Et si le recyclage de vos cartouches d’impression vous rapportait un peu d’argent ?

header_cartouche

Bonjour à toutes et tous ! On se retrouve aujourd’hui pour un second article dans le cadre de la semaine européenne de la réduction des déchets.

Après les idées simples pour réduire le volume de nos poubelles domestiques que je vous proposais dans mon précédent article, je vous présente aujourd’hui une solution elle aussi très facile à mettre en œuvre et pourtant encore relativement méconnue du grand public afin de recycler vos cartouches d’imprimante.

Nous sommes en effet nombreux à posséder une imprimante de bureau à jet d’encre pour notre usage personnel et/ou professionnel. Dans mon cas par exemple, même si j’ai drastiquement réduit son utilisation, je m’en sers encore régulièrement pour imprimer les factures de ma petite entreprise pour les clients que cela rassure de conserver une trace papier de leurs dépenses.

Sauf qu’une fois les cartouches terminées, il est souvent un peu galère de s’en débarrasser quand aucun point de collecte ne se trouve vraiment à proximité. Et c’est ici qu’intervient ma solution du jour : cartouche-vide.fr ! Là où elle s’avère vraiment maline pour vous, c’est qu’en plus de désencombrer votre poubelle d’un déchet parfaitement réutilisable, elle vous permet de récupérer quelques euros au passage ! Lire la suite

Des idées simples pour réduire ses déchets.

dechets_header

Si vous êtes sensible aux questions environnementales, cela ne vous aura peut-être pas échappé, demain débute la semaine européenne de réduction des déchets.

C’est donc dans ce cadre que s’inscrit ce nouvel article car il me semble que c’est un sujet crucial, tout comme celui du climat, qu’il n’est plus possible de prendre à la légère.

Parce que je sais qu’il peut être difficile de savoir par quel bout prendre le problème et qu’il est bien souvent encore compliqué de savoir ce que l’on peut faire à son échelle, je vous propose aujourd’hui de découvrir ou redécouvrir quelques solutions rapides et simples à mettre en place pour réduire très concrètement sa quantité de déchets.

Bien évidemment, je ne peux pas m’empêcher de débuter cet article avec un principe qui me tient à cœur, que vous connaissez déjà, mais qu’il est bon de remettre en avant régulièrement : le meilleur déchet reste toujours celui que l’on ne produit pas ! Cela parait évident mais oui, le meilleur moyen de réduire le volume de ses poubelles reste bel et bien le fait de repenser sa consommation ! De quoi ai-je besoin ? Est-ce vraiment nécessaire ? Vais-je réellement m’en servir ? N’y a-t-il pas un autre moyen de résoudre mon problème ?

Mais pour le reste, on fait quoi alors ?

affiche-serd

  • Dans la salle de bain.

Je commence volontairement par cette pièce car il me semble que c’est celle où l’on peut mettre en place de petites choses efficaces instantanément et où il est possible de voir le volume de sa poubelle décroître extrêmement vite. C’est motivant !

Il est par exemple possible de remplacer bon nombre de produits liquides par leurs équivalents solides facilement trouvables sans emballage (ou au pire du pire, avec un tout petit emballage en carton recyclable sans plastique).
A vous donc les shampoings solides, les savons à froid tout doux pour la peau, les dentifrices solides et rechargeables, voire les crèmes et baumes hydratants solides également !
On trouve maintenant ce genre de produits en magasins bio et quand ça n’est pas le cas, il suffit de prévoir un peu à l’avance et/ou de se coordonner avec des ami.e.s pour passer une commande groupée sur internet.

Ma marque favorite pour les shampoings solides est par exemple Pachamamaï. C’est aussi vers elle que je me tourne lorsque j’achète du dentifrice solide.

Il est également très simple de bannir totalement les cotons à démaquiller et les cotons-tiges à usage unique. Il suffit pour cela de Lire la suite

Grenoble en vrac !

vrac_header

Je vous propose aujourd’hui un article qui sera bien utile aux grenoblois souhaitant réduire leurs déchets mais qui ne savent pas vraiment par quel bout s’y prendre !

