Le point colo, semaine 7 (et après).

Longue absence, mais je ne vous oublie pas pour autant et ne compte aucunement arrêter de blogger !

J’ai simplement été très occupée ces derniers temps dans mon monde réel et ça risque de ne pas trop se calmer avant la mi-septembre…
Je vais néanmoins essayer de trouver le temps de venir poster un peu par ici. D’autant plus que des choses à vous raconter, j’en ai !

Me revoilà donc avec des news de ma coloration naturelle. Du coup cette absence m’aura permis de me faire une idée encore plus précise sur la question et finalement, ça n’est pas plus mal !

La dernière fois, on s’était quittés sur mon dernier masque à l’argile.  Je commençais à être vraiment très impatiente, à ne plus supporter mes racines et à être très curieuse quant au résultat sur moi de la coloration naturelle.
Mes cheveux se portaient réellement mieux qu’au début de la détoxination, et ça, c’était déjà un grand pas en avant.

Alors aujourd’hui, j’en suis où concrètement ?!

Celles qui me suivent sur twitter se rappellent peut-être d’un tweet elliptique du 10 mai « Je suis un peu déception là quand même… »
Oui il se rapportait bien à la couleur mais oui j’ai bien changé d’avis entre temps !

Ce jour là, monsieur m’avait donc appliqué la fameuse coloration cuivré Terre de Couleur.
( Pour rappel, mes racines sont châtain clair à blond foncé, et le reste toujours un peu rouge/acajou).


Déjà ça avait mal commencé car la préparation était tout sauf homogène. Pour mes longs cheveux j’avais préparé 2 sachets de poudre à mélanger avec de l’eau.

En gros, voilà la marche à suivre :
– Commencer par préparer une pâte onctueuse (consistance d’un mayonnaise environ) à l’aide d’une spatule en bois, en activant le contenu du sachet de 100 gr dans 360 ml d’eau (déminéralisée si possible, ce que je n’ai pas du tout respecté).
– Laisser reposer le mélange une dizaine de minutes.
– Se laver les cheveux (avec le shampooing blanc Terre de Couleur) et bien les essorer.
– S’assurer que la préparation est bien homogène, la re-mélanger un petit peu.
– Après avoir démêlé les cheveux, appliquer la mixture raie par raie, comme une coloration chimique.

Sauf que le mélange ressemble plus ou moins à de la terre pleine d’eau et qu’il n’est pas forcément très évident à appliquer. Monsieur en fait un peu voler partout alors que c’était pourtant un pro du pinceau pour les colorations chimiques !
Je suis donc armée d’un sopalin et j’essuie au fur et à mesure.

Un bon conseil : vraiment, pensez bien à mettre de vieux vêtements lors de votre premier essai !!

Après au moins 20 minutes, voire plus, j’ai la tête plus ou moins recouverte de coloration et j’enveloppe mes cheveux dans du sopalin blanc avec une couche de film transparent étirable autour, et enfin une serviette bien attachée !

Voilà le tableau avec les temps de pause conseillés :

J’ai pour ma part laissé 3h, soit une heure de plus que ce qui était conseillé pour ma couleur naturelle.
Le bon point : l’odeur, bien qu’un peu particulière, n’est pas du entêtante comme peut l’être celle d’une coloration chimique.
Le mauvais point : c’est lourd tout ça sur ma pauvre tête ! Le produit pèse en effet son poids quand on a les cheveux longs. Alors ça + la serviette et tout le reste…

Au bout de 3h, j’enlève tout ce qui m’entoure la tête et je commence à rincer à l’eau claire.
Là encore, ça n’est pas une mince affaire, l’eau coule très très orange, des petites particules tombent dans la baignoire, j’ai l’impression que je n’arriverai jamais à tout éliminer.

Je rince tant bien que mal jusqu’à ce que je sente que la majeure partie du produit est partie, que mon crâne n’est plus granuleux à cause de la mixture, et que l’eau soit claire.

Ensuite, place au masque fixateur de couleur (baume nourrissant Indiana), qu’il faut laisser agir 7 à 10 minutes.

Là pour le coup, c’est un vrai bonheur après les épreuves précédentes ! L’huile essentielle d’ylang ylang sent divinement bon, le baume fond tout seul sur la chevelure qui du coup se démêle en un clin d’oeil. Et pourtant je peux vous dire que pour mes cheveux qui s’emmêlent instantanément, ça n’est en général pas gagné du tout !

Dernier rinçage et j’essore mes cheveux puis les démêle et les laisse sécher à l’air libre, comme je le fais à chaque fois.
Premier verdict : ouais bof. J’ai l’impression de voir des cheveux châtains avec de simples reflets (je vous rappelle que je suis passée par le orange fluo, donc il m’en faut beaucoup pour trouver qu’une couleur est vraiment « pétante »).
Mais une heure après, je me regarde à nouveau dans le même miroir avec le même éclairage et là, miracle, je commence à trouver la couleur très jolie et naturelle. J’ai presque l’impression d’être une vraie rousse.

La couleur aura tenu (et bien tenu, contrairement à ce à quoi je m’attendais à vrai dire) un mois. L’effet racine est effectivement absent comme promis par les descriptifs de colorations naturelles, mes cheveux sont brillants et vraiment beaux.
J’utilise le baume à chaque shampooing (un par semaine) en guise de démêlant et il rend les cheveux super doux, c’est parfait.

Suite à cette première coloration, je suis ensuite restée un mois complet sans refaire aucune couleur. Mes cheveux sont en meilleure santé qu’avant, donc j’ai moins tendance à les trouver moches, un bon point !

Et ce matin j’avais rendez-vous chez le seul coiffeur naturel et bio que j’ai trouvé près de chez moi (à Corenc pour les Isèroises que ça intéresserait). L’application avait été tellement laborieuse la 1ere fois que je voulais en effet voir comment il s’y prenait, lui le spécialiste !
Je suis tombée sur un coiffeur super sympa, l’application a été faite sans souci et j’ai choisi de rentrer chez moi pour laisser pauser 2h30 cette fois.

Je crois que pour moi c’est la bonne solution car j’évite toutes les galères de l’application mais je contrôle moi-même mon temps de pause et j’évite le coiffage qui est en général un épreuve pour moi !

La encore, le rinçage m’a donné l’impression de ne jamais en voir le bout, et puis finalement si !
Comme la première fois, j’ai commencé par me dire ouais bof, et comme la première fois, une heure après j’étais emballée !

L’expérience est donc concluante pour moi pour le moment.

D’après le coiffeur (et d’avis général je dois dire), les colorations rousses / rouges, sont les plus concluantes en version 100 % naturelle.
Les blonds semblent également assez convaincants, mais pas question, à priori, de vouloir un châtain ou un brun qui tienne la route pour le moment.
Pour moi ça tombe bien, seul le roux m’intéresse ! Et le cuivré de Terre de Couleur est vraiment sympa, il ne fait pas orange/rouge comme souvent le henné, et se rapproche pas mal du roux irlandais naturel que j’ai en tête, et que j’adore.

Et vous alors, prêtes à sauter le pas ? Plutôt Logona ? Plutôt Terre de Couleur ?

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Le point colo, semaine 7 (et après)."

avatar

julie
Invité
julie
3 années 8 mois plus tôt

Pour avoir testé les deux … terre de couleurs, définitivement !

wpDiscuz