J’ai testé : les oléo-sérums Epicosm.

header_epicosm_blogbionature_1092

Hello ! On se retrouve aujourd’hui pour un petit test cosmétique mené tambour battant pendant deux mois par Monsieur Bio et moi-même, oui oui !

Mais d’abord, une petite parenthèse… Si j’ai toujours été exigeante dans le choix des produits que je vous présente sur le blog, il est vrai qu’avec les box par exemple (dont on ne connait pas le contenu à l’avance), j’ai quand même parfois pu me retrouver avec des cosmétiques que je n’aurais pas décidé d’acheter par moi-même car ils ne remplissent pas tous mes critères, bien que leur composition reste tout à fait satisfaisante.

Vous savez parfaitement que j’ai l’habitude de poster des revues objectives et que je n’hésite pas à souligner les point qui me chagrinent ainsi qu’à signaler clairement lorsqu’un produit ne me convient pas après test. Mais j’ai néanmoins décidé d’essayer de faire encore plus attention et de mettre l’accent sur des marques et/ou producteurs plus confidentiels aussi souvent que possible.
Un bon contact avec mes interlocuteurs reste crucial pour moi car je ne suis pas là pour faire de la pub gratuite, mais bien pour présenter des initiatives et des produits qui me plaisent. Et j’ai pu constater que je n’ai JAMAIS eu aucun souci pour obtenir des compléments d’informations, ni pour discuter de certains choix d’ingrédients avec des marques à taille humaine ; alors que je ne peux pas en dire autant de certaines plus établies que j’appréciais pourtant déjà beaucoup à titre personnel avant que l’on me propose d’en parler sur le blog (ce que je n’ai, du coup, pas fait).

Fin de la parenthèse, passons maintenant à ce qui nous intéresse aujourd’hui : la découverte d’Epicosm et de ses chouettes oléo-sérums !

blogbionature_epicosm (2)

Ça n’est pas un secret, je suis une grande adepte des huiles, en particulier pour le démaquillage et en tant que sérum. Par contre, je n’arrive pas à utiliser d’huile végétale pure en tant qu’hydratant à la place de ma crème de jour.

Quand Estelle, la créatrice d’Epicosm m’a contactée, j’ai d’abord été emballée par son parcours et le fait qu’elle ait décidé de fonder sa propre ligne de cosmétiques en revenant d’une expatriation en Australie ; l’ailleurs comme moteur de création, moi, ça me parle !
De l’Australie, elle a eu envie d’intégrer à tous ses produits une matière première typique : l’huile de macadamia, une huile sèche particulièrement agréable à utiliser sur la peau (un peu comme l’huile de jojoba je trouve).

En plus de l’huile de macadamia, les oléo-sérums Epicosm comportent tous plus de 96% d’ingrédients d’origine naturelle.
Je vous avoue avoir eu un petit doute sur certains composants en épluchant à la loupe la liste d’ingrédients présente sur l’emballage en pensant détecter de potentiels dérivés d’huile de palme. Mais je vous rassure tout de suite : il n’y en a pas, tout simplement ! Estelle m’a tout bien détaillé, nous avons passé en revue tous les ingrédients pour lesquels je me posais la question, et ils sont issus de l’huile de coco. Même si la problématique de l’huile de palme n’est pas aussi simple qu’il n’y parait, Estelle partage mes interrogations à son sujet et a décidé de ne pas y avoir recours ce qui pour moi est un bon point.

Autre point positif, tout est très clair sur le fait que la marque est cruelty-free (pas de test sur les animaux) et vegan (aucun ingrédient d’origine animale). Elle est de plus installée dans ma région (en Savoie, à La Ravoire pour être précis), tous les produits sont fabriqués en France et les emballages sont recyclables, en verre et en carton.
Il est également intéressant de signaler qu’on ne trouve pas d’huiles essentielles dans les compositions, ce qui rend ces sérums utilisables par le plus grand nombre.