L’une des solutions simples à notre disposition pour réduire les déchets que nous produisons réside tout bêtement dans le fait de réduire la quantité d’emballages inutiles entrant dans nos logements. Et pour cela, l’étape cruciale est à mon avis de faire ses courses en vrac le plus souvent possible.

Il y a encore peu de temps, seul le marché pouvait être une alternative zéro déchet ou presque aux courses en grandes surfaces, pour les denrées alimentaires principalement.
Mais depuis un moment maintenant, à Grenoble comme dans pas mal d’autres villes, on voit fleurir les épiceries 100% vrac. Signe que le changement est vraiment en train de s’installer : même les enseignes de grande distribution comme Carrefour ou Casino, mettent en place des rayons vrac (autrefois réservés aux seuls magasins bio) dans leurs supermarchés !

Si comme moi vous tendez plutôt à éviter la grande distribution, voici un petit annuaire d’adresses vrac et zéro déchet de Grenoble. C’est parti !

L’incontournable épicerie vrac et locale de la ville est pour moi La Bonne Pioche.

Je fréquente cette enseigne depuis son ouverture, l’accueil y est toujours sympathique, et comme le magasin est situé en plein centre de Grenoble, il est très pratique de s’y rendre à pied avec son petit caddy à roulettes !

On y trouve quelques fruits et légumes locaux, des céréales pour le petit déjeuner, du thé et du café, des tablettes de chocolats, des bières, des épices, des huiles, du vinaigre, des pâtes, du riz, du quinoa français etc…
Mais également des savons solides et liquides, du papier toilette, des produits d’entretien tout prêt ou des ingrédients pour les fabriquer, des sacs à vrac et des contenants, des produits d’hygiène et cosmétiques solides, du pain, des œufs, des yaourts et du fromage…
Pour ma part, si je n’arrive pas à faire toutes mes courses chez eux, j’y trouve déjà pas mal de choses !

L'épicerie, La Bonne Pioche, ouvrira ses portes à Grenoble en septembre et proposera des produits locaux sans emballage.


LA BONNE PIOCHE
2 Rue Condillac
38000 Grenoble
Ouvert du lundi au samedi, de 10h à 20h


La seconde épicerie vrac de la ville Lire la suite

J’ai testé : Ma French Box.

header_mafrenchbox

Hello ! Je vous retrouve en ce début d’automne pour vous parler d’une box que j’ai eu l’occasion de tester ce mois-ci et que je suis sincèrement contente de pouvoir vous présenter ici tant Sindy, sa créatrice, prend soin de son projet et y met clairement tout son cœur.

Ma French Box c’est une box un peu hybride, avec à la fois des produits cosmétiques, de la déco, des gourmandises, des bijoux… Ce qui lie tout cela est le fait que tout soit fabriqué en France, bio et/ou naturel, non testé sur les animaux, en grande majorité issu de l’artisanat, et qu’il n’y ait pas d’échantillons mais uniquement des produits « full-size ».

Une attention toute particulière est apporté à l’emballage de la box et des produits qui la composent. Sindy a bien compris que le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas et cherche à tendre le plus possible vers le zéro déchet pour sa box. Elle demande par exemple à ses partenaires de ne pas emballer leurs produits car ils le seront dans la boite ; boite très sobre, elle-même confectionnée en carton recyclé et biodégradable.
Pour présenter les produits à l’intérieur, Sindy a recours a de jolis pochons réutilisables en tissu, cousus par la chouette marque lyonnaise Kufu. Le tout est calé avec les chutes de papier kraft utilisé pour emballer les box au moment de l’expédition (je dois néanmoins préciser que ce mois-ci, il y avait un peu de plastique bullé pour sécuriser les produits en verre et que je ne sais pas si c’est habituel).

blogbionature_kufu_lesimpatientes

Les divers papiers que l’on retrouve souvent dans ce type de box, avec des explications sur les produits, sont également minimisés. Le petit récapitulatif des produits du mois est imprimé sur du papier ensemencé avec des encres à base d’eau. Et si besoin, il suffit de se rendre sur le site pour retrouver toutes les informations sur les articles reçus.
Je trouve personnellement que c’est quelque chose de très appréciable car on a souvent tendance à se laisser envahir par la publicité et les papiers divers non sollicités, même en faisant très attention ; là au moins, le problème est presque totalement éliminé à sa source (deux articles avaient néanmoins une petite présentation papier ce mois-ci).

