pour cible par les cousins des fameux « midges » écossais !

islande_blogbionature

islande_montagnes_blogbionature

Après avoir effectué une bonne partie de la route de la matinée sous la neige, le ciel commence à se dégage et nous arrivons à Hverir avec le soleil. Nous apercevons de la fumée au loin et commençons à sentir une odeur de souffre : pas de doute nous sommes au bon endroit ! Le paysage ocre est sublime. Du rouge, du brun, du jaune. Nous en prenons déjà plein les yeux.
Nous garons la Grosse Dondon à côté de ses congénères sur le petit parking prévu à cet effet et posons enfin le pied sur cette terre vibrante. Il y a des touristes mais ça n’est pas surpeuplé, loin de là. Ouf !
Des sentiers, afin d’éviter les risques pour les visiteurs et de protéger l’environnement, sont délimités par de simples cordelettes. A nous, à vous, d’être raisonnables.
Malgré la puissante odeur, nous déambulons au milieu des fumerolles, des solfatares, et autres cratères de boues agités, pendant un long moment. Le spectacle est surréaliste, on pourrait presque s’imaginer en expédition sur une planète lointaine.

hverir_blogbionature (1)

hverir_blogbionature (2)

Nous nous dirigeons ensuite vers la petite montagne (818 mètres) et la centrale géothermique de Krafla, à quelques minutes à peine de Hverir.
Les bâtiments de la centrale nous donnent l’impression de nous retrouver au beau milieu d’une expédition arctique. Ou lunaire, on ne sait plus très bien !

krafla_blogbionature

Le temps recommence par contre à sérieusement se gâter. Nous prenons un peu de hauteur en marchant vers le cratère du Víti (pas la peine d’essayer de monter en camping-car aujourd’hui, la route est pleine de neige), mais la visibilité décroit. Impossible pour nous de continuer jusqu’à Leirhnjúkur. L’heure tourne, il fait plutôt froid, et nous ne verrons finalement pas grand chose de plus malheureusement. Par contre, si j’en ai l’occasion, je reviendrai sans aucune hésitation par ici !

Mais pour le moment, nous sautons à nouveau dans la Dondon afin de rallier le surprenant champ de lave de Dimmuborgir.

Dimmuborgir, qui signifie littéralement « les châteaux noirs », ressemble à une vaste forteresse en ruines, avec des tours, des passages secrets, et même une église.
Apparu il y a environ 2000 ans, ce site mystérieux doit son existence à l’apparition d’une sorte de lac de lave qui serait venu se superposer à un marais. L’eau de ce dernier, se mit alors à bouillonner sous l’effet de la chaleur, provoquant des jets de vapeur qui, en traversant la lave l’auraient refroidie, créant ainsi ces étranges constructions, presque humaines. Ou diaboliques ?!

J’avoue que si j’étais aussi curieuse de venir faire un tour par ici, c’est tout simplement que ce nom fait partie de mon imaginaire depuis de nombreuses années car il a été adopté par le groupe de black metal norvégien Dimmu Borgir. J’étais donc passablement intriguée et je ne regrette pas cette après-midi qui s’est avérée ultimement metal sous la neige, au milieu d’arbres cornus et de silhouettes menaçantes, sans croiser personne.

dimmuborgir_blogbionature

dimmuborgir_b&w_blogbionature

A la suite de cette escapade et pour terminer en beauté une journée déjà fantastique, nous sommes enfin allés nous détendre dans les eaux chaudes et le paysage envoûtant des Jardbodin vid Mývatn / Mývatn Nature Baths, le Blue Lagoon du nord islandais. En beaucoup, beaucoup, mieux que le Blue Lagoon en fait !
Contrairement à ce que nous avions fait pour être certains d’entrer dans son acolyte du sud du pays, ici nous n’avions pas réservé. Nous sommes arrivés à 18h30 et n’avons pas fait la queue du tout. Nous nous sommes acquittés d’un tout petit peu moins de 40€ par personne, serviette comprise, (et cette fois, non dérobée par un touriste indélicat !) et nous avons passé 3 heures à barboter sous la neige. La température extérieure à notre arrivée était de -5° alors qu’il faisait tranquillement 38° dans l’eau. Et 50° dans le sauna que nous n’avons pas hésité à tester également !

myvatnnaturebaths_blogbionature_2

Quand la vue est dégagée, on aperçoit sans problème le lac Mývatn depuis le lagon. Mais même avec la brume et les nuages, c’était magique ! Calme, reposant, et tellement beau. J’ai adoré, et j’aimerais énormément y retourner.
Nous sommes sortis des bains peu avant la fermeture, à 22h en cette saison (minuit l’été), réchauffés et bien détendus avant de repartir en quête d’un endroit où poser Dondon pour passer la nuit.
Nous aurions aimé trouvé un emplacement près du lac mais il faisait tellement mauvais que nous l’avons à peine entraperçu et avons renoncé à cette idée.  Nous avons finalement roulé encore un long moment pour terminer à 8km seulement de Húsavík, notre étape du lendemain.

Le seul regret de cette journée sera finalement de ne pas avoir pu passer plus de temps par ici, pour découvrir, entre autres, les nombreux oiseaux du lac et visiter le petit musée d’ornithologie de Sigurgeir.

islande_part3_blogbionature

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Road-trip en Islande (3/5) : au Nord toute !"

avatar

Julie Colibri
Invité
15 jours 17 minutes plus tôt

Ton récit ne fait que confirmer mon ressenti sur Myvatn, cette région est pleine de surprises et de coins à explorer ! Si tu savais comme tu me donne envie d’y retourner … ! Et la neige lui apporte un charme fou, j’adore.

wpDiscuz