J’ai reçu deux produits pour ce test : le sérum Éclat & Fermeté pour moi, et le sérum Homme pour Monsieur Bio.

header_epicosm_blogbionature_2

Comme vous pouvez le voir, Lire la suite

Mon avis sur le déodorant mandarine « En Douce Heure ».

deo_douceheure_blogbionature_header

Bonjour, bonjour ! Ça y est je suis de retour après un joli périple islandais dont je vous parlerai certainement sur le blog dans quelque temps. En attendant, je vous propose de vous donner mon avis sur un déodorant que j’ai découvert juste avant mon départ.

Trouver le bon déo a souvent été un casse-tête pour moi, même avant mon passage au naturel, et c’est un sujet que j’ai déjà évoqué régulièrement par ici.
J’ai pendant longtemps fabriqué mon propre produit, que je trouvais efficace mais dont je me suis lassée. Puis je suis passée à l’huile essentielle de palmarosa, dont j’apprécie particulièrement la simplicité, et que je continue d’utiliser de temps à autre, mais dont j’avoue être moyennement fan de l’odeur (même si j’ai fini par bien m’y habituer).
J’ai ensuite basculé vers les déodorants solides en pot de chez Schmidt’s et j’en suis aujourd’hui une adepte totale ! Cependant, les pots de la maison arrivant à leur terme, j’ai décidé d’en profiter pour tester autre chose avant de probablement y revenir.

Et j’ai donc jeté mon dévolu sur le déodorant à la mandarine de la marque française, artisanale, et certifiée Nature et Progrès, En Douce Heure.

Exit le pot et l’application au doigt, place au stick ! Même si, personnellement, le fait de mettre mon déo avec les doigts ne me gêne absolument pas, j’ai bien conscience que ça n’est pas le cas de tout le monde ! Le stick reste donc à mon avis le format correspondant le mieux à la majorité d’entre-nous, et il est sans aucun doute le plus pratique.

header_blogbionature_endouceheure

Ce stick En Douce Heure s’applique facilement avec sa texture un peu crémeuse, ni trop sèche, ni trop grasse, et ne laisse pas de film ou de sensation désagréable sur la peau.
On peut s’habiller sans aucun problème juste après l’application.
De plus, pas la peine de tartiner trois tonnes de produit, un aller-retour sous chaque aisselle faisant, je trouve, bien l’affaire.
Il ne laisse par ailleurs aucune trace sur les vêtements noirs.

Au niveau de sa composition, il est difficile de faire mieux et plus doux ! Il est 100% naturel, et tous les ingrédients sont issus de l’agriculture biologique. Voyez plutôt : Lire la suite

J’ai testé : la gamme Océopin.

oceopin_header_blogbionature

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de recevoir quelques petits produits Océopin dans un joli pochon en coton bio afin de découvrir ces soins à base d’huile de graines de pin maritime.
Je connaissais la marque de nom depuis un bon moment et son éthique semblait correspondre à ma façon de voir les choses, c’est donc avec plaisir que je vous en parle aujourd’hui après avoir testés trois produits : l’huile de graines de pin maritime, le soin du corps, et la poudre exfoliante.

Pour planter rapidement le décors : Océopin est une marque française originaire du Cap Ferret et de ses pinèdes au bord de l’océan Atlantique. Elle a vu le jour en 2012, fabrique en France, et ses produits sont biologiques et certifiés par Ecocert.
Les pommes de pin sont récoltées manuellement, tout est traçable, l’huile est extraite sans aucun ajout de solvant par première pression à froid.

