A la découverte de la Savonnerie de Grenoble.

savon-le-grenoblois-header

Mardi dernier j’ai eu la chance d’avoir l’équipe de la Savonnerie de Grenoble pour moi toute seule et ils m’ont avec une extrême gentillesse fait visiter les coulisses de leur labo !

Celles et ceux qui me  suivent régulièrement savent que j’utilise leurs produits depuis un bon moment maintenant, et en particulier le savon liquide à l’olive que je trouve en vrac à la Bonne Pioche.

Si j’étais déjà convaincue par la qualité des savons, je n’avais absolument aucune idée de qui se cachait derrière, ni de la façon dont ils étaient réellement fabriqués. C’est donc tout naturellement que j’ai accepté leur invitation à venir découvrir tout ça.

savonnerie de grenoble

Installée dans ses nouveaux locaux du quartier Mistral à Grenoble, l’équipe est aujourd’hui constituée de six personnes et lorsque j’y suis allée le labo venait tout juste d’être étoffé par l’arrivée de nouvelles cuves, développées spécialement pour la savonnerie afin de faciliter la production.

Mais au début de l’aventure, en 2016, ils n’étaient que deux.
Fred et Franck, les deux créateurs, avaient alors décidé de modifier leurs habitudes, de se lancer dans une nouvelle expérience professionnelle en accord avec leurs valeurs, et de s’affranchir de la cosmétique traditionnelle.

L’idée de fabriquer du savon est alors venue naturellement, en se rendant compte qu’il est tout simplement  l’un des quelques produits vraiment indispensables du quotidien, utilisé par tout le monde à un moment ou à un autre de la journée.

Dès le début, la volonté de proposer des produits naturels, bio et sains est là. Les compositions doivent être simples, efficaces et compréhensibles ; les matières premières de qualité et aussi locales que possible.

Trois ans plus tard cette volonté n’a pas bougé et les produits sont même certifiés Nature et Progrès, le label à mon sens le plus fiable et exigeant.
100% des ingrédients sont bio, exempts d’OGM, l’huile de palme et ses dérivés sont bannis, les ingrédients issus de la pétrochimie sont interdits, les produit sont cruelty-free (mais pas forcément vegan) etc.
En plus de tout cela, le label propose des garanties en matières de gestion de l’énergie, des déchets, des emballages etc.

blogbionature_savonnerie-de-grenoble (10)

Si la fabrication des produits par nos savonniers reste toujours totalement artisanale, le projet s’est tout de même étoffé au fil du temps !

En effet, deux activités distinctes se partagent aujourd’hui le labo afin de proposer des produits différents et complémentaires.

Il y a tout d’abord la Savonnerie de Grenoble et sa gamme traditionnelle de savons qui Lire la suite

12 idées pour un Noël « made in Grenoble »

cadeaux_header

J’imagine que cela n’a échappé à personne :  ça y est, Noël approche à grands pas ! Et ça n’est pas pour me déplaire car j’aime beaucoup cette période de l’année.

J’ai décidé aujourd’hui de vous proposer une sélection de douze idées de cadeaux 100% grenoblois. Comme à mon habitude, j’ai privilégié les artisans indépendants, le local, le bio, le zéro déchet. Certaines de ces idées cadeaux s’adressent exclusivement aux grenoblois.e.s, mais la plupart d’entre elles sont également  commandables ! J’ai bien-entendu essayé de penser à tout le monde et de présenter des choses adaptées à tous les budgets.

Allez hop, c’est parti !

Si vos proches et vous aimez le fait-main et les plantes, vous trouverez peut-être votre bonheur de ce côté :

blogbionature_noel_grenoble_1

  • Au Temps des Fées // herboristerie.
    En plus de produits cosmétiques naturels et biologiques, vous trouverez ici de bonnes infusions de plantes concoctées par Stéphane Rossi, docteur en pharmacie et créateur de l’herboristerie.
    Prix : à partir de 6,90€ les 80 ou 90g.
  • Aurélie Morin // céramiste.
    « A l’heure où tout s’accélère, dans l’atelier, c’est la matière qui donne le tempo. »
    Prix : tasses à partir de 13€, vases entre 32 et 58€.
  • My Favorite Thing // objets déco personnalisables faits main.
    Déco mais aussi accessoires de rangement et zéro déchet avec les cotons à démaquiller réutilisables !
    Prix : à partir de 12€ (comptez 35€ pour une housse de coussin personnalisée).
  • Emily’s stuff // pin’s et petits cadeaux.
    Graphiste de formation, Émilie (ma copine de bains nordiques, vous vous rappelez ? 😉 ) imagine de joli pin’s qui suivent les saisons. Mon coup de cœur : le beau chat noir avec sa monstera !
    Prix : entre 9 et 11€.


Pour les gourmands et autres amateurs de bonnes bières et whisky, c’est par ici que ça se passe !
Et il y a même de quoi transporter son goûter en mode zéro déchet et se laver les mains après la dégustation ! Lire la suite

Grenoble en vrac !

vrac_header

Je vous propose aujourd’hui un article qui sera bien utile aux grenoblois souhaitant réduire leurs déchets mais qui ne savent pas vraiment par quel bout s’y prendre !

L’une des solutions simples à notre disposition pour réduire les déchets que nous produisons réside tout bêtement dans le fait de réduire la quantité d’emballages inutiles entrant dans nos logements. Et pour cela, l’étape cruciale est à mon avis de faire ses courses en vrac le plus souvent possible.

Il y a encore peu de temps, seul le marché pouvait être une alternative zéro déchet ou presque aux courses en grandes surfaces, pour les denrées alimentaires principalement.
Mais depuis un moment maintenant, à Grenoble comme dans pas mal d’autres villes, on voit fleurir les épiceries 100% vrac. Signe que le changement est vraiment en train de s’installer : même les enseignes de grande distribution comme Carrefour ou Casino, mettent en place des rayons vrac (autrefois réservés aux seuls magasins bio) dans leurs supermarchés !

Si comme moi vous tendez plutôt à éviter la grande distribution, voici un petit annuaire d’adresses vrac et zéro déchet de Grenoble. C’est parti !

L’incontournable épicerie vrac et locale de la ville est pour moi La Bonne Pioche.

Je fréquente cette enseigne depuis son ouverture, l’accueil y est toujours sympathique, et comme le magasin est situé en plein centre de Grenoble, il est très pratique de s’y rendre à pied avec son petit caddy à roulettes !

On y trouve quelques fruits et légumes locaux, des céréales pour le petit déjeuner, du thé et du café, des tablettes de chocolats, des bières, des épices, des huiles, du vinaigre, des pâtes, du riz, du quinoa français etc…
Mais également des savons solides et liquides, du papier toilette, des produits d’entretien tout prêt ou des ingrédients pour les fabriquer, des sacs à vrac et des contenants, des produits d’hygiène et cosmétiques solides, du pain, des œufs, des yaourts et du fromage…
Pour ma part, si je n’arrive pas à faire toutes mes courses chez eux, j’y trouve déjà pas mal de choses !

L'épicerie, La Bonne Pioche, ouvrira ses portes à Grenoble en septembre et proposera des produits locaux sans emballage.


LA BONNE PIOCHE
2 Rue Condillac
38000 Grenoble
Ouvert du lundi au samedi, de 10h à 20h


La seconde épicerie vrac de la ville Lire la suite

Cette année, je loue mon sapin de Noël !

sapins

Noël chez moi, c’est une affaire sérieuse ! J’adore cette période de l’année, j’aime le thé aux épices et le vin chaud, la neige et le froid sec, les lumières qui scintillent, l’air cristallin, dénicher de chouettes cadeaux, réaliser de jolis paquets.
Et ce que j’aime peut-être par-dessus tout, c’est voir un beau sapin trôner dans mon salon pendant plusieurs semaines… mais voilà, ça n’est pas écolo du tout !
Peut-être qu’un jour cela changera, mais pour le moment, impossible pour moi d’imaginer Noël sans sapin !

J’ai eu pendant de nombreuses années un sapin synthétique, que nous utilisions déjà chez mes parents. Bien que j’évite maintenant au maximum le plastique et autres dérivés de pétrole, cela ne me semble pas être une mauvaise alternative, à condition bien-entendu de le conserver le plus longtemps possible.

De mon côté, après des années de bons et loyaux services, il a néanmoins fini par atterrir à la déchèterie. Il commençait à être déplumé et surtout, les pointes des branches étaient à moitié à nu, découvrant un petit bout bien piquant pas vraiment optimum quand on a des chats curieux n’ayant peur de rien et/ou très jeunes.

Du coup, je me suis ensuite rabattue sur les sapins pas chers du géant suédois de l’ameublement qui promettait de les recycler une fois la saison terminée.
Il fallait alors rapporter le sapin en magasin et ça me paraissait plutôt correct à l’époque. Sauf que depuis quelques années, je ne vois plus de trace de cette fameuse histoire de recyclage, et qu’il n’est plus question de ramener l’arbre à la fin des festivités…
J’ai dans tous les cas, décidé de changer de crémerie quand je me suis aperçue qu’en plus de tout ça, les sapins étaient bien moins beaux et hauts qu’avant.

