J’ai testé : les oléo-sérums Epicosm.

header_epicosm_blogbionature_1092

Hello ! On se retrouve aujourd’hui pour un petit test cosmétique mené tambour battant pendant deux mois par Monsieur Bio et moi-même, oui oui !

Mais d’abord, une petite parenthèse… Si j’ai toujours été exigeante dans le choix des produits que je vous présente sur le blog, il est vrai qu’avec les box par exemple (dont on ne connait pas le contenu à l’avance), j’ai quand même parfois pu me retrouver avec des cosmétiques que je n’aurais pas décidé d’acheter par moi-même car ils ne remplissent pas tous mes critères, bien que leur composition reste tout à fait satisfaisante.

Vous savez parfaitement que j’ai l’habitude de poster des revues objectives et que je n’hésite pas à souligner les point qui me chagrinent ainsi qu’à signaler clairement lorsqu’un produit ne me convient pas après test. Mais j’ai néanmoins décidé d’essayer de faire encore plus attention et de mettre l’accent sur des marques et/ou producteurs plus confidentiels aussi souvent que possible.
Un bon contact avec mes interlocuteurs reste crucial pour moi car je ne suis pas là pour faire de la pub gratuite, mais bien pour présenter des initiatives et des produits qui me plaisent. Et j’ai pu constater que je n’ai JAMAIS eu aucun souci pour obtenir des compléments d’informations, ni pour discuter de certains choix d’ingrédients avec des marques à taille humaine ; alors que je ne peux pas en dire autant de certaines plus établies que j’appréciais pourtant déjà beaucoup à titre personnel avant que l’on me propose d’en parler sur le blog (ce que je n’ai, du coup, pas fait).

Fin de la parenthèse, passons maintenant à ce qui nous intéresse aujourd’hui : la découverte d’Epicosm et de ses chouettes oléo-sérums !

blogbionature_epicosm (2)

Ça n’est pas un secret, je suis une grande adepte des huiles, en particulier pour le démaquillage et en tant que sérum. Par contre, je n’arrive pas à utiliser d’huile végétale pure en tant qu’hydratant à la place de ma crème de jour.

Quand Estelle, la créatrice d’Epicosm m’a contactée, j’ai d’abord été emballée par son parcours et le fait qu’elle ait décidé de fonder sa propre ligne de cosmétiques en revenant d’une expatriation en Australie ; l’ailleurs comme moteur de création, moi, ça me parle !
De l’Australie, elle a eu envie d’intégrer à tous ses produits une matière première typique : l’huile de macadamia, une huile sèche particulièrement agréable à utiliser sur la peau (un peu comme l’huile de jojoba je trouve).

En plus de l’huile de macadamia, les oléo-sérums Epicosm comportent tous plus de 96% d’ingrédients d’origine naturelle.
Je vous avoue avoir eu un petit doute sur certains composants en épluchant à la loupe la liste d’ingrédients présente sur l’emballage en pensant détecter de potentiels dérivés d’huile de palme. Mais je vous rassure tout de suite : il n’y en a pas, tout simplement ! Estelle m’a tout bien détaillé, nous avons passé en revue tous les ingrédients pour lesquels je me posais la question, et ils sont issus de l’huile de coco. Même si la problématique de l’huile de palme n’est pas aussi simple qu’il n’y parait, Estelle partage mes interrogations à son sujet et a décidé de ne pas y avoir recours ce qui pour moi est un bon point.

Autre point positif, tout est très clair sur le fait que la marque est cruelty-free (pas de test sur les animaux) et vegan (aucun ingrédient d’origine animale). Elle est de plus installée dans ma région (en Savoie, à La Ravoire pour être précis), tous les produits sont fabriqués en France et les emballages sont recyclables, en verre et en carton.
Il est également intéressant de signaler qu’on ne trouve pas d’huiles essentielles dans les compositions, ce qui rend ces sérums utilisables par le plus grand nombre.