Sur les trois produits reçus, deux ont une composition ultra-simple et on ne peut plus irréprochable. Jugez plutôt par vous même  : l’huile de graines de pin restructurante et anti-âge, destinée au soin du visage, est en effet composée à 100% d’huile de pin maritime pure ;  et la poudre exfoliante pour le corps contient quant à elle 100% de poudre de graines de pin maritime français.

oceopin_blogbionature

Le troisième produit, le soin corps a lui une composition un peu plus longue (à voir par ici) et je trouve dommage que tous ses ingrédients, pourtant tous d’origine naturelle, ne soit pas tous biologiques (notamment l’huile de tournesol et l’huile de noisette). Les deux autres produits ayant placé la barre très haut, j’avais peut-être trop d’exigences pour celui-ci ! 😉

A l’usage, j’ai réellement apprécié d’utiliser ces produits.
L’huile de graines de pin maritime, de part sa teneur élevée en acides gras, vitamine E et anti-oxydants est particulièrement adaptée en soin anti-âge… mais pas uniquement ! Elle convient en effet également bien aux peaux un peu sèches ou déshydratées en leur redonnant de la souplesse (et peut aussi servir de en soin apaisant après soleil après une bonne journée de ski).
De mon côté, Lire la suite

Bleuforêt : mes chaussettes made in France !

Comme vous le savez, j’ai l’habitude de consommer le plus local et/ou français possible pour ma nourriture depuis un bon moment maintenant.
J’essaie également de fonctionner de cette manière du côté de l’habillement. Si je ne suis pas une grande consommatrice de vêtements, je fais en revanche attention à leur côté éthique et à leur mode de fabrication. Je recherche en général des vêtements qui vont pouvoir durer le plus longtemps possible, et que je continuerai à porter avec plaisir au fil des années.
J’avoue que je n’ai pas vraiment le reflex « seconde main », en grande partie parce que je trouve très rarement mon bonheur en friperie malheureusement. Par contre, je ne mets plus du tout les pieds dans les grandes enseignes d’habillement depuis plusieurs années maintenant, je privilégie systématiquement les marques éthiques et transparentes, et j’essaie de trouver des vêtements fabriqués en France dès que je le peux (je n’hésite pas non plus à me faire plaisir avec du vrai Made in England, Scotland ou Norway quand je me rends dans ces pays que j’affectionne tout particulièrement 😉 ).

Si je n’ai toujours pas résolu le problème de la lingerie, j’ai par contre trouvé chaussette à mon pied depuis bien longtemps ! De ce côté-là en effet je suis 100% made in France (pour mes chaussettes de ville) grâce à deux marques : la stéphanoise Archiduchesse (déjà évoquée ici), et la vosgienne BleuForêt. C’est de cette dernière dont je vais vous parler un peu aujourd’hui. Lire la suite

Haute comme 3 Pommes : interview et concours !

header_concours_blogbionature

Comme je vous l’avais annoncé vendredi, on se retrouve aujourd’hui pour en apprendre un peu plus sur Anne, la créatrice de Haute Comme 3 Pommes.
D’où lui est venu l’idée de créer sa propre boutique en ligne, comment choisit-elle ses matières premières, comment imagine-t-elle l’avenir ? Vous saurez tout avec cette interview !

Et comme promis, on se retrouve ensuite avec un super concours. Car en plus d’être sympa, Anne est aussi généreuse et va permettre à l’un ou l’une d’entre-vous de gagner un joli lot de 10 cotons à démaquiller lavables ! Rendez-vous en fin d’article pour participer 😉

haute-comme-3-pommes-mobiles

– Quand et comment vous est venu l’idée de créer « Haute comme 3 Pommes »  ?
Fin 2012 je cousais déjà depuis quelques années quand j’ai eu la chance de Lire la suite

J’ai testé : les lingettes démaquillantes lavables Haute comme 3 Pommes.

lingettes_blogbionature

Il y a quelques temps, au détour d’internet, j’ai fait la connaissance d’une sympathique créatrice grenobloise, Anne de Haute Comme 3 Pommes.
Dans sa jolie petite boutique, elle propose à la fois de chouettes créations pour les enfants et pour les adultes. En effet, aux côtés de ses délicats mobiles et guirlandes en papier, parfaits pour égayer une chambre enfantine, on peut également retrouver des masques de nuit rigolos en forme de moustache, ou encore des cotons à démaquiller écolos.

Partