Choisir sa crème solaire.

Avec le soleil qui semble cette fois vraiment vouloir s’installer, je crois qu’il est grand temps d’aborder le sujet de la crème solaire !

L’été a beau être la saison que j’aime le moins, je dois bien faire avec ! Du coup, même si je m’expose très peu et que je n’ai, malgré ma peau plutôt claire, pas tendance à prendre de coups de soleil, j’ai (presque) toujours avec moi un allié indispensable : mon tube de crème solaire !  Et en trouver un qui convienne à toutes mes attentes n’a pas été une mince affaire, croyez-moi !

Lors de mon passage au bio et au naturel, j’ai d’abord jeté mon dévolu sur une crème de la marque française Thémis. Ce produit n’existe plus aujourd’hui et de toute façon, même si j’en étais satisfaite à l’usage, je ne l’aurais pas racheté car il ne remplissait en effet pas tous mes critères, même s’il n’en était pas loin !

Au moment d’acheter une nouvelle crème, voilà donc les points sur lesquels je me suis penchée afin de déterminer le meilleur produit pour mon usage personnel :

– la composition globale
– le type de filtre utilisé
– la présence ou non de nano-particules
– la question des tests sur les animaux
– la provenance du produit
– l’éthique de la marque
– l’indice de protection
– et le prix aussi un peu ! Lire la suite

Mon stage d’aromathérapie (2).

Bonjour à tous ! Je reviens donc aujourd’hui pour vous raconter la deuxième journée de mon petit stage d’aromathérapie drômois.

Au départ ça n’était pas prévu mais nous avons finalement débuté cette seconde partie par une jolie balade dans les collines dioises qui entourent la maison et le labo de Claire. L’occasion pour elle de nous montrer les endroits où poussent les plantes qu’elle récolte pour fabriquer ses produits de soin et de beauté.
Certaines d’entre elles sont issues de cultures biologiques (c’est le cas notamment des roses) et d’autres, la plupart d’ailleurs, sont tout simplement sauvages !

lavande2
Nous avons donc pu découvrir entre autres, le thym à linalol, le pin sylvestre, la carotte sauvage, la sarriette, le genévrier, les roses de damas ou encore la sauge (que vous pouvez voir sur la photo ci-dessous) dans leur « habitat » naturel !
Même si ça n’était plus vraiment la saison, j’ai trouvé très sympa et vraiment utile de pouvoir appréhender ces plantes d’une manière très concrète en plus d’en étudier les vertus et les propriétés.
D’ailleurs si cela vous intéresse je pourrai vous faire un petit topo sur certaines d’entre elles avec des photos et quelques explications… dites-moi !

sauge

Lire la suite

Mon stage d’aromathérapie (1).

Celles qui me suivent sur Hellocoton ou Twitter le savent déjà, j’ai participé il a très peu de temps à un super stage d’aromathérapie.
Deux jours pour apprendre à mieux connaitre certaines plantes, huiles essentielles et hydrolats, mais également pour créer quelques sympathiques produits.

Ce stage se déroulait à Barnave, un tout petit village de la Drôme, à environ 1h30 de route de Grenoble, et il était organisé par Claire, la créatrice de la marque Solaure dont j’utilise pas mal d’huiles essentielles.

aromathérapie et hydrolathérapie 2013

stage aromatherapie solaure octobre 2013
La ferme où Claire a installé sa petite entreprise il y a une vingtaine d’années se trouve à l’extérieur du village, au milieu des collines, dans un lieu très agréable. Tout est fait sur place : la cueillette sauvage et la culture d’un certain nombre de plantes, la distillation, et enfin l’élaboration des recettes et la création des produits. Lire la suite

Les dermatos n’aiment pas le bio…

Un petit article coup de gueule aujourd’hui.
Non mais sérieusement, elles (oui je ne suis tombée que sur des femmes) ont quoi ces foutues dermatologues à la fin ?

Je sors tout juste d’un rendez-vous avec le plus beau spécimen qu’il m’ait été donné de rencontrer à ce jour.
Pour situer un peu les choses : j’avais rendez-vous cet après-midi avec une nouvelle dermatologue à cause d’une grosse plaque d’eczéma au niveau du coude et quelques boutons qui trainent sur mon visage.

Je voulais en tester une nouvelle car les précédentes n’ont environ jamais écouté ce que j’avais à leur dire, m’ont systématiquement prescrit les mêmes crèmes qui n’ont jamais marché et n’ont jamais cherché à aller plus loin…

Deuxième précision, j’ai utilisé, sur les conseils de ma dermato initiale, la même crème de jour Avène pendant environ 10 ans qui ne m’a jamais vraiment convenu… ni « déconvenu » d’ailleurs. En gros j’ai été persuadée pendant 10 ans que c’est ma peau qui déconnait parce que cette crème avait l’air d’être le graal. Elle n’aggravait pas les petits problèmes mais ne rendait pas ma peau plus confortable. Et puis elle était trop légère pour l’hiver où j’avais la peau qui tiraillait plus que jamais.