J’ai reçu deux produits pour ce test : le sérum Éclat & Fermeté pour moi, et le sérum Homme pour Monsieur Bio.

header_epicosm_blogbionature_2

Comme vous pouvez le voir, Lire la suite

Les carrés démaquillants parfaits !

header_lingettes_blogbionature

Bonjour, bonjour !
En cette fin février toute grise, je vous propose de vous parler un peu de mes carrés démaquillants actuels, assortis au ciel !

Comme vous le savez déjà, je n’utilise plus du tout de cotons à démaquiller classiques depuis plusieurs années maintenant ; ça a même été l’un de mes tous premiers gestes pour réduire mes déchets.
Et en près de six ans sans aucun coton à démaquiller jetable, je n’ai jamais regretté mon choix car je trouve les carrés lavables bien plus doux pour la peau. Vraiment, ça n’est pas comparable du tout !

Si je me démaquille maintenant la plupart du temps en massant simplement mon visage du bout des doigts avec un peu d’huile, j’ai tout de même toujours recours de manière régulière aux carrés démaquillants (si je n’ai pas envie d’avoir plein d’huile sur les mains, ou quand je souhaite insister un peu plus à certains endroits par exemple).  Et lorsque je voyage, j’emporte toujours un carré ou deux avec moi.

Après avoir testé plusieurs sortes de lingettes lavables, et avoir été convaincue par deux d’entre-elles : les carrés en eucalyptus des Tendances d’Emma et les disques bifaces de Haute comme 3 pommes, j’ai quand même fini par leur trouver un défaut ; certes peu gênant car uniquement esthétique, mais quand même ! Et oui, contrairement à ce que je disais durant les premières semaines d’utilisation, il finit par rester des traces et des auréoles sur les lingettes, même après un bon lavage !
Si vous n’êtes pas maniaque, ça n’est certainement pas un argument pour vous, mais si comme moi, vous aimez les choses bien nettes, je suis sûre que vous comprenez le problème !

Du coup, ces petites lingettes grises issues de la collaboration entre Les Tendances d’Emma, toujours, et la chouette boutique en ligne Doux-Good, tombent vraiment à pic pour les maniaques comme moi ! Et elles ont vraiment tout pour plaire selon moi, vous allez voir !

tendance_demma_blogbionature

Elles sont en effet Lire la suite

J’ai testé : la gamme Snö Eternelle.

sno_eternelle

Pour finir cette année 2017 tranquillement, je vous propose de découvrir Snö Eternelle, une marque naturelle ma région, à l’esthétique hivernale bien de saison !

Imaginée par Raphaëlle Monod-Sjöström (dont vous connaissez sans doute déjà le nom grâce à ses exploits sur les pistes de ski de bosses), Snö Eternelle a vu le jour en Haute-Savoie il y a quelques années.
Habituée des conditions difficiles propres à la montagne, et passionnée depuis toujours par les plantes et les soins naturels, l’ancienne sportive professionnelle n’a semble-t-il pas hésité longtemps avant de se lancer dans l’élaboration de cosmétiques alliant ces deux facettes.

La gamme s’articule autour de trois produits, tout est certifié biologique, et les compositions affichent 99 ou 100% d’ingrédients d’origine naturelle.

Un soin évident est apporté au packaging. Et en plus d’être très beaux, les emballages sont entièrement recyclables. Si l’un des flacons est en plastique, les deux autres contenants sont en verre, le matériau que je privilégie personnellement au maximum.
Avec leurs élégants capuchons en bois, ce sont franchement des produits que l’on n’hésite pas à laisser en vue dans la salle de bain !

sno_eternelle_blogbionature

Pour ne rien gâcher, Snö fait partie du programme 1% pour la planète et vous pouvez en apprendre un peu plus sur son engagement, principalement lié aux problématiques de l’eau et de la montagne, directement sur le site de la marque.

Partons maintenant à la découvertes des produits, à savoir : une crème riche pour le visage, une huile S.O.S pour le corps, et un fluide solaire.

Le produit qui m’a convaincue à 100% car il remplit tous mes critères est Lire la suite

J’ai testé : le magnésium transcutané

magnesiumtranscutane

Bonjour, bonjour ! On se retrouve en cette froide journée de novembre pour parler d’un produit que j’ai testé au cours des dernières semaines.

