Une petite signature pour aider les chats libres.

Il y quelques jours j’ai trouvé dans ma boite mail un courriel de l’association grenobloise L’Ecole du chat libre avec pour objet : Nourrir un chat libre est aujourd’hui condamnable.

Tout de suite interpellée, je me rends donc sur la page de la pétition correspondante : pour le retrait immédiat du récent arrêté municipal de Monsieur Roger Didier, maire de Gap (Chats libres) dont voici  le texte :

Messieurs,

Nous demandons le retrait immédiat de l’arrêté municipal de Monsieur Roger DIDIER, Maire de la ville de Gap, par lequel il pénalise d’une amende de 450 euros, toute personne venant nourrir un chat en détresse.

Cette décision n’est pas conforme à la Déclaration Universelle des Droits de l’Animal, et va à l’encontre de la plus élémentaire éthique.
Point n’est besoin, en effet, d’avoir beaucoup de cœur et de compassion pour comprendre la détresse de ces pauvres chats, toujours traqués, persécutés bien souvent, et en quête de la moindre nourriture pour essayer de survivre par tous les temps, bravant tous les dangers…
C’est les condamner cruellement à mourir de faim que de maintenir cet arrêté .
D’autre part, il est à souligner que les chats ne sont pas des animaux que l’on pourrait classer de « nuisibles » compte tenu de leur contribution à l’éradication des rongeurs indésirables qui pullulent dans nos villes:
« La Grande Peste » du Moyen-Age ( 1347-1351) est survenue à la suite de l’extermination des chats libres par Philippe VI qui détestait ces derniers !!!

Le retrait de cet arrêté est donc impératif.

Sincères salutations.
Les signataires de cette pétition

NiDieuNiMaitreNiCroquette

Donc voilà, si vous aussi vous vous sentez concerné par ce sujet, n’hésitez pas à aller ajouter une petite signature de plus pour les chats libres qui en ont bien besoin.

Et puis juste pour info, conduire en état d’ivresse « coûte moins cher » (135 euros d’amende) que nourrir un chat libre. Vous ne trouvez pas ça un peu ridicule vous aussi ?

Almo Nature, du naturel pour les chats.

Comme je vous en avais déjà parlé, j’ai la chance d’avoir une adorable petit bête à la maison. Et pour lui comme pour moi, je me pose des questions. Comment le nourrir au mieux ? Comment être certaine que son alimentation ne lui pose aucun problème de santé ? Les aliments pour animaux « de compagnie » (je n’aime pas vraiment ce terme, c’est pour cela que je mets des guillemets) sont-ils testés sur d’autres animaux ? Y’a-t-il des marques alternatives à celles habituellement distribuées dans les magasins spécialisés ou par les vétérinaires ?

J’ai rapidement découvert un certain nombre de marques bio et/ou naturelles : Yarrah, Biofood, Porta 21, Burns, et celle que la petite bête et moi avons fini par adopter : Almo Nature.
Après avoir consulté tous les sites possibles et imaginables, consulté la belle-sœur vétérinaire, et réfléchi pendant des semaines, j’ai opté pour le test de 2 types de croquettes : les Biofood pour les croquettes à la viande, et les Holistic Salmon d’Almo pour le poisson. Ces deux types me paraissaient les mieux adaptés aux besoins des chats, être parfaitement tolérables, avoir un apport en minéraux correct, et venir de marques ne testant pas.

Premier constat : aucun problème d’adaptation malgré l’absence totale de produits dit « appétants » (sorte d’exhausteurs de goût) dans ces croquettes. Moi qui avais peur que Monsieur ne les boude, aucun souci, elles ont été adoptées tout de suite ! (Je précise que ces exhausteurs sont en général loin d’être sympathiques – pour schématiser, c’est de la graisse – et qu’il vaut de loin mieux qu’ils soient absents !!)
Par contre gros problème avec les croquettes Biofood : du sang est apparu dans les selles. Rien de très grave heureusement mais deux visites chez le véto plus tard, je suis convaincue que cela vient bien de ces croquettes. Nous les avons donc abandonnées.
Aucun désagrément ni inquiétude par contre avec les croquettes de la marque italienne Almo Nature. Adoptées depuis environ 6 mois maintenant, tout va toujours aussi bien.