Maintenant que vous savez tout ça, je suis sûre que vous avez envie de découvrir le contenu de la box de septembre !
Je dois dire que pour moi, la découverte a été presque totale puisque sur les 5 produits proposés ce mois-ci, je connaissais uniquement la marque Note Suave et ses bougies végétales parfumées.

Dès l’ouverture de la boite, Lire la suite

Que pensez-vous de la lithothérapie ?

lithotherapie_blogbionature_header

Bonjour, bonjour ! Ça y est l’été touche à sa fin, le blog sort de sa torpeur, et je vais pour ma part pouvoir en profiter pour me reposer un peu et faire quelques travaux chez moi après une saison estivale chargée côté boulot !

On se retrouve donc aujourd’hui avec un petit article un peu différent afin de reprendre en douceur. Et pour cette fois, ça n’est pas vraiment moi qui vais vous donner mon avis car c’est bien le vôtre que je cherche à découvrir aujourd’hui !

Je m’interroge en effet depuis un long moment sur la lithothérapie, cette pratique qui consisterait à prendre soin de soi (therapeia) grâce aux pierres (lithos). Sauf que, vous commencez à me connaître un peu, je suis pour le moins dubitative sur la question !
Tout comme les fleurs de Bach, déjà évoquées sur le blog il y a quelque temps, je suis convaincue que l’effet placebo est un point clé de la lithothérapie et je n’exclus pas du tout que cette pratique puisse avoir un effet réel sur les personnes qui y ont recours, cependant je doute néanmoins fortement qu’il y ait quelque chose de tangible, démontrable, scientifique, à en tirer !

chrystal-3004351_1280

Depuis mon enfance, je m’intéresse aux minéraux, j’apprécie beaucoup lorsque je trouve de jolis spécimens lors de mes balades, je parcours toujours avec plaisir les ailes des muséums qui leur sont dédiées, et je songe sérieusement à me remettre à fréquenter les bourses aux minéraux comme je le faisais avant avec mes parents.

Ce qui m’a emmenée à prêter attention aux pierres en premier lieu, c’est la géologie, l’une de mes grandes passions quand j’étais petite. Plus concret et scientifique tu meurs !
Cependant, je m’intéresse également à Lire la suite

Mes dernières découvertes capillaires.

header_nouveauxsoins_leblogbio

Bonjour, bonjour ! Me voici de retour par ici pour vous parler à nouveau cheveux. Il faut croire que le sujet me passionne particulièrement ces derniers temps !

Dans mon précédent article, je vous détaillais où j’en étais après toutes ces années au naturel, et j’évoquais également au détour d’une ligne les produits qui me faisaient de l’œil et que j’avais bien envie de tester. Depuis, j’ai tout coupé pour passer à un carré plongeant (relativement long tout de même), et grâce à de belles promos, j’ai pu m’offrir une bonne partie des soins que je voulais essayer ! Et ce sont eux que je vais vous présenter aujourd’hui.

J’ai tout d’abord mis la main grâce à une belle promo sur les petits formats de deux produits Denovo dont j’entendais beaucoup de bien depuis plusieurs années : la Crème Lactée et l’Oléo Silk.
Je suis conquise depuis longtemps par l’efficacité sur moi du sérum Illumine de la même marque, j’espérais donc qu’il en serait de même pour ces produits capillaires !

La Crème Lactée est présentée comme l’équivalent pour les cheveux secs et indisciplinés d’une crème de jour. Elle permet d’hydrater la fibre capillaire et s’utilise sur cheveux humides, simplement essorés, mais aussi sur cheveux secs. C’est comme cela que je m’en sers pour le moment, et je devrais peut-être changer de technique car je ne vois pas de résultat extraordinaire à vrai dire ! J’espérais un domptage en règle des frisottis mais, rien de spectaculaire (cela dit, j’ai nettement moins de frisottis justement depuis ma coupe).
Le bon point, c’est que mes cheveux fins ne sont pas alourdis par ce produit. Par contre, je trouve personnellement l’odeur assez entêtante, pas désagréable mais trop sucrée et trop présente à mon goût. Je pense du coup qu’elle conviendra parfaitement aux personnes habituées à la cosmétique conventionnelle et appréciant les odeurs « régressives » de bonbons.
Vous l’aurez compris, pour ma part ça n’est à priori pas une crème que je rachèterai une fois mes 50ml terminés. Et ça évitera comme ça un flacon en plastique dans ma salle de bain 😉

Routine-Capillaire-denovo

Qu’en est-il maintenant de l’Oléo Silk ? Lire la suite

Point cheveux !