Je pense que vous avez déjà vu fleurir ces petites bouteilles bleues à droite à gauche sur les blogs car nous avons visiblement été un certain nombre à tester ce produit : l’huile de magnésium transcutané, proposée par la marque Au cœur des Traditions.

Quand j’ai été contactée pour le test, j’avoue avoir eu deux réactions en une ! J’ai à la fois hésité car j’avais bien vu que ce produit avait été proposé à beaucoup de monde (je l’avais d’ailleurs découvert grâce au test de Camille de Mange tes légumes), et j’ai en même temps été emballée car je suis moi-même très sujette à la carence en magnésium, que j’en fais donc des cures régulières, et que je m’étais aperçu très peu de temps auparavant que toutes les formes de magnésium n’étaient pas assimilables de la même manière par le corps humain.

Je m’explique ! Il existe en effet plusieurs types de sel de magnésium que l’on peut utiliser en cure afin de compléter l’apport en magnésium par notre alimentation, souvent insuffisant aujourd’hui.

Les trois grandes formes de sels de magnésium qui existent sont les suivantes :

  1. Les organiques : comme les glycérophosphate, les citrates et les malates. Ce sont ces formes là qu’il faut à mon avis privilégier car elles présentent les deux avantages d’être facilement assimilables par le corps humain et d’être bien tolérées.
  2. Les inorganiques (ou métalliques) : chlorures et oxydes ou hydroxyde, entres autres. Ces formes sont peut-être les plus répandues dans les compléments les plus courants, mais malheureusement elles ne sont pas idéales car en plus de provoquer chez certaines personnes des désagréments de transit, elles ne sont en fait pas bien assimilables par le corps humain.
  3. Les chélatées (ou aminocomplexées) : ce sont par exemple les bisglycinates ou les hydrolysats de protéines. Elles sont elles aussi bien tolérées.

Je n’avais jamais vraiment fait plus attention que ça à la composition de mes compléments jusqu’à cet été. Mais c’est à ce moment-là, alors que je prenais un complément magnésium / B6 depuis un moment,  que j’ai réalisé qu’il n’avait strictement aucun effet sur moi.
De mon côté il y a un signe qui ne trompe pas sur le fait que je manque de magnésium : mes paupières « clignotent ». Vous savez ces petits spasmes très désagréables… Et bien malgré mon complément, ils ne disparaissaient pas du tout.

J’ai par conséquent regardé la composition sur mon flacon et constaté qu’il contenait de l’oxyde de magnésium.
J’ai donc changé tout de suite pour un autre complément à base de glycérophosphate, et ça a été le jour et la nuit de manière immédiate : plus du tout de spasmes des paupières, et moins de stress. J’ai été bluffée !

J’ai également repensé à  mon essai du nigari, qui s’était soldé par un échec total car en plus d’avoir un goût atroce, j’avais trouvé ça totalement inefficace. Le nigari étant en fait du chlorure de magnésium, cela confirme bien que sur moi, les formes inorganiques ne marchent pas, ou mal.

J’avoue donc que j’étais perplexe sur l’efficacité de l’huile de magnésium transcutané. C’est en effet du magnésium marin qui est l’une des formes inorganiques…

magnésium transcutané blog bio

J’ai reçu une jolie une jolie bouteille en verre bleu dont j’ai beaucoup apprécié l’esthétique robuste et traditionnelle. Si la marque est française, l’huile de magnésium provient  Lire la suite

♥ Coup de coeur pour Savon Stories ♥

savon_stories_header

Bonjour, bonjour ! Me voilà un peu de retour après une longue absence et un été bien plus chaotique que prévu, avec beaucoup de travail au moment où j’aurais dû me reposer à cause d’une vilaine mononucléose… cela fait partie des joies de l’indépendance ! Bref, si je n’ai toujours pas beaucoup de temps ni d’énergie à consacrer à autre chose que l’essentiel pour le moment, cela ne va néanmoins pas m’empêcher d’essayer de reprendre le fil par ici.