Mon chat a donc maintenant l’habitude de ses croquettes « holistic » au saumon et il a droit, une fois par semaine, à une petite boite de thon.
(D’ailleurs ces fameuses boites, quand je les ouvre, j’ai l’impression qu’elles sont destinées à la consommation humaine).

En plus avec la dernière commande, Monsieur Chat et moi avons eu droit à quelques petits cadeaux : un raw pack et un mini food au poulet pour lui, et un chouette carnet pour moi.

D’ailleurs, regardez comme il est adorable ce petit carnet :

Voilà donc mon premier billet sur la nourriture pour chat. Je me suis pour le moment cantonnée à la présentation rapide des croquettes les plus adaptées à mon chat, mais je vais essayer d’ici quelques temps de préparer une présentation un peu plus approfondie et de dresser un petit récapitulatif des points à bien prendre en compte dans le choix des croquettes.

En attendant, prenez-soin de vos petits amis !

A l’approche de l’hiver, pensez à l’adoption.

A l’approche de l’hiver et avec l’arrivée du froid (bon OK, aujourd’hui il fait grand beau à Grenoble et on ne se croirait pas en novembre du tout, mais quand même) je me dis qu’il serait temps que je vous parle un peu d’un sujet qui me tient à cœur depuis plusieurs années maintenant : l’adoption d’animaux.

Je suis sûre qu’il y a parmi vous un grand nombre d’amoureux des animaux et que certains ont également la chance de partager la vie d’une adorable petite boule de poils.
Chez moi c’est un grand matou qui gambade depuis un peu plus de 3 ans maintenant et je crois sincèrement pourvoir dire sans me tromper que le jour où j’ai décidé de l’adopter, j’ai pris la meilleure décision de ces trois dernières années tellement je suis heureuse de l’avoir avec moi depuis.

J’ai également accueilli d’autres chats pendant plusieurs mois pour aider une association qui se bat pour trouver de nouvelles familles aux animaux abandonnés.

Car oui il y a un nombre incroyable de chats et de chiens que leurs anciens maîtres ont un jour décidé de laisser tomber pour diverses raisons. Je ne suis pas là pour juger ces raisons, chacun son histoire et chacun son avis là-dessus, mais simplement pour attirer l’attention sur le fait que ces animaux méritent de retrouver rapidement de nouveaux foyers où l’on saura prendre soin d’eux et les aimer. Pas la peine d’aller acheter un animal spécialement élevé pour notre bon plaisir une fortune quand on sait qu’ils sont déjà trop nombreux et n’arrivent pas toujours à survivre. Un petit tour dans un refuge ou sur les sites d’associations telles que l’Ecole du Chat Libre ou Cosa Animalia et chacun y trouvera son compte. Je ne parle que d’associations que je connais et qui se trouvent sur Grenoble, mais il y en a bien entendu dans toute la France. Alors n’hésitez surtout pas à les contacter ou à rendre une petite visite au refuge le plus proche.

Contrairement à l’image que véhiculent certaines célébrités avec leur chien assorti à leur sac à main, un animal n’est pas un accessoire de mode et il vaut mieux bien réfléchir avant de s’engager afin d’être certain de pouvoir lui rendre la vie la plus agréable possible. Et pourquoi ne pas commencer dès le début, en adoptant un animal qui en a vraiment besoin plutôt qu’en se ruinant dans une animalerie ?

UNE, la marque que j’aimerais pouvoir aimer.

Oui je sais, je fais une fixation. Bon, une petite, mais quand même…
Vous vous rappelez de mon questionnement à propos de la marque UNE Natural Beauty et d’éventuels tests sur les animaux ? Mais bien-sûr que vous vous en souvenez (et si jamais ça n’est pas le cas, damned, vous pouvez toujours vous rafraichir la mémoire en allant faire un petit tour par ici).