Les choses se sont nettement améliorée l’été dernier quand j’ai découvert la fameuse crème à la mélisse Dr Hauchska qui a purement et simplement résolu mes problèmes de peau qui s’écaille autour de la bouche et sur les joues que je trainais depuis 10 ans. Point. Il n’y a pas photo, c’est beaucoup mieux maintenant.
Là, j’ai de nouveau quelques boutons un peu rebelles suite à un ratage avec ma pilule et à énormément de stress (je pense que ça joue, vous en dites quoi vous ?).

Quant à l’eczéma, la fameuse plaque s’est agrandie cette année et me démange horriblement. L’ancienne dermato m’avait déjà prescrit une crème à la cortisone, qui n’avait eu aucun effet (à part me décolorer la peau…).  Ce que j’ai dit à la nouvelle. Et ? Et je suis repartie avec une autre crème à la cortisone (déjà testé elle aussi d’ailleurs).

En plus de ça, je me suis fait engueulée à cause de mon gel douche bio et de ma crème de jour bio. Soit disant qu’il ne faut utiliser QUE des marques de pharmacies pour être sûr qu’il n’y ait pas de parabens, de parfum etc. J’en profite pour préciser que le savon qu’elle me conseillr contient un parfum artificiel…cherchez l’erreur ! Mais le bio, par contre, c’est le mal. Et vous comprenez les plantes c’est pas bien. Les champignons vénéneux vous connaissez qu’elle me demande ? Et bien vous le voyez bien alors que la nature c’est le mal. Arrêtez vos conneries immédiatement avant qu’il ne soit trop tard et allez donc acheter ma crème à la cortisone, mon savon et mon shampoing de para-pharmacie parce que bon là, vos cheveux ils ont l’air bien mais ça va pas durer.

Oui vous ne rêvez pas, elle m’a bien demandé de changer de shampoing alors que je venais pour une et une seule plaque d’eczéma sur le coude.

Alors je ne suis pas idiote et je sais parfaitement que les plantes ne sont pas forcément inoffensives, que certaines sont très allergènes etc etc. D’ailleurs je vis avec un biologiste scientifique ultra rationnel qui m’explique plein de choses et qui me permet de comprendre les compos. Je ne dis pas que le naturel c’est le bien et le chimique le mal. Je pense qu’il faut nuancer tout ça, se renseigner, chercher ce qui convient le mieux à chacun tout en essayant de respecter au maximum le monde qui nous entoure.

Je n’aime pas les gens qui refusent de vous écouter tout en vous certifiant qu’ils détiennent la vérité. Il n’y a pas qu’une vérité de toute façon dans ce genre de domaine.
(Et puis celle-là elle m’a également dit d’arrêter de mettre des bijoux de pacotille en nickel en regardant ma grosse bague en ARGENT faite à la main par une super créatrice de Philadelphie (BloodMilk) et acheté directement auprès d’elle)

Seulement voilà, maintenant, après avoir testé 4 dermatos, m’être fait dire plusieurs fois que le bio et le naturel c’était pas bien, et être toujours repartie avec les mêmes produits des mêmes marques je me pose de plus en plus de questions. Est-ce que les labos font tant pression que ça, d’une manière détournée, en laissant des échantillons etc, pour que l’on recommande leurs produits? Est-il même possible qu’il y est des avantages financiers ou autres derrière tout ça ? Vous avez des pistes là-dessus ?
Je suis vraiment curieuse de connaitre vos avis et vos expériences car ce dernier rendez-vous m’a vraiment laissée en colère et perdue à la fois.

Et je suis donc plus que jamais à la recherche d’un(e) dermato qui partage un peu plus mes convictions et écoute vraiment mes problèmes au lieu de faire mécaniquement une ordonnance générique, pas du tout adaptée à mon cas.

PS : si vous avez des adresses à Grenoble ou même dans toute la région Rhône-Alpes je suis preneuse !

Je suis maaaalaaaade !

Ça y est le beau temps revient et évidemment c’est le moment pour moi de tomber malade… hum hum. Rien de tout l’hiver et voilà ! Enfin, rien de bien grave, un simple petit rhume. Mais comme le nez bouché n’est quand même pas très agréable, j’en ai profité pour tester une petite inhalation maison à base d’huiles essentielles. J’ai choisi les suivantes :

Laurier noble (laurus nobilis) :

L’huile essentielle de laurier est antibactérienne et elle favorise l’élimination des sécrétions respiratoires.

Pin sylestre (pinus sylvestris) :

L’huile essentielle de pin sylvestre est un antiseptique respiratoire.