Cela fait une éternité que je n’ai plus parlé de l’évolution de mes cheveux sur le blog alors que je sais que bizarrement c’est un sujet qui intéresse beaucoup certaines d’entre vous ! Si vous me suivez sur instagram, vous voyez de temps à autre passer une petite photo à ce sujet et vous savez donc que de ce côté-là, le naturel n’est pas un long fleuve tranquille pour moi. Préparez-vous un bon thé, ça risque d’être long (en vrai, 5 minutes) !

Cela fait maintenant six ans, oui , six ans déjà, que j’ai décidé de tout changer à ce niveau aussi. D’ailleurs, vous pouvez toujours lire mon premier article à ce sujet ou suivre l’ensemble de mon épopée capillaire via la mot-clé cheveux.

Pour résumer rapidement, après plus de dix ans de colorations chimiques, j’ai entamé début 2012 ma transition vers le naturel avec une « détoxination » de ma chevelure à l’aide des produits de la marque Terre de Couleur. Le processus s’est avéré long, fastidieux et plutôt onéreux. Avec le recul, je pense maintenant que tout cela n’était pas vraiment nécessaire. Cette histoire de débarrasser le cheveu des résidus chimiques me laisse aujourd’hui assez perplexe. En effet, comme les colorations chimiques écartent les écailles des cheveux pour venir se fixer à l’intérieur, je me demande bien comment des masques à l’argile pourraient venir déloger la couleur passé un certain point… (par contre, sur le henné qui, lui, se dépose autour des cheveux sans pénétrer la fibre, là oui, je veux bien).

Si vous voulez mon avis actuel, pour bien engager sa transition, je crois qu’il est plutôt utile de :

  1. procéder à une bonne coupe pour se débarrasser au maximum des cheveux abîmés et de la couleur chimique (ce que je n’ai pas fait au début car je voulais absolument conserver ma longueur),
  2. d’arrêter l’emploi des shampoings, AS, et masques agressifs (ce que j’ai fait à moitié, les produits Terre de Couleur, exceptées les colorations, n’étant pas totalement exempts d’ingrédients agressifs),
  3. et de laisser ses cheveux et son cuir chevelu se reposer en peu et s’habituer à la nouvelle routine.

scissors-28698_1280

Bref, depuis tout cela que s’est-il vraiment passé, où en est ma couleur, quels sont les produits dont je suis satisfaite ?

A vrai dire, mes cheveux ont beaucoup souffert ces dernières années et je trouve malheureusement que de prime abord, ils ne sont plus aussi beaux qu’au temps de mes colorations chimiques. Car oui, à l’époque des colorations L’Or**l, ils n’étaient pas secs (je ne peux par contre pas en dire autant du passage chez Schwarz**pf), je n’avais pas de petits cheveux de différentes longueurs (les fameux frisottis) et ils brillaient beaucoup. Mais je pense que c’était en grande partie dû au fait que j’allais alors chez le coiffeur toutes les six semaines environ, ce qui maintenait l’illusion d’une chevelure parfaite ! Alors qu’aujourd’hui, on ne peut pas dire que j’en prenne soin correctement. Mais cela est en train de changer car j’ai envie de retrouver de beaux cheveux !

J’ai tout d’abord commencé par Lire la suite

Escapade balnéo en Chartreuse chez Oréade.

header_oreade_blogbionature

Bonjour, bonjour !
J’espère que vous allez bien depuis mon dernier article qui, peut-être, vous aura donné envie de dérouler votre tapis de yoga !
Je vous propose aujourd’hui de rester dans cette thématique bien-être en vous faisant découvrir un endroit surprenant et reposant à quelques encablures seulement de Grenoble, au cœur du massif de la Chartreuse : le centre de baléno gourmand Oréade.