Alors bien entendu, je n’ai jamais obtenu aucune réponse à mes emails, ni à mes commentaires au sujet du test des matières premières sur le blog officiel de la marque.
En fouinant un peu sur le-dit blog, je me suis bien rendu compte que de nombreuses autres personnes leur avaient posé exactement la même question. Toujours sans succès aucun. Bizarre tout de même. La seule réponse c’est non, nous ne testons pas les produits sinon nous n’aurions pas le label Ecocert de toute façon, voyez (d’ailleurs, au passage, tous les produits ne sont pas labellisés).
Du coup je ne sais toujours pas quoi en penser. Enfin, si, objectivement je me dis quand même passe à autre chose, il n’y a pas de fumée sans feu hein ! Et puis j’aime pas trop qu’on me prenne pour une buse en jouant à fond la carte du naturel tout en cachant des choses à ses consommatrices.

En plus, depuis la dernière fois, il m’est encore arrivé une mésaventure avec cette marque. Je me retrouve dans leur mailing list rapport au fait que j’ai donné mon adresse pour qu’on réponde à mes questions sur les tests (quelle idiote aussi ;)) !
Et autant dire que j’apprécie moyen. D’autant plus qu’ils ne daignent à nouveau pas me répondre quand je leur écris pour leur faire part ce petit détail…

Mais voilà le souci, c’est que le seul produit que j’utilise dans leur gamme, le fond de teint minéral sous forme de poudre compacte, qui lui est certifié Ecocert en plus, me convient extrêmement bien.
Et leur packaging sont chouettes.
Et leur teintes sont belles.
Et leurs produits sont faciles à trouver, ce qui est bien pratique parfois quand même, il faut bien l’avouer.

En attendant d’avoir un jour plus de précisions au sujet des tests, j’ai donc choisi de ne pas racheter leurs produits et j’ai donc remplacé la semaine dernière mon fond de teint compact fini par une poudre minérale libre de chez Couleur Caramel.  Alors certes, les packagings sont moins glamours (sauf quand ils nous font des merveilles comme ça), mais au moins ils sont recyclés et recyclables, et la marque est transparente au sujet des tests (elle est affiliée One Voice).
Maintenant, reste plus qu’à prier pour que leur poudre (100% naturelle) me convienne et que je ne sois pas trop une quiche avec une poudre libre. Rendez-vous dans quelques semaines pour un test ?

UNE Natural Beauty : éthique irréprochable ou marketing ?

Il y a quelques temps de ça, j’ai décidé de changer mes habitudes en matière de maquillage et de soins de la peau. Après de nombreuses années de consommation sans réelle réflexion, sus aux produits chimiques, place au naturel, voire au bio !

Dans ma quête de nouveaux produits, adaptés à ma nouvelle philosophie, j’ai été orientée (toujours par cette fameuse vendeuse !) vers les produits UNE Natural Beauty, et plus précisément le fond de teint poudres minérales.

Une fois encore ma petite vendeuse trouve tout de suite la teinte qui me convient et me propose de tester la poudre compacte. Aucun souci à l’horizon, elle se passe bien, matifie correctement, laisse la peau toute douce et ne dessèche pas du tout, ce qui pour moi est un atout considérable. En plus le packaging est vraiment réussi (enfin à mon goût) !

99,55 % des ingrédients sont naturels, dont 12,8% bio.
Le label Eco-Cert vient me conforter dans l’idée d’adopter ce produit.

Seulement voilà, à l’usage toujours rien à dire, elle me convient très bien mais une chose me chagrine.

UNE Natural Beauty est une marque créée par Bourgeois qui jusqu’à preuve du contraire pratique des tests sur les animaux pour certains de ses produits (et figure sur le guide Cosmetox de Greenpeace).
UNE, pour sa part, met bien en avant le fait de ne pas pratiquer de tests sur ses produits finis. Or ces teste ne sont plus autorisés depuis fin 2004.
La marque reste par contre plus que floue au sujet des tests de ses matières premières (par elle ou par ses fournisseurs).
Je n’ai eu aucune réponse aux différents emails que je leur ai envoyé à ce sujet et ne semble pas être la seule dans ce cas-là (voir les commentaire de cette page de leur journal).

Alors, que penser de tout ça ? Une marque se voulant naturelle, proche de ses clientes et prônant ouvertement certaines valeurs mais qui ne prend pas la peine de répondre à ses clientes sur un sujet aussi sensible qu’important, moi cela me semble douteux. Et vous, quel est votre avis là-dessus ?

Et en attendant d’avoir plus de précisions, je prends quoi moi comme poudre pour remplacer la mienne qui touche à sa fin ?!