Voyages immobiles : l’Écosse sur le petit écran.

x-default

Après notre échappée écossaise cinématographique du mois de mai, on se retrouve aujourd’hui pour la suite de l’aventure !
Je vous propose cette fois de découvrir le pays sur petit écran, au travers de 8 séries et un petit bonus de 3 émissions de télévision. L’éclectisme est encore de mise dans ma sélection. Il devrait logiquement y en avoir pour tous les goûts ou presque : pas mal de séries policières et de thrillers, des aventures familiales, un soupçon de romance et de voyage dans le temps, des réalisations très modernes, et certaines au charme un peu plus suranné. Bref, c’est parti pour ce deuxième volet !

Mon coup de cœur de la sélection n’est probablement pas la série la plus originale du lot mais je l’ai littéralement dévorée, et j’attends la suite avec une grande impatience. Celles et ceux qui ont déjà eu l’occasion de la visionner auront sans doute reconnu la maison dans l’en-tête de cet article, car je veux bien-sûr parler de Shetland !

shetland


SHETLAND
Première diffusion : 2013
Nombre de saisons : 5 pour le moment
Durée des épisodes : 1h


Comme son nom l’indique, cette série nous emmène avec elle dans l’archipel des Shetland, tout au nord de l’Écosse, où l’influence norvégienne n’est jamais très loin. On y suit l’inspecteur Jimmy Perez et ses deux acolytes, Tosh et Sandy.

Les enquêtes, toujours bien ficelées, courent sur 2, 4 ou 6 épisodes selon les saisons, et nous font découvrir Lerwick à l’occasion du festival viking annuel Up Helly Aa, Fair Isle et son centre d’observation des oiseaux, Glasgow, et même Bergen de l’autre côté de la mer du Nord.

Sous son apparent classicisme, cette série est pourtant moderne dans son écriture. Elle a l’immense mérite à mon sens d’essayer de sortir des représentations habituelles et d’éviter les caricatures. Le casting est varié, et certains sujets plus que souvent abordés sous un angle racoleur et vide de fond, sont traités plus en nuances.

Les magnifiques paysages y tiennent une place prépondérante, et le mode de vie insulaire insuffle une ambiance bien particulière.
Si vous aimez la trilogie écossaise de Peter May et les polars de Ragnar Jónasson, cette série est pour vous !


guiltGUILT
Première diffusion : 2019
Nombre de saison : 1 pour le moment
Durée des épisodes : 1h


Deuxième coup de cœur pour moi, Guilt est une mini-série (4 épisodes) surprenante, complètement hybride. Pas grand chose à voir avec Shetland, si ce n’est l’acteur Mark Bonnar qui tient ici dans l’un des deux rôles principaux.

Max et Jake, deux frères qui n’ont pas l’air de partager quoi que ce soit, se retrouvent liés par un secret embarrassant, et embarqués dans une spirale de mensonges après avoir accidentellement renversé un homme en pleine nuit devant chez lui. Ayant découvert que l’homme en question est en fin de vie, ils décident en effet de ne pas endosser leurs responsabilités et de ne pas alerter la police ni les secours.

Le spectateur se retrouve dès cette scène d’ouverture plongé dans une ambiance étrange, où la tension est contrebalancée par un humour singulier. Tout au long des quatre épisodes, l’atmosphère oscille de manière maitrisée entre thriller, drame et comédie. La passion pour la musique de Jake et son magasin de vinyles situé dans le quartier de Leith à Édimbourg, m’ont évidemment totalement conquise avec leur gros côté High Fidelity, très inattendu dans ce genre de série !

La réalisation est excellente, les décors et les lumières extrêmement soignés, le jeu de Mark Bonnar, théâtral à l’extrême est pourtant incroyablement adapté au personnage de Max. Autant vous dire que j’attends la deuxième saison, normalement prévue pour une diffusion cette année, avec impatience là encore ! Lire la suite

Voyages immobiles : l’Écosse au cinéma.

header_films_ecosse_blogbionature

Si les restrictions dues à la pandémie actuelle commencent peu à peu à être levées chez nous, les voyages internationaux ne sont toujours pas vraiment d’actualité avec les limitations et situations différentes selon les pays.

Outre le contexte particulier que nous connaissons maintenant depuis plus d’un an, il n’est de plus malheureusement pas à la portée de toutes les personnes qui le souhaitent de pouvoir voyager comme elles aimeraient le faire.

C’est pour ces raisons que j’ai décidé de vous proposer une nouvelle rubrique par ici, intitulée Voyages immobiles (petit clin d’œil à un titre d’Étienne Daho, coucou maman 😉 ) où je souhaite explorer les pays que j’aime et ceux qui me font rêver à travers le prisme de la culture en général, et plus particulièrement de la pop culture.