Et pour recommencer en douceur, je vous propose de vous parler un peu de l’un de mes récents coups de cœur ! Il s’agit de la marque anglaise Savon Stories, originaire de la région du Surrey, dans le sud-est du pays.

Inspirée par le mode de vie simple et minimaliste du grand-père de la créatrice de la marque, les produits Savon Stories se veulent le plus naturel possible. On retrouve ainsi des savons solides et liquides, tous saponifiés à froid (oui oui, même pour les liquides !), du rhassoul, des huiles végétales, des lotions hydratantes solides, et des baumes exfoliants, mais également une quinzaine d’huiles essentielles.

Les produits sont à la fois non testés sur les animaux et vegan, sans huile de palme, 100% bio (99% pour les savons liquides), et fabriqués en Angleterre.
Et en plus les visuels sont super cool, non ?!

savon_stories
J’avoue que Lire la suite

Mon avis sur la Biotyfull Box de mai.

biotyfullbox_mai_blogbionature

Bonjour, bonjour ! J’espère que vous allez bien depuis mon dernier article !
Même si j’ai pas mal de choses à raconter par ici, je ne sais pas pourquoi, je n’arrive pas bien à m’y mettre en ce moment.
Pour reprendre le rythme tranquillement, et  avant de peut-être (?), dans quelques temps, plonger vers des domaines un peu plus personnels, je vous propose aujourd’hui tout simplement de découvrir avec moi le contenu de la dernière Biotyfull Box .

Comme à mon habitude, j’ai attendu d’avoir testé tous les produits pour pouvoir vous en parler correctement.
Je dois dire que lorsqu’elle est arrivée, je n’ai pu m’empêcher d’être un peu déçue en découvrant son contenu qui me semblait moins fourni que d’habitude : quatre produits qui semblaient vraiment petits, accompagnés d’un goodie dont je n’ai personnellement pas l’utilité.

Et puis je me suis réellement penchée dessus, et je me suis rapidement aperçue que j’avais jugé cette nouvelle édition un peu vite  car, grâce à deux chouettes produits, elle s’avère finalement être l’une de mes préférées depuis que je reçois cette box beauté !

En effet, sur quatre produits, j’ai eu deux vrais coups de cœur !

Le premier est pour le vernis à ongles Zao make-up couleur cerise noire. C’est bien simple : je l’adore et je le porte non-stop depuis que je l’ai reçu.
Si je mets rarement du vernis sur les mains, j’en porte en revanche très souvent sur les pieds. J’aime les couleurs sombres et j’avais jusqu’à présent l’habitude d’un vernis gris foncé Kure Bazaar.
Je connais bien d’autres produits de la marque, mais je n’avais jamais testé les vernis Zao jusqu’à présent. Après test intensif sur mes pauvres pieds souvent enfermés dans des bottes ou des baskets de running, je peux vous dire que ce vernis résiste très bien !
Je l’applique exactement comme à mon habitude : une couche de base transparente Kure Bazaar, puis deux couches de vernis, et pas de top coat.
La couleur est vraiment belle, un rouge violacé très sombre, presque noir, qui porte donc son nom de cerise noire à merveille. Je lui trouve un petit côté goth qui n’est pas pour me déplaire du tout !

zao_vernis
Au niveau de la composition, il est exempt de toluène, formaldéhyde, résine de formaldéhyde, camphre synthétique, dibutyl phtalate, paraben, xylène et colophane (c’est donc un vernis 8 free), et il est vegan.

Trouver de bons vernis clean n’est vraiment pas évident et je ne regrette pas du tout cette découverte.
J’apprécie également le fait que le flacon fasse 8ml car je ne termine jamais les contenants plus gros et cela m’énerve de gaspiller.

Cette teinte semble pour le moment Lire la suite

Mon avis sur le déodorant mandarine « En Douce Heure ».

deo_douceheure_blogbionature_header

Bonjour, bonjour ! Ça y est je suis de retour après un joli périple islandais dont je vous parlerai certainement sur le blog dans quelque temps. En attendant, je vous propose de vous donner mon avis sur un déodorant que j’ai découvert juste avant mon départ.