Au départ du projet, on trouve Pierre, gérant de l’espace de balnéothérapie, rapidement rejoint par Christine, en charge de la partie restaurant.
Lorsque les premiers clapotis de l’eau se font entendre à Saint Pierre de Chartreuse, il y a maintenant six ans de cela, le centre ne propose alors que deux bains nordiques. Aujourd’hui, fort de son succès, il en compte six ! A cela s’ajoute un sauna, un yourte de détente où l’on peut siroter une tisane locale en sortant des bains, et un espace bien-être où sont proposés différents massages et soins.

chartreuse_blogbionature

Tout est conçu dans le respect de la nature, les matériaux sont durables, les bains et le sauna sont chauffés au bois local.
Du côté de l’espace bien-être, les produits utilisés lors des soins (et que l’on peut également retrouver en vente à l’accueil) sont ceux de la jolie marque bio Douceur Cerise, installée tout près, à Quaix en Chartreuse.

oreade_blogbionature_soins

Le jour où je me suis rendue chez Oréade, mi-mai, le temps était plutôt mitigé, il avait neigé la veille sur les hauteurs où un peu de brume continuait à s’accrocher.
Vous commencez à me connaître : j’ai bien évidemment adoré cette ambiance ! Pour moi, c’est l’idéal pour profiter des bains nordiques et je compte d’ailleurs bien y retourner cet hiver quand il y aura plein de neige afin de m’imaginer un peu en Norvège ! Comme les bains sont chauffés à 38°, aucun risque d’avoir froid ! Et depuis mes expériences islandaises en matière de bains extérieurs, me balader en maillot quand les températures sont négatives ne me fait plus peur !

J’ai également beaucoup aimé Lire la suite

Le yoga en ligne et en français avec MyQee.

yoga_header

Il y a trois ans environ, j’avais publié cet article à propos de mon expérience du yoga en ligne, avec des cours en anglais. Suite à cela, plusieurs personnes m’avaient contactée afin de savoir s’il n’y avait pas d’équivalent en français.
A l’époque, le yoga en ligne n’était pas aussi développé et l’offre était donc beaucoup plus réduite ; ce qui n’est plus le cas aujourd’hui !
Il existe en effet maintenant plusieurs plateformes proposant des cours de yoga à un prix abordable et en français. Je vous propose donc de découvrir l’une d’entre elles tout de suite !

Il s’agit du site MyQee qui met à notre disposition via un abonnement mensuel (12€) ou annuel (120€) plus de 250 cours différents dans des discipline variées : plusieurs types de yoga, pilates, barre au sol, stretching, méditation, relaxation, sophrologie, qi gong.

Cette variété est à mon avis l’un des atouts majeurs du site. Pendant les trois mois environ où j’ai pratiqué avec l’aide de MyQee, j’ai en effet pu découvrir des choses que je ne connaissais pas, ou uniquement de nom.
J’ai par exemple testé le yoga nidra, qui m’a plu, et le kundalini, que je n’ai pas apprécié du tout ! J’ai également fait un peu de barre au sol, mais je me suis finalement plutôt concentrée sur la méditation et les pratiques de yoga que je connaissais déjà : Vinyasa, Ashtanga, Hata, Hata Yoga Flow.
Pour chacune de ces disciplines, des vidéos de plusieurs professeurs sont accessibles, ce qui permet de tester différentes approches.

Il est possible de sélectionner le type d’activité que l’on souhaite effectuer bien entendu, mais on peut également choisir son niveau, la durée pendant laquelle on souhaite pratiquer, ou encore la partie du corps que l’on désire travailler en priorité. Pour vous donner une petite idée, voilà à quoi tout cela ressemble :

myqee

J’ai pour ma part trouvé le site très bien construit à ce niveau-là, tout est accessible facilement et très clairement (l’interface est d’ailleurs globalement très agréable : simple, épurée et pratique).