Je me suis alors tournée vers un fleuriste traditionnel tout en commençant sérieusement à chercher une alternative plus écologique. C’était il y a trois ans et jusqu’à cette année, je n’avais pas trouvé de solution. Lire la suite

Mon premier Grenoble-Vizille.

profil_semi_grenoble_vizille

Dimanche dernier, j’ai participé pour la première fois à la course Grenoble-Vizille, un semi-marathon un peu plus gourmand, puisqu’il fait en réalité 22 km.
Comme je souhaitais cette année me frotter à un semi avec un peu de dénivelé, ce parcours, avec ses 280 mètres de dénivelé positif était l’occasion idéale pour un premier test, pas loin de la maison !

C’est sous la pluie que je suis allée récupérer mon dossard, samedi après-midi, à la Halle Clémenceau de Grenoble (notre ancienne patinoire). J’avoue que si je ne me suis pas trop attardée sur les stands, pourtant à l’abri, j’ai bien apprécié de retrouver l’ambiance d’avant-course qui me plait toujours autant !
L’évènement était bien plus modeste que ceux auxquels j’ai déjà pu participer dans ma toute petite carrière de runneuse (mis à par le LUT by Night peut-être), mais tout aussi appréciable !
Une fois le dossard et le t-shirt de la course en poche, je suis directement rentrée me mettre au chaud afin d’être en forme pour le lendemain.

Comme mon entrainement a été plus qu’aléatoire depuis ma reprise début février (2 séances par semaine, très peu de sorties longues et une seule séance de fractionné), je ne m’étais fixé aucun objectif, si ce n’est de terminer la course ! J’ai également un souci au pied gauche depuis plusieurs semaines, avec un orteil qui gonfle beaucoup dès que je cours et me fait plus ou moins mal le lendemain de chaque sortie ; du coup, je ne préférais pas tenter le diable.

Et puis je dois bien reconnaitre qu’en plus de tout ça, je n’étais pas vraiment motivée par la perspective de ce Grenoble-Vizille, très loin de me faire rêver comme le semi-marathon d’Oslo avait pu le faire ! C’est donc un peu à reculons que j’abordais cette nouvelle course. Heureusement, le fait  de récupérer le dossard m’a immédiatement remise en selle. Et dimanche matin, en arrivant aux abords de la ligne de départ, j’étais à nouveau impatiente de m’élancer  ! Lire la suite

Shepard Fairey, engagé pour la planète.

header_shepard_fairey_blogbionature

En ce moment, à Grenoble, se tient le Street Art Fest qui, comme son nom l’indique, est un festival mettant à l’honneur le street art sous toutes ses formes (ou presque). Il y en a pour tous les goûts, mais aujourd’hui j’ai décidé d’évoquer l’exposition de l’un de ses plus célèbres représentants : Shepard Fairey. Et cela pour deux raisons : je suis son travail depuis la fin des années 90 et un voyage sur la côte ouest des États-Unis qui m’avait permis de le découvrir et d’échanger avec lui par la suite, et surtout parce qu’il partage des valeurs que je souhaite véhiculer au travers de ce blog, telles que l’engagement pour la planète, une conscience écologique forte… et tout ça en n’oubliant pas les êtres humains !
Son enracinement dans la culture punk hardcore est également quelque chose que je partage et qui me parle énormément.

Le Street Art Fest propose donc, au milieu de ses nombreux événements et créations de fresques, une exposition de Shepard Fairey à la forme plus classique, à la galerie Spacejunk. Elle s’intitule A vision for our Planet et je vous conseille fortement d’aller y jeter un coup d’œil si vous avez l’occasion de faire un tour dans ma ville d’ici la fin du mois de juillet.

Elle répond au projet de livre objet Earth Crisis, à paraitre bientôt et qui permet en parallèle de soutenir France Nature Environnement (la fédération française des associations de protection de l’environnement, que je soutiens également à mon échelle grâce à mon épargne au Crédit Coopératif – ouuuii j’ai changé de banque, il faut que je vous en parle !).

Le thème central, vous l’aurez compris, est donc l’environnement, sa protection, les atteintes que nous lui portons, son avenir plus ou moins englué dans le pétrole…

Les sérigraphies regroupées dans cette exposition ont été créées entre 1997 et aujourd’hui, et sont fidèles au style si reconnaissable de Shepard Fairey, alias Obey, inspiré des affiches de propagande.

Voici un petit aperçu de ce que vous pouvez actuellement découvrir sur les murs de la galerie SpaceJunk : Lire la suite