J’ai participé au Lyon Urban Trail by night.

Je ne sais pas ce que vous avez fait samedi soir mais à priori, avec le petit déluge qui s’est abattu, les options plaid/tisane ou pub/Guinness semblaient plutôt bien adaptées pour passer une bonne soirée.

Sinon, il y avait aussi l’alternative Lyon Urban Trail by night ! Un trail urbain, avec deux parcours de 12 ou 26 km, et un joli dénivelé. De nuit. Sous la pluie.

Vous me voyez venir, j’ai bien-entendu et en toute logique (!) choisi d’aller patauger dans la boue et prendre l’eau dans la capitale des gaules !
Il faut dire que cela faisait partie de mes objectifs sportifs pour 2016 depuis un bon moment. J’étais donc ravie de pouvoir concrétiser tout ça, et ce ne sont pas quelques gouttes de pluie qui allaient m’arrêter !

Pour mon premier trail, j’avais choisi l’option 12km (un peu fofolle, mais pas totalement cinglée non plus) et j’étais cette fois accompagnée de Monsieur Bio qui, d’habitude, n’est pas très intéressé par les courses officielles.

Nous avons pris la route en direction de Lyon en milieu d’après-midi et sommes arrivés relativement tôt pour récupérer les dossards sous la basilique de Fourvière, ce qui nous a permis de ne pas faire la queue du tout.
Bon, après il a quand même bien fallu attendre le départ ! Nous nous sommes donc réfugiés sous l’une des tentes du petit village de course pour rester un peu au sec (mais pas au chaud !) avant de nous diriger vers le sas de départ, vers 19h environ.

Très bonne ambiance dans la rue de l’Antiquaille au moment d’enfin s’élancer. Le ballet des frontales commence et c’est très chouette ! La pluie qui était quant à elle censée se calmer un peu, repart de plus belle au moment où nous démarrons mais ça n’est franchement pas gênant.

2015-gilles-reboisson-158565-960x640

Photo (c) LUT by night / Gilles Reboisson

Nous commençons par descendre vers la cathédrale Saint-Jean : c’est la partie tranquille et rapide pour bien débuter ! Il faut néanmoins faire attention de ne pas glisser sur les feuilles mortes qui jonchent le sol. Ensuite, et tout le long du parcours de ces 12 km, se succéderont montées plutôt raides, voire carrément escaliers, et descentes parfois un peu périlleuses !

Pour ma part, à  l’exception la montée de la Bastille, que les grenoblois connaissent bien, je n’avais pas du tout l’habitude de ce type de parcours, c’était donc une grande première ! L’effort est bien différent de celui fourni sur un parcours classique sur route lors d’un 10km ou d’un semi-marathon. Le rythme est logiquement plus fractionné, et il faut vraiment gérer différemment pour pouvoir aborder les parties les plus raides avec assez d’énergie… et accessoirement éviter de se blesser dans les descentes, surtout dans les conditions assez difficiles auxquelles nous avons été confrontés samedi soir !

J’ai trouvé le parcours du LUT très sympa, avec une bonne alternance entre les parties sur routes, les petites rues pavées, les escaliers (on reste quand même dans un trail urbain après tout), et les passages plus naturels sous les arbres ou dans de grandes prairies.
Le moment de franche rigolade restera la descente de la Sarra avec une pente moyenne de 20%, et même 25% dans sa partie haute !
Pour préciser un peu, la Sarra est une vaste pente herbeuse qui était à l’origine une piste de ski, et qui a visiblement la réputation d’être déjà bien glissante en temps normal. Je vous laisse donc imaginer la situation après une journée de pluie non stop ; de surcroît de nuit !  J’ai quand même réussi l’exploit de maîtriser la glissade et de ne pas finir sur les fesses du tout !

L’autre point fort de la course est sans aucun doute la passerelle des Quatre Vents dans le Parc des Hauteurs sur la colline de Fourvière. Courir ici, avec la vue sur la basilique illuminée, splendide de nuit, est une véritable expérience !

Sans surprise, et malgré les conditions climatiques pas franchement idéales, j’ai donc beaucoup apprécié cette course et son ambiance bien particulière et très différente de ce que j’avais déjà pu expérimenter.
J’ai trouvé le ravitaillement et la collation à l’arrivée plus variés et conséquents que dans les autres courses que j’ai faites pour le moment. Et même si on était à Lyon et que l’évènement devient clairement de plus en plus populaire, il m’a quand même semblé que l’état d’esprit restait plus proche du trail que de la course sur route. Le fait que ce soit de nuit change également la donne et ajoute au côté atypique et festif !

Les bénévoles étaient au top tout au long du parcours, pour nous guider et nous encourager, avec le sourire, sous la pluie et dans le froid pendant des heures !
Et du côté des coureurs, je dois bien reconnaître que les trailers sont plus propres que les coureurs sur route, tout du moins en France (c’était assez différent à Oslo par exemple) ! Je n’ai vu personne jeter quoi que ce soit par terre et c’était bien appréciable !

J’avoue que je n’aurais pas dit non à une petite médaille souvenir à l’arrivée même si bien-entendu, ça n’est pas le but d’une course et que je suis loin d’avoir réalisé un exploit ! Etant donné mon entraînement plus qu’aléatoire depuis le Run In Lyon début octobre et l’état du terrain, je suis tout de même contente de boucler ce premier trail de 12km en 1h38 et sans aqua-planning !

Et vous alors, ce genre de course vous tente ? Si ça n’est pas le cas, je vous laisse avec cette petite vidéo de l’an dernier qui pourrait bien vous faire changer d’avis !

LUT By Night 2015 from Extra l’Agence.

 

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "J’ai participé au Lyon Urban Trail by night."

avatar

clara
Invité
11 mois 12 jours plus tôt

Aha, j’avais choisi l’option plaid/tisane et j’ai compatis quand j’ai regardé le départ du LUT à la télé sous cette pluie ^^ en tout cas cette course a l’air très attractive, un peu trop tôt dans ma carrière de runneuse éhé mais pourquoi pas l’an prochain 🙂

M.Bio
Invité
M.Bio
11 mois 12 jours plus tôt

L’an prochain on fait 52min :p

M.Bio
Invité
M.Bio
11 mois 12 jours plus tôt

Ya pas de smiley de chat ici

trackback

[…] auxquels j’ai déjà pu participer dans ma toute petite carrière de runneuse (mis à par le LUT by Night peut-être), mais tout aussi appréciable ! Une fois le dossard et le t-shirt de la course en poche, […]

wpDiscuz