Trois huiles végétales intéressantes en S.A.F.

huiles

Comme j’avais déjà commencé à l’évoquer dans mon premier article consacré à la saponification à froid il y a de cela un long moment maintenant, certaines huiles végétales me paraissent particulièrement intéressantes, voire indispensables, pour réaliser ses propres savons.
Trois d’entre elles retiennent particulièrement mon attention : l’huile d’olive, l’huile de ricin et l’huile de coco.
Je vous propose donc aujourd’hui de vous en dire un peu plus sur celles que j’utilise personnellement, leurs propriétés respectives, ainsi que la façon de les intégrer en saponification.

Le gros avantage de fabriquer ses savons soi-même, c’est bien-entendu de savoir précisément de quels ingrédients ils se composent. C’est l’occasion idéale de choisir exactement ce que l’on veut utiliser et d’éliminer toutes les substances potentiellement nocives.

Il est pour moi essentiel d’utiliser des huiles vierges de première pression à froid si l’on veut conserver toutes leurs propriétés.
Ce procédé garantit en outre que les huiles sont bien extraites de manière mécanique, sans être chauffées, ni entrer en contact avec divers produits. Car oui, pour des questions d’augmentation de rendement, cette méthode naturelle n’est pas systématique, et beaucoup d’huiles sont en fait extraites à l’aide de solvants ou en chauffant les graines. Ces méthodes appellent ensuite une étape de raffinage supplémentaire afin de rendre à l’huile une apparence et une odeur acceptables…

En plus de privilégier systématiquement des huiles vierges de première pression à froid, je choisis également toujours des huiles biologiques pour deux raisons : la première, c’est bien-entendu que je n’ai pas envie de me retrouver avec des substances toxiques dans l’organisme ; et la seconde, c’est qu’il me parait indispensable de soutenir l’agriculture biologique, seul modèle respectueux de la planète et de ses habitants. Nous votons tous les jours lorsque nous consommons, je crois donc qu’il est donc indispensable de voter de manière avisée.

Venons-en maintenant aux propriétés spécifiques de chacune de mes trois huiles fétiches ! Lire la suite

J’ai testé : la gamme Océopin.

oceopin_header_blogbionature

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de recevoir quelques petits produits Océopin dans un joli pochon en coton bio afin de découvrir ces soins à base d’huile de graines de pin maritime.
Je connaissais la marque de nom depuis un bon moment et son éthique semblait correspondre à ma façon de voir les choses, c’est donc avec plaisir que je vous en parle aujourd’hui après avoir testés trois produits : l’huile de graines de pin maritime, le soin du corps, et la poudre exfoliante.

Pour planter rapidement le décors : Océopin est une marque française originaire du Cap Ferret et de ses pinèdes au bord de l’océan Atlantique. Elle a vu le jour en 2012, fabrique en France, et ses produits sont biologiques et certifiés par Ecocert.
Les pommes de pin sont récoltées manuellement, tout est traçable, l’huile est extraite sans aucun ajout de solvant par première pression à froid.

Sur les trois produits reçus, deux ont une composition ultra-simple et on ne peut plus irréprochable. Jugez plutôt par vous même  : l’huile de graines de pin restructurante et anti-âge, destinée au soin du visage, est en effet composée à 100% d’huile de pin maritime pure ;  et la poudre exfoliante pour le corps contient quant à elle 100% de poudre de graines de pin maritime français.

oceopin_blogbionature

Le troisième produit, le soin corps a lui une composition un peu plus longue (à voir par ici) et je trouve dommage que tous ses ingrédients, pourtant tous d’origine naturelle, ne soit pas tous biologiques (notamment l’huile de tournesol et l’huile de noisette). Les deux autres produits ayant placé la barre très haut, j’avais peut-être trop d’exigences pour celui-ci ! 😉

A l’usage, j’ai réellement apprécié d’utiliser ces produits.
L’huile de graines de pin maritime, de part sa teneur élevée en acides gras, vitamine E et anti-oxydants est particulièrement adaptée en soin anti-âge… mais pas uniquement ! Elle convient en effet également bien aux peaux un peu sèches ou déshydratées en leur redonnant de la souplesse (et peut aussi servir de en soin apaisant après soleil après une bonne journée de ski).
De mon côté, Lire la suite

Tricoter plus éthique.

header_tricot_blogbionature

Lorsque j’ai décidé d’apprendre à tricoter, il y a de cela environ cinq ans, je ne me posais pas du tout la question de la provenance des matières premières que j’utilisais. Comme en plus je ne tricotais que de manière très épisodique et assez anecdotique, j’avoue que je n’avais pas vraiment envie de chercher plus loin que ça pour 4 pelotes de laines par an.

La situation est bien différente aujourd’hui. Je ne conçois en effet plus vraiment de consommer quoi que ce soit sans me poser un minimum de questions. J’avais déjà effectué pas mal de recherches sur la laine utilisée pour fabriquer nos vêtements, du coup il était très illogique de ne pas élargir la réflexion à celle que l’on nous vend en pelotes. Même si tout ce que je fais est loin d’être parfait, ma réflexion est maintenant bien plus globale.