Et je ne pouvais évidemment pas commencer par une autre nation que l’Écosse, tant je passe de temps à explorer méthodiquement films, séries, livres et disques made in Scotland, ainsi qu’œuvres étrangères évoquant le pays au chardon.
J’ai déjà accumulé tellement de matière que le meilleur moyen d’en partager un maximum avec vous maintenant sans que cela soit trop indigeste, me semble être un simple tri par type d’œuvres. En avant donc pour cette première partie où il sera question de cinéma, avec pas moins de 23  films !

Les classer pour vous les présenter sans partir dans tous les sens s’est avéré être un véritable casse-tête, et j’ai fini par m’arrêter sur une organisation principalement géographique, avec quelques exceptions.
Vous retrouverez également en fin d’article un tableau récapitulatif regroupant certaines caractéristiques de tous ces films. Selon votre humeur et vos envies du moment, il vous aidera je l’espère à choisir le plus adapté.
Préparez une tasse de thé, nous sommes en route pour l’article le plus long du blog, et ça n’est pas un mince exploit ! Let’s go!

/// EDIMBOURG ///
  • Trainspotting / Danny Boyle, 1996
    Impossible pour moi de tourner mille ans autour du pot, je commence directement par l’un de mes films préférés de tous les temps ! Ultra connu et incontournable, je le trouve toujours aussi réussi 25 ans après sa sortie. C’est l’exemple même d’une adaptation impeccable de roman sur grand écran.
    La BO est canon, la réalisation inspirée, le casting remarquable, le monologue d’introduction culte (le fameux « Choose life »).
    On y suit Renton (Ewan McGregor), Spud et Sick Boy, 3 junkies de Leith le quartier des docks d’Édimbourg, et leur pote complétement allumé Begbie (Rober Carlyle) dans leur dérive plus ou moins volontaire, dans une Écosse des années 90 loin de faire rêver.
    « Foutus ratés dans un pays de ratés. C’est inutile de reprocher aux anglais de nous avoir colonisés. Je ne hais pas les anglais. Ce ne sont que des branleurs. Nous sommes colonisés par des branleurs. On n’a même pas été capables de trouver une civilisation saine, radieuse, honnête pour nous envahir.[…] Je ne hais pas les Anglais. Ils font ce qu’ils peuvent avec leur propre merde. Je hais les Écossais. »

    J’ai également pris énormément de plaisir à retrouver les protagonistes en 2017 dans une suite bien plus qu’honorable, toujours réalisée par Danny Boyle, et simplement intitulée Trainspotting T2.

trainspotting720

  • Petits meurtres entre amis / Danny Boyle, 1994
    Danny Boyle aurait-t-il été le réalisateur préféré et Ewan McGregor l’acteur favori de mon adolescence ? Oui, cent fois oui ! Petits meurtres entre amis, premier long métrage du réalisateur et première collaboration avec son acteur fétiche, est pour moi le summum de la comédie noire. Le film nous embarque dans le grand appartement d’Édimbourg d’un trio d’amis mal assortis à la recherche du colocataire idéal. Les ennuis commencent lorsqu’ils retrouvent le corps de l’heureux élu dans sa chambre quelques heures seulement après son emménagement, accompagné d’un mallette pleine de billets.

shallowgrave720

  • My name is Hallam Foe / David Mackenzie, 2007
    Voilà un film qui aurait facilement pu être totalement glauque avec son postulat de départ bien dérangeant. Hallam, un jeune garçon de 17 ans qui n’arrive pas à se remettre de la mort de sa mère, fuit la maison familiale désormais occupée par son père et une belle-mère avec laquelle il entretient des rapports troubles, pour s’installer à Édimbourg. Là, il trouve un poste de plongeur dans la restauration et tombe amoureux de sa supérieure, portrait craché de sa défunte mère. Il passe alors son temps libre à l’épier depuis les combles qu’il squatte dans l’immeuble où il travaille.
    J’ai été bluffée par le jeu de Jamie Bell (souvenez-vous Billy Elliot) dans ce rôle de jeune homme à la fois voyeur et romantique, déconnecté de la réalité et totalement humain. Édimbourg est filmée de façon très poétique et ce film a été un vrai coup de cœur pour moi !

hallamfoe720

  • L’Illusionniste / Sylvain Chomet, 2010
    Petit bijou de film d’animation par le réalisateur des Triplettes de Belleville, inspiré par une œuvre inédite de Jacques Tati.
    Les aventures de Tatichef, un illusionniste dont la carrière française semble à bout de souffle, nous entrainent avec lui dans sa quête de renaissance au cœur du Édimbourg des années 50 magnifiquement mis en images.