Trouver le bon déo a souvent été un casse-tête pour moi, même avant mon passage au naturel, et c’est un sujet que j’ai déjà évoqué régulièrement par ici.
J’ai pendant longtemps fabriqué mon propre produit, que je trouvais efficace mais dont je me suis lassée. Puis je suis passée à l’huile essentielle de palmarosa, dont j’apprécie particulièrement la simplicité, et que je continue d’utiliser de temps à autre, mais dont j’avoue être moyennement fan de l’odeur (même si j’ai fini par bien m’y habituer).
J’ai ensuite basculé vers les déodorants solides en pot de chez Schmidt’s et j’en suis aujourd’hui une adepte totale ! Cependant, les pots de la maison arrivant à leur terme, j’ai décidé d’en profiter pour tester autre chose avant de probablement y revenir.

Et j’ai donc jeté mon dévolu sur le déodorant à la mandarine de la marque française, artisanale, et certifiée Nature et Progrès, En Douce Heure.

Exit le pot et l’application au doigt, place au stick ! Même si, personnellement, le fait de mettre mon déo avec les doigts ne me gêne absolument pas, j’ai bien conscience que ça n’est pas le cas de tout le monde ! Le stick reste donc à mon avis le format correspondant le mieux à la majorité d’entre-nous, et il est sans aucun doute le plus pratique.

header_blogbionature_endouceheure

Ce stick En Douce Heure s’applique facilement avec sa texture un peu crémeuse, ni trop sèche, ni trop grasse, et ne laisse pas de film ou de sensation désagréable sur la peau.
On peut s’habiller sans aucun problème juste après l’application.
De plus, pas la peine de tartiner trois tonnes de produit, un aller-retour sous chaque aisselle faisant, je trouve, bien l’affaire.
Il ne laisse par ailleurs aucune trace sur les vêtements noirs.

Au niveau de sa composition, il est difficile de faire mieux et plus doux ! Il est 100% naturel, et tous les ingrédients sont issus de l’agriculture biologique. Voyez plutôt : Lire la suite

J’ai testé : la box Evidence.

evidencebox_blogbionature_header

Bonjour, bonjour ! Me voici de retour aujourd’hui pour vous donner mon avis sur une box dont j’avais déjà entendu parler mais que je n’avais pas encore eu entre les mains jusqu’à ce joli mois d’avril : la box Evidence.

Stéphanie, sa créatrice, et moi, partageons pas mal de points communs : l’amour des voyages et de la course à pied, des origines iséroises (même si elle est aujourd’hui basée dans la belle ville d’Annecy), et bien entendu un intérêt certain pour les cosmétiques bio !

C’est donc tout naturellement, et aidée par son compagnon, Romain, qu’elle a décidé de lancer sa propre box, il y a quelques mois de cela (à l’été 2016 si je ne me trompe pas).
Le concept : chaque mois, deux soins adaptés à nos besoins et notre profil, un produit de maquillage dont on choisit la couleur, et une petite douceur. Tous les produits sont biologiques et européens. J’ai d’ailleurs bien apprécié le petit clin-d’œil au Brexit sur le site de la box ! Et je suis bien d’accord, il serait terriblement dommage de se priver des excellentes marques britanniques. 😉

Vous l’aurez compris, sur le papier, cette box semble avoir tout bon ! Vous voulez maintenant savoir si l’édition du mois d’avril réussit à tenir ses promesses ? Pas de problème, c’est par ici !

Au moment de la réception de mon colis, j’ai déjà été très agréablement surprise par l’absence totale d’emballages superflus ! C’est clairement le genre de détails que j’apprécie énormément, donc chapeau sur ce coup-là !
La box est Lire la suite

Trois huiles végétales intéressantes en S.A.F.

huiles

Comme j’avais déjà commencé à l’évoquer dans mon premier article consacré à la saponification à froid il y a de cela un long moment maintenant, certaines huiles végétales me paraissent particulièrement intéressantes, voire indispensables, pour réaliser ses propres savons.
Trois d’entre elles retiennent particulièrement mon attention : l’huile d’olive, l’huile de ricin et l’huile de coco.
Je vous propose donc aujourd’hui de vous en dire un peu plus sur celles que j’utilise personnellement, leurs propriétés respectives, ainsi que la façon de les intégrer en saponification.