En parallèle, je me suis mise à tricoter beaucoup plus ces derniers mois, je viens également de commencer le crochet, et vais me mettre au tissage dans les semaines à venir maintenant que je suis équipée d’un magnifique métier offert par Monsieur Bio pour Noël !  Il était donc temps d’aller un peu plus loin sur le sujet.

funem_blogbionature
Même si je reste persuadée que le véganisme est le but vers lequel nous devrions tendre, à la fois d’un point de vue éthique et moral, mais également environnemental, j’en suis à titre personnel encore très loin (pour le moment ?). En effet, plutôt que Lire la suite

Premiers pas avec notre lombricomposteur.

boiteaterre (1)

Pour Noël, Monsieur Bio et moi-même avons eu en cadeau un beau lombricomposteur.
La belle-famille était bien renseignée (!) et nous avons donc reçu le modèle que nous avions choisi parmi toutes les options disponibles : celui en bois fabriqué et commercialisé par la Boite à Terre.

Nos critères de sélection étaient les suivants :

  • pas de plastique
  • adapté à un usage intérieur
  • fabriqué en France

Cependant, aussi restreintes qu’aient été nos contraintes, seule la Boite à Terre y répondait parfaitement. En effet, tous les autres lombricomposteur d’intérieur, sans exception, sont en plastique. Nous aurions très bien pu fabriquer le notre nous-même mais sur ce coup-là, nous avons opté pour la facilité, et nous ne le regrettons pas !

Fabriqué à partir de Douglas issus de forêts gérées durablement, notre lombricomposteur s’intègre parfaitement à notre cuisine et je le trouve personnellement beaucoup plus chouette que ses équivalents en plastique ! Il se compose d’un support sur roulette qui fait office de fond, et de deux bacs carrés à empiler (pour le moment nous n’en utilisons qu’un seul).
Son encombrement est plutôt faible, il mesure environ 40×40 cm, et n’est pas plus haut qu’une poubelle de cuisine classique. Voici un petit schéma pour vous montrer à quoi il ressemble :

lombri_2plateaux_fermé

Lorsque nous l’avons reçu, Lire la suite

J’ai testé : la Biotyfull Box de janvier.

header_bityfullbox_janvier2017

Février débutant à peine, il est encore temps de vous parler de la Biotyfull Box du mois de janvier 2017 ! Je l’ai reçue il y a quinze jours de cela, j’ai donc pu la tester tranquillement pour vous donner un avis que j’espère toujours pertinent.

En janvier, la box se composait de cinq produits full-size comme d’habitude, tous made in France, certains certifiés bio, et d’autres non, mais toujours d’origine naturelle.

Sur les cinq marques proposées ce mois-ci, je n’ai connaissais que deux ; cette box a donc été riches en découvertes pour moi !

Le premier produit que j’ai utilisé est le stylo-gel anti-imperfections Sublime Correcteur de Lady Green. Il est certifié bio, cruelty free et vegan.
Je n’ai plus vraiment l’habitude d’avoir de boutons depuis un bon moment maintenant ; ma peau est très très nettement moins difficile depuis que j’utilise des produits naturels et que je ne mets plus de fond de teint. Cependant, le hasard a voulu que j’aie néanmoins quelques imperfections à traiter au moment de la réception de ma box !
Composé, entre autre, de zinc et d’alcool de lavande, deux ingrédients qui marchent bien sur moi, j’ai trouvé ce stylo-gel efficace, c’est une agréable surprise.
J’utilise normalement une simple goutte d’huile essentielle de lavande dans ces cas-là car c’est ce qui est le plus convaincant pour moi, et, si je pense plutôt rester sur cet ingrédient brut et tout simple, je reconnais néanmoins que ce gel est très pratique à transporter et à avoir tout le temps dans son sac si besoin ! En tout cas, il m’est bien utile en ce moment ! (Bon plan : ce produit est actuellement remisé sur le site de Lady Green.)

  • Points forts : efficacité / facilité d’utilisation / certifié bio / cruelty free & vegan
  • Point faible : emballage plastique
  • Télécharger la composition

ladygreen_blogbionature

Pour compléter l’action de ce gel anti-imperfections, j’ai également testé tout de suite Lire la suite

J’ai lu : L’Art de l’essentiel par Dominique Loreau.

orchidee_blogbionature

Dans mes souhaits pour 2017, il y a celui de lire encore un peu plus. Dans cette optique, je suis retournée m’inscrire à la bibliothèque municipale au début du mois afin de pouvoir dévorer des pages et des pages sans tout acheter ! C’est mieux pour mon budget, mais également pour la planète et mon envie de ne plus multiplier les possessions à outrance !

Le jour de mon inscription, j’ai emprunté diverses choses, du roman à l’essai sociologique, en passant par des nouvelles et un bouquin de jardinage ! J’ai également ramené chez moi L’Art de l’essentiel, de Dominique Loreau.

Dominique Loreau est une référence pour tous ceux qui souhaitent simplifier leur vie, réussir à se concentrer sur l’essentiel, désencombrer leur intérieur et leur esprit. Ces thèmes m’intéressant particulièrement, cela faisait longtemps que j’avais envie de me plonger dans ses écrits.
Malheureusement je n’ai pas été très emballée par ce que j’ai découvert dans le pages de L’Art de l’essentiel.

essentiel_loreau

Rien que sur la couverture on peut déjà lire deux fois le mot Lire la suite