  • Sunshine on Leith / Dexter Fletcher, 2013
    Comédie musicale romantique plutôt gentillette, Sunshine on Leith est un « feel good movie » parfait quand Lire la suite

Féminisme, culture, société, économie, etc : quelques podcasts et vidéos à (re)découvrir.

header_lutte_blogbionature

Depuis les débuts de ce blog ma pensée sur différents sujets, aussi divers que l’écologie, le féminisme ou le handicap, a évolué. Elle s’est affinée tout en se radicalisant.
Je me doute que ce dernier terme va faire grincer quelques dents, mais, à mon sens, finesse et radicalité ne sont pas antinomiques du tout. Leur accord aurait même tendance à donner naissance à des choses intéressantes si vous voulez mon avis.

Si je ne suis clairement pas légitime pour prendre la parole sur certains combats (racisme ou LGBTQ+ par exemple), je suis par contre concernée directement et personnellement par d’autres (sexisme, féminisme et handicap pour ne pas les nommer).
Et je ne peux faire autrement que me rendre compte que toutes ces luttes possèdent de nombreux points communs, et relèvent d’une même origine : un rapport de force inégal reposant sur l’exploitation des minorités (ou considérée comme telles) par les groupes privilégiés.

J’ai de plus en plus envie d’aborder ces thématiques par ici mais j’avoue ne pas encore savoir exactement comment m’y prendre.
C’est pourquoi, en guise d’introduction, je vous propose pour le moment de découvrir quelques podcasts et chaines youtube que je trouve intéressants car nous invitant à aborder certains sujets sous un angle qui n’est généralement pas le plus répandu.

Voilà donc de quoi vous occuper un peu en ces temps étranges, avec les consignes de sécurité et de confinement que je vous invite plus que fortement à respecter, pas seulement pour vous, mais aussi pour protéger les personnes les plus vulnérables.

(Tous les mots en vert sont des liens cliquables.) Lire la suite

Un peu de musique !

header_emmaruthrundle

Avant de revenir vous parler cosmétique bio avec 2 produits que j’ai particulièrement appréciés ces derniers temps, course à pied, et probablement voyage, j’ai décidé assez logiquement en ce 21 juin de partager un peu de musique avec vous !

Lors de mes précédents articles à ce sujet, je vous avais proposé de remonter un peu dans le temps afin d’écouter ou ré-écouter deux morceaux de Green Day et Eddie Vedder qui m’avaient accompagnée il y a déjà quelques années de cela et que j’apprécie toujours autant.

Aujourd’hui, je vous invite à découvrir une artiste un peu plus récente et certainement plus confidentielle : Emma Ruth Rundle.
Son dernier album, On Dark Horses, sorti en septembre dernier, est pour moi l’un des deux meilleurs de l’année 2018, juste à côté du fantastique Our Row Heart de Yob.

Je suis capable de parler musique pendant des heures, mais comme à chaque fois que j’évoque le sujet ici, et comme je sais que ça n’est pas vraiment le cœur du blog, je vais me contenter de quelques mots et surtout vous laisser avec du son !

Les morceaux d’Emma Ruth Rundle sont extrêmement personnels et son précédent album, bien que très beau, était truffé de textes carrément déprimants.
Apparemment si sa composition semblait avoir été cathartique pour son autrice, le fait de devoir rejouer les morceaux sur scène soir après soir, avait au contraire renforcé son sentiment de malaise. En réaction à cela, lors de la composition de On Dark Horses, elle a volontairement décidé d’attaquer le problème sous un autre angle et de transformer ses expériences négatives en textes émancipateurs et ouvrant sur de nouvelles possibilités.

Pour moi cette démarche se rapproche de la pratique régulière de la méditation et de la gratitude, et je suis convaincue que l’on peut influencer notre quotidien de manière positive (comme négative) en s’entraînant à focaliser notre attention sur certaines choses plutôt que d’autres. Le but n’étant pas d’ignorer ou d’effacer les difficultés, mais de les remettre à leur juste place pour laisser à tout le reste l’espace nécessaire pour s’exprimer.

Sur cet album donc, elle se concentre sur le fait que les dés ne sont jamais jetés (In the wake of strange beginnings, we can still stand high dans Dark Horse), que les obstacles peuvent être dépassés (l’album dans sa globalité), et qu’il y a même des moments de grâce (We outshine the sun, we outrise the moon dans Light Song), tout en reconnaissant la dualité des choses (Sometimes this place is a prison and sometimes a palace dans Races qui est mon morceau préféré de l’album), et la place que la maladie mentale et l’anxiété peuvent prendre (tout le morceau d’ouverture, Fever Dreams).

