J’ai testé : le magnésium transcutané

magnesiumtranscutane

Bonjour, bonjour ! On se retrouve en cette froide journée de novembre pour parler d’un produit que j’ai testé au cours des dernières semaines.

Je pense que vous avez déjà vu fleurir ces petites bouteilles bleues à droite à gauche sur les blogs car nous avons visiblement été un certain nombre à tester ce produit : l’huile de magnésium transcutané, proposée par la marque Au cœur des Traditions.

Quand j’ai été contactée pour le test, j’avoue avoir eu deux réactions en une ! J’ai à la fois hésité car j’avais bien vu que ce produit avait été proposé à beaucoup de monde (je l’avais d’ailleurs découvert grâce au test de Camille de Mange tes légumes), et j’ai en même temps été emballée car je suis moi-même très sujette à la carence en magnésium, que j’en fais donc des cures régulières, et que je m’étais aperçu très peu de temps auparavant que toutes les formes de magnésium n’étaient pas assimilables de la même manière par le corps humain.

Je m’explique ! Il existe en effet plusieurs types de sel de magnésium que l’on peut utiliser en cure afin de compléter l’apport en magnésium par notre alimentation, souvent insuffisant aujourd’hui.

Les trois grandes formes de sels de magnésium qui existent sont les suivantes :

  1. Les organiques : comme les glycérophosphate, les citrates et les malates. Ce sont ces formes là qu’il faut à mon avis privilégier car elles présentent les deux avantages d’être facilement assimilables par le corps humain et d’être bien tolérées.
  2. Les inorganiques (ou métalliques) : chlorures et oxydes ou hydroxyde, entres autres. Ces formes sont peut-être les plus répandues dans les compléments les plus courants, mais malheureusement elles ne sont pas idéales car en plus de provoquer chez certaines personnes des désagréments de transit, elles ne sont en fait pas bien assimilables par le corps humain.
  3. Les chélatées (ou aminocomplexées) : ce sont par exemple les bisglycinates ou les hydrolysats de protéines. Elles sont elles aussi bien tolérées.

Je n’avais jamais vraiment fait plus attention que ça à la composition de mes compléments jusqu’à cet été. Mais c’est à ce moment-là, alors que je prenais un complément magnésium / B6 depuis un moment,  que j’ai réalisé qu’il n’avait strictement aucun effet sur moi.
De mon côté il y a un signe qui ne trompe pas sur le fait que je manque de magnésium : mes paupières « clignotent ». Vous savez ces petits spasmes très désagréables… Et bien malgré mon complément, ils ne disparaissaient pas du tout.

Du coup, j’ai regardé la composition sur mon flacon et j’ai constaté qu’il contenait de l’oxyde de magnésium.
J’ai donc changé tout de suite pour un autre complément à base de glycérophosphate, et ça a été le jour et la nuit de manière immédiate : plus du tout de spasmes des paupières, et moins de stress. J’ai été bluffée !

J’ai également repensé à  mon essai du nigari, qui s’était soldé par un échec total car en plus d’avoir un goût atroce, j’avais trouvé ça totalement inefficace. Le nigari étant en fait du chlorure de magnésium, cela confirme bien que sur moi, les formes inorganiques ne marchent pas, ou mal.

J’avoue donc que j’étais perplexe sur l’efficacité de l’huile de magnésium transcutané. C’est en effet du magnésium marin qui est l’une des formes inorganiques…

magnésium transcutané blog bio

J’ai reçu une jolie une jolie bouteille en verre bleu dont j’ai beaucoup apprécié l’esthétique robuste et traditionnelle. Si la marque est française, l’huile de magnésium provient  Lire la suite

J’ai testé : la Biotyfull Box de septembre.

header_blogbionature_biotyfullbox_septembre2017

Alors que l’on peut déjà lire des avis sur les produits à peine testés de la Biotyfull box du mois d’octobre, je vous propose de mon côté de vous faire part aujourd’hui de mon expérience avec ceux de la box de septembre ! 😀

A nouveau expédiée via le transporteur GLS, la box a cette fois encore connue quelques difficultés pour me parvenir ! Ce mois-ci néanmoins, le livreur, s’il n’a comme à son habitude pas daigné faire le déplacement jusqu’à chez moi, s’est au moins donné la peine de déposer la box dans un point relais à moins de 20 minutes en voiture…
Je ne sais pas si vous avez également des soucis avec ce transporteur, mais de mon côté, c’est le mal absolu ! Si je commande en général très largement moins par internet qu’il y a quelques années, j’ai aussi carrément cessé de valider mes paniers lorsque je vois que le seul transporteur proposé est GLS tant j’ai eu de problèmes avec eux. Du coup je ne suis pas vraiment ravie de voir que Biotyfull Box a choisi cette option !