Le gros avantage de fabriquer ses savons soi-même, c’est bien-entendu de savoir précisément de quels ingrédients ils se composent. C’est l’occasion idéale de choisir exactement ce que l’on veut utiliser et d’éliminer toutes les substances potentiellement nocives.

Il est pour moi essentiel d’utiliser des huiles vierges de première pression à froid si l’on veut conserver toutes leurs propriétés.
Ce procédé garantit en outre que les huiles sont bien extraites de manière mécanique, sans être chauffées, ni entrer en contact avec divers produits. Car oui, pour des questions d’augmentation de rendement, cette méthode naturelle n’est pas systématique, et beaucoup d’huiles sont en fait extraites à l’aide de solvants ou en chauffant les graines. Ces méthodes appellent ensuite une étape de raffinage supplémentaire afin de rendre à l’huile une apparence et une odeur acceptables…

En plus de privilégier systématiquement des huiles vierges de première pression à froid, je choisis également toujours des huiles biologiques pour deux raisons : la première, c’est bien-entendu que je n’ai pas envie de me retrouver avec des substances toxiques dans l’organisme ; et la seconde, c’est qu’il me parait indispensable de soutenir l’agriculture biologique, seul modèle respectueux de la planète et de ses habitants. Nous votons tous les jours lorsque nous consommons, je crois donc qu’il est donc indispensable de voter de manière avisée.

Venons-en maintenant aux propriétés spécifiques de chacune de mes trois huiles fétiches ! Lire la suite

J’ai testé : la gamme Océopin.

oceopin_header_blogbionature

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de recevoir quelques petits produits Océopin dans un joli pochon en coton bio afin de découvrir ces soins à base d’huile de graines de pin maritime.
Je connaissais la marque de nom depuis un bon moment et son éthique semblait correspondre à ma façon de voir les choses, c’est donc avec plaisir que je vous en parle aujourd’hui après avoir testés trois produits : l’huile de graines de pin maritime, le soin du corps, et la poudre exfoliante.

Pour planter rapidement le décors : Océopin est une marque française originaire du Cap Ferret et de ses pinèdes au bord de l’océan Atlantique. Elle a vu le jour en 2012, fabrique en France, et ses produits sont biologiques et certifiés par Ecocert.
Les pommes de pin sont récoltées manuellement, tout est traçable, l’huile est extraite sans aucun ajout de solvant par première pression à froid.

Sur les trois produits reçus, deux ont une composition ultra-simple et on ne peut plus irréprochable. Jugez plutôt par vous même  : l’huile de graines de pin restructurante et anti-âge, destinée au soin du visage, est en effet composée à 100% d’huile de pin maritime pure ;  et la poudre exfoliante pour le corps contient quant à elle 100% de poudre de graines de pin maritime français.

oceopin_blogbionature

Le troisième produit, le soin corps a lui une composition un peu plus longue (à voir par ici) et je trouve dommage que tous ses ingrédients, pourtant tous d’origine naturelle, ne soit pas tous biologiques (notamment l’huile de tournesol et l’huile de noisette). Les deux autres produits ayant placé la barre très haut, j’avais peut-être trop d’exigences pour celui-ci ! 😉

A l’usage, j’ai réellement apprécié d’utiliser ces produits.
L’huile de graines de pin maritime, de part sa teneur élevée en acides gras, vitamine E et anti-oxydants est particulièrement adaptée en soin anti-âge… mais pas uniquement ! Elle convient en effet également bien aux peaux un peu sèches ou déshydratées en leur redonnant de la souplesse (et peut aussi servir de en soin apaisant après soleil après une bonne journée de ski).
De mon côté, Lire la suite