Il existe également des sélections thématiques concoctées par l’équipe MyQee afin de se focaliser sur un point bien particulier comme par exemple Lire la suite

J’ai testé : les oléo-sérums Epicosm.

header_epicosm_blogbionature_1092

Hello ! On se retrouve aujourd’hui pour un petit test cosmétique mené tambour battant pendant deux mois par Monsieur Bio et moi-même, oui oui !

Mais d’abord, une petite parenthèse… Si j’ai toujours été exigeante dans le choix des produits que je vous présente sur le blog, il est vrai qu’avec les box par exemple (dont on ne connait pas le contenu à l’avance), j’ai quand même parfois pu me retrouver avec des cosmétiques que je n’aurais pas décidé d’acheter par moi-même car ils ne remplissent pas tous mes critères, bien que leur composition reste tout à fait satisfaisante.

Vous savez parfaitement que j’ai l’habitude de poster des revues objectives et que je n’hésite pas à souligner les point qui me chagrinent ainsi qu’à signaler clairement lorsqu’un produit ne me convient pas après test. Mais j’ai néanmoins décidé d’essayer de faire encore plus attention et de mettre l’accent sur des marques et/ou producteurs plus confidentiels aussi souvent que possible.
Un bon contact avec mes interlocuteurs reste crucial pour moi car je ne suis pas là pour faire de la pub gratuite, mais bien pour présenter des initiatives et des produits qui me plaisent. Et j’ai pu constater que je n’ai JAMAIS eu aucun souci pour obtenir des compléments d’informations, ni pour discuter de certains choix d’ingrédients avec des marques à taille humaine ; alors que je ne peux pas en dire autant de certaines plus établies que j’appréciais pourtant déjà beaucoup à titre personnel avant que l’on me propose d’en parler sur le blog (ce que je n’ai, du coup, pas fait).

Fin de la parenthèse, passons maintenant à ce qui nous intéresse aujourd’hui : la découverte d’Epicosm et de ses chouettes oléo-sérums !

blogbionature_epicosm (2)

Ça n’est pas un secret, je suis une grande adepte des huiles, en particulier pour le démaquillage et en tant que sérum. Par contre, je n’arrive pas à utiliser d’huile végétale pure en tant qu’hydratant à la place de ma crème de jour.

Quand Estelle, la créatrice d’Epicosm m’a contactée, j’ai d’abord été emballée par son parcours et le fait qu’elle ait décidé de fonder sa propre ligne de cosmétiques en revenant d’une expatriation en Australie ; l’ailleurs comme moteur de création, moi, ça me parle !
De l’Australie, elle a eu envie d’intégrer à tous ses produits une matière première typique : l’huile de macadamia, une huile sèche particulièrement agréable à utiliser sur la peau (un peu comme l’huile de jojoba je trouve).

En plus de l’huile de macadamia, les oléo-sérums Epicosm comportent tous plus de 96% d’ingrédients d’origine naturelle.
Je vous avoue avoir eu un petit doute sur certains composants en épluchant à la loupe la liste d’ingrédients présente sur l’emballage en pensant détecter de potentiels dérivés d’huile de palme. Mais je vous rassure tout de suite : il n’y en a pas, tout simplement ! Estelle m’a tout bien détaillé, nous avons passé en revue tous les ingrédients pour lesquels je me posais la question, et ils sont issus de l’huile de coco. Même si la problématique de l’huile de palme n’est pas aussi simple qu’il n’y parait, Estelle partage mes interrogations à son sujet et a décidé de ne pas y avoir recours ce qui pour moi est un bon point.

Autre point positif, tout est très clair sur le fait que la marque est cruelty-free (pas de test sur les animaux) et vegan (aucun ingrédient d’origine animale). Elle est de plus installée dans ma région (en Savoie, à La Ravoire pour être précis), tous les produits sont fabriqués en France et les emballages sont recyclables, en verre et en carton.
Il est également intéressant de signaler qu’on ne trouve pas d’huiles essentielles dans les compositions, ce qui rend ces sérums utilisables par le plus grand nombre.

J’ai reçu deux produits pour ce test : le sérum Éclat & Fermeté pour moi, et le sérum Homme pour Monsieur Bio.

header_epicosm_blogbionature_2

Comme vous pouvez le voir, Lire la suite