Maintenant que ce petit point est souligné, entrons dans le vif du sujet : la composition de la box ! Que cachait dont la petite boite au design plus épurée le mois dernier (ce qui n’est d’ailleurs pas pour me déplaire, même si je l’ai trouvée un peu trop girly à mon goût) ?

En septembre, pas de goodie superflu et cinq produits, full-size comme toujours. La box est bien remplie, et la première impression est bonne.
Les produits changent un peu de d’habitude et, à première vue, correspondent (pour certains) mieux à ce que j’aurais pu acheter par moi-même.

Je suis par exemple contente de trouver enfin Lire la suite

J’ai testé : le complexe « Brillance cheveux bio » de Fitoform.

Bien que je ne sois pas partie en vacances à la mer ou au soleil cet été, mes cheveux longs ne se portaient pas franchement très bien à la fin du mois d’août. Enfin, pour être tout à fait honnête, ils n’étaient pas en super forme depuis bien plus longtemps que ça, et je ne m’en étais pas tellement occupée depuis une éternité.
Les soins des cheveux ne sont pas exactement ma passion et je considère même toujours un peu ça comme une corvée !

Mais là, j’ai donc fini par décider de reprendre les choses en main avec une bonne coupe afin de me débarrasser des fourches et des pointes cassantes, accompagnée d’une petite cure avec un complément alimentaire de la marque française Fitoform, intitulé Brillance cheveux Bio. Fin août, la machine était lancée !

Je suis d’abord passée par la case coiffeur chez Esthéticoiff à Grenoble pour une bonne coupe d’environ 25 cm et une coloration végétale cuivrée Marcapar. Tout s’est très bien déroulé, mes cheveux ont retrouvé de la masse et un peu de douceur.
Immédiatement après cette coupe, j’ai entamé ma cure d’une mois avec les petites capsules Fitoform.

cheveux_blogbionature_bd
Si vous souhaitez voir un « avant / après » la coupe, rendez-vous tout en bas de l’article avec 2 photos très moches mais qui permettent de se rendre compte de l’ampleur de la chose !

Composées d’huiles d’onagre, de carthame et de bourrache (et de vitamine E), elles sont censées aider à retrouver de la brillance et de la vitalité.
Ce complément est certifié bio (Ecocert / AB) et toutes les huiles qu’il contient sont obtenues par pression à froid afin d’en conserver les propriétés bénéfiques.

Fitoform propose un autre complexe destiné à la beauté des cheveux, appelé Fortification, qui me semblait très intéressant (peut-être plus encore ?) mais que j’avais néanmoins écarté car il n’est pas bio.

J’ai malheureusement eu la mauvaise surprise, à la réception de mon produit, de découvrir que les capsules Lire la suite

Copenhague 2017 : le semi-marathon de l’apocalypse !

Bonjour, bonjour ! Me voilà de retour après un petit séjour dans la capitale danoise où j’ai passé quelques jours à l’occasion du semi-marathon.
Je souhaite aujourd’hui revenir sur cette course bien particulière qui ne risque pas de s’effacer de ma mémoire de sitôt !

L’an dernier à la même époque, je courais mon tout premier semi-marathon à Oslo, très probablement l’une de mes villes favorites au monde (oui, carrément, pourquoi s’embêter avec de la demi-mesure, hein ?!).

Cette première expérience sur 21km m’avait tellement enchantée, qu’à peine la course terminée je pensais déjà à la suivante que j’envisageais de courir en Ecosse, pays dans lequel j’aimerais beaucoup m’expatrier.
Après une petite réflexion, j’ai finalement décidé de garder l’Ecosse sous le coude pour mon premier marathon et j’ai alors choisi de mettre le cap sur Copenhague. Je connaissais vaguement la ville, mon premier passage par ses rues m’avait beaucoup plu, et j’avais en plus lu pas mal d’avis positifs sur son semi-marathon.
Je me suis donc inscrite dès le mois de mars avec l’objectif de m’entraîner correctement pour passer sous la barre symbolique des 2h.

Bien entendu, rien ne s’est passé comme prévu ! Comme vous le savez déjà, j’ai malheureusement été touchée par une vilaine mononucléose qui m’a littéralement mise à plat pendant de très longues semaines.

Début août, je ne pensais même pas pouvoir prendre le départ car je n’avais pas pu pratiquer la moindre activité physique depuis plusieurs mois. Et puis, miracle, j’ai commencé à me sentir un peu mieux et j’ai pu rechausser les baskets le 11 août. Rien de transcendant mais quand même. Si mon objectif d’1h59 n’était plus du tout d’actualité, j’étais convaincue que j’allais tout de même pouvoir courir ce semi-marathon !
Etant encore en convalescence et n’ayant pu faire que 8 sorties, j’ai pris la précaution de changer de sas de départ ; un temps de 2h15 (soit plus que sur mon premier semi) me semblait bien plus raisonnable.

Je suis arrivée à Copenhague le 14 septembre et j’ai pu repérer le départ et récupérer mon dossard dès le lendemain.
Contrairement à Oslo, le village de course n’est pas situé du tout au cœur de la ville mais dans un quartier plutôt huppé et résidentiel, que j’ai trouvé un peu excentré (bien que la ville ne soit pas très étendue et reste très facile à parcourir à pied).

Tout est fait pour le sport dans ce coin puisqu’on y retrouve un grand complexe (Sparta Hallen) et le parc le plus vaste de Copenhague (Faelledparken).
J’avoue avoir été très nettement moins emballée par cet endroit que par le village de course et le départ vraiment dépaysant et à la saveur particulière entre les quais et l’imposant hôtel de ville d’Oslo l’an dernier.
Là, j’ai presque eu l’impression de me retrouver à Grenoble, entre le palais des sports et le parc Paul Mistral pour le départ du Grenoble-Vizille

Le retrait des dossards était cependant plutôt bien organisé, sans longues files d’attente, avec malgré tout, l’impossibilité d’obtenir un t-shirt femme en taille S. J’y suis pourtant allée 2 jours de suite, et à chaque fois, le même discours : on en aura d’ici une heure ou deux… soit. Le XS fera bien l’affaire finalement !

Le dimanche, jour de la course, Lire la suite

♥ Coup de coeur pour Savon Stories ♥

savon_stories_header

Bonjour, bonjour ! Me voilà un peu de retour après une longue absence et un été bien plus chaotique que prévu, avec beaucoup de travail au moment où j’aurais dû me reposer à cause d’une vilaine mononucléose… cela fait partie des joies de l’indépendance ! Bref, si je n’ai toujours pas beaucoup de temps ni d’énergie à consacrer à autre chose que l’essentiel pour le moment, cela ne va néanmoins pas m’empêcher d’essayer de reprendre le fil par ici.

Et pour recommencer en douceur, je vous propose de vous parler un peu de l’un de mes récents coups de cœur ! Il s’agit de la marque anglaise Savon Stories, originaire de la région du Surrey, dans le sud-est du pays.

Inspirée par le mode de vie simple et minimaliste du grand-père de la créatrice de la marque, les produits Savon Stories se veulent le plus naturel possible. On retrouve ainsi des savons solides et liquides, tous saponifiés à froid (oui oui, même pour les liquides !), du rhassoul, des huiles végétales, des lotions hydratantes solides, et des baumes exfoliants, mais également une quinzaine d’huiles essentielles.

Les produits sont à la fois non testés sur les animaux et vegan, sans huile de palme, 100% bio (99% pour les savons liquides), et fabriqués en Angleterre.
Et en plus les visuels sont super cool, non ?!

savon_stories
J’avoue que Lire la suite

Mon avis sur la Biotyfull Box de juillet.

header_biotyfullbox_juillet2017

En ce mois de juillet, l’équipe de la Biotyfull Box a décidé de nous faire voyager avec son édition baptisée « La Paradisiaque » et ornée d’un lagon aux eaux turquoises !
A l’ouverture, ce sont quatre produits full-size que l’on découvre accompagnés d’un goodie.
Les quatre produits sont présentés comme étant des exclusivités mais je vous avoue ne pas être certaine de ce que cela signifie car on les retrouve en vente sur les sites respectifs des marques…

Le premier d’entre eux est une brume parfumée de la marque Acorelle dont j’apprécie le côté sans prétention et les prix abordables.
Il me semble également important de souligner que pour chaque eau d’été achetée, Acorelle reverse 1€ à la Surfrider foundation, une association qui œuvre pour la protection des océans.

Avec son design tropical, il n’y a aucun doute, il s’agit bien là d’une eau parfumée estivale ! Son odeur, très sucrée, est également parfaitement adaptée à la saison.
Je n’aime en général pas du tout ce type d’odeur mais là, sans que je sache vraiment dire pourquoi, je m’incline car je suis contente à chaque fois que je l’utilise ! Elle est toute fraîche sur la peau, et sent bon les vacances !

acorelle

Du côté de sa composition, on retrouve 100% d’ingrédients d’origine naturelle, dont 78% issus de l’agriculture biologique. Ce produit est certifié Ecocert et fabriqué en France, et il me semble qu’il est vegan.
A noter également qu’il Lire la suite