Je trouve pour ma part tout ça très inspirant et je crois dur comme fer que les musiciens de cette trempe sont les véritables alchimistes, capables de transformer le plomb en or.

Et je vous laisse donc avec tout l’album pour le week-end ! 😉

I want to be the minority.

header_greenday

Juste avant l’été, j’avais posté ici un morceau d’Eddie Vedder que j’aime beaucoup et qui faisait pas mal écho à ma façon d’envisager les choses (Society, sur la B.O. d’Into the Wild).

Même si tout ça n’est pas vraiment en rapport avec l’écologie, les cosmétiques bio, ou je ne sais quoi d’autre supposé être le cœur de ce blog au départ, la musique occupe une place tellement importante dans ma vie, qu’il ne me semble pas complétement idiot de vous faire partager de temps à autre des morceaux que j’aime bien, avec des thèmes qui m’intéressent.

Du coup aujourd’hui on fait un bond de près de 18 ans en arrière pour atterrir fin 2000 au moment de la sortie du sixième album de Green Day, Warning, sur lequel on trouve le morceau intitulé Minority.

Au moment de sa sortie, j’attaque ma seconde année de fac de langue et même si j’écoute des choses bien plus carton en général, Green Day reste l’un des groupes que j’aime voir sur scène lors des festivals d’été auxquels j’assiste tous les ans en Angleterre.
18 ans plus tard, ce morceau qui à première vue fleure bon l’anticonformisme adolescent me parle toujours autant.
Un peu moins naïf qu’il n’y parait, on trouve dans les paroles des allusions décalées au Pledge of Allegiance américain et à un groupe politique chrétien et conservateur (Moral Majority) qui n’existe plus aujourd’hui et dont, vous vous doutez, Green Day ne partage pas du tout les opinions !
Mais les paroles de Minority restent avant tout un hymne joyeux à l’expression de la personnalité de chacun et au fait de ne pas vouloir rentrer dans le moule ! Et ça, il n’y a vraiment que les rabat-joie tristes pour venir dire que ça ne concerne que les ados !

Pour écouter le morceau, c’est juste là, et les paroles se trouvent en dessous. Bon week-end !

I wanna be the minority
I don’t need your authority
Down with the moral majority
‘Cause I wanna be the minority

I pledge allegiance to the underworld
One nation underdog
There of which I stand alone
A face in the crowd
Unsung, against the mold
Without a doubt
Singled out
The only way I know

‘Cause I wanna be the minority
I don’t need your authority
Down with the moral majority
‘Cause I wanna be the minority

Stepped out of the line
Like a sheep runs from the herd
Marching out of time
To my own beat now
The only way I know

One light, one mind
Flashing in the dark
Blinded by the silence of a thousand broken hearts
« For crying out loud, » she screamed unto me
A free for all
Fuck ’em all
You’re on your own side

‘Cause I wanna be the minority
I don’t need your authority
Down with the moral majority
‘Cause I wanna be the minority

 

Society, you’re a crazy breed.

eddievedder-20170619-tts-site-large-3

Sur la BO d’Into the Wild, le film de Sean Penn sorti en 2007. Interprété par Eddie Vedder et composé par Jerry Hannan.
Ce morceau et cet album tournent à nouveau en boucle chez moi. Je vous laisse donc avec ça pour ce long week-end…  Sortez prendre l’air, allez courir, voyagez, prenez le temps d’écouter de la bonne musique, de lire, et profitez.
Le lecteur pour écouter ce titre est juste en dessous des paroles. Et si vous savez qui est l’auteur de la sublime photo de Monsieur Eddie Vedder juste au-dessus, n’hésitez pas à me l’indiquer !

 

It’s a mystery to me
We have a greed
With which we have agreed

You think you have to want
More than you need
Until you have it all you won’t be free

Society, you’re a crazy breed
I hope you’re not lonely without me

When you want more than you have
You think you need
And when you think more than you want
Your thoughts begin to bleed

I think I need to find a bigger place
‘Cause when you have more than you think
You need more space

Society, you’re a crazy breed
I hope you’re not lonely without me
Society, crazy and deep
I hope you’re not lonely without me

There’s those thinking more or less less is more
But if less is more how you’re keeping score?
Means for every point you make
Your level drops
Kinda like it’s starting from the top
You can’t do that

Society, you’re a crazy breed
I hope you’re not lonely without me
Society, crazy and deep
I hope you’re not lonely without me

Society, have mercy on me
I hope you’re not angry if I disagree
Society, crazy and deep
I hope you’re not lonely without me