Pour faire mon inhalation, j’ai simplement ajouté 2 gouttes d’HE de laurier et 2 gouttes d’HE de pin dans un grand bol d’eau bouillante, et j’ai utilisé la bonne vieille méthode de la serviette sur la tête car je n’ai pas de « vrai » inhalateur !
Et je peux dire que c’est drôlement efficace pour déboucher le nez.

PS: j’utilise les huiles essentielles de la marque drômoise Solaure, certifiée AB et Nature & progrès, car je connais très bien leur méthode de fabrication et qu’elles sont produites juste à côté de la maison familiale dans les collines dioises !

Douze déodorants sans sels d’aluminium au banc d’essai.

Je suis tombée tout à l’heure sur une émission de la télé suisse-romande très intéressante (lien en bas de cet article) sur les déodorants et notamment l’utilisation des sels d’aluminium et de leurs alternatives.


Douze déodorants exempts de sels d’aluminium et de pierre d’alun ont été testés, certains bios, d’autres pas du tout. En voilà donc la liste, classée par ordre d’efficacité :

1 : Axe / Final Edition 2012 pour homme. Mais les gaz propulseurs utilisés pour ce spray sont mauvais pour la couche d’ozone et il y a un doute quant à la nature du « parfum » utilisé (naturel, synthétique ? Aucune précision à ce sujet). Je crois de plus que ce déodorant précis n’est pas disponible en France.
2 : Bourgeois / Déodorant net et frais. Mais non écologique, toujours à cause des gaz propulseurs. Et on se trouve en présence d’une substance allergène moyenne qui sert à masquer les odeurs : le butylphényl methylpropional.
3 : Nivéa / Pur et natural action 48h mais présence là encore du butylphényl methylpropional et de citronellol.
4 : Dr Hauschka / Déodorant douceur. Mais très cher (le second du test) et présence d’alcool.
5 : Weleda / Salvia. Présence d’alcool.
6 : Kibio / Soin protecteur
. Présence de benzyl alcohol, classé comme allergène et dont la déclaration est obligatoire.  De plus, je l’ai personnellement testé sans être très convaincue par son efficacité malheureusement.

Les autres déodorants testés ne semblent pas très efficaces :

7 : Melvita pour hommes. Plutôt cher et présence de benzyl alcohol.
8 : Nuxe / Bio Beauté
9 : Biotherm / Déo pure
10 : Santé / Naturkosmetik
11 : Vichy / Déodorant apaisant 24h.
Déodorant le plus cher de ces tests en Suisse et produit très chimique, mais sans alcool.
12 : The Body Shop / Déo effet sec

L’alcool, qui semble être une bonne alternative aux sels d’aluminium quand il est associé à des huiles essentielles, a néanmoins un effet irritant et asséchant. Attention donc à ne pas appliquer de déo contenant de l’alcool après l’épilation ! 

Les déodorants considérés comme les plus efficaces lors de ce test sont ceux qui contiennent un parfum de synthèse qui masque les odeurs.
Ce ne sont donc personnellement pas ceux vers lesquels j’aurais tendance à me tourner, mais peut-être que mon homme, peu convaincu par les déos bio (il a pour le moment testé le Melvita pour homme et le B comme Bio organic pour homme) pourraient les apprécier.

Pour ma part, je testerais bien le Dr Hauschka car c’est une marque que j’apprécie énormément par ailleurs (je ne peux carrément plus me passer de mes crèmes à la mélisse et au coing), mais il reste très cher en France également. Peut-être que je me laisserai tenter lors de ma prochaine virée en Belgique car les produits Hauschka y semblent moins onéreux qu’ici.
En attendant, je vais probablement remplacer ma pierre d’alun par une déodorant Weleda. Je suis en effet de plus en plus sceptique quant à l’utilisation de cette fameuse pierre, je ne sais plus quoi en penser, lisant une chose et son contraire à son sujet. Et puis il faut bien avouer que je suis moyennement convaincue de son efficacité après plusieurs mois d’utilisation (j’avais changé de marque suite à mes déboires avec Déoroche, souvenez-vous) et cela avant tout parce que je trouve que la pierre elle-même sent la transpiration alors que je l’essuie après chaque utilisation. Et vous, quel est votre avis d’ailleurs ? Je suis preneuse de toute expérience et embryon de solution à ce sujet !

La conclusion est donc que pour le moment il n’y a malheureusement pas d’agent anti-transpirant naturel et inoffensif miracle pour remplacer les sels d’aluminium, il faut donc faire des choix. Le risque de quelques auréoles ou celui d’un danger potentiel pour la santé ?

Lien vers  le reportage diffusé dans l’émission A Bon Entendeur de la Télévision Suisse-Romande : http://www.tsr.ch/emissions/abe/sante-cosmetique/3704474-des-sels-d-aluminium-sous-les-aisselles-une-odeur-de-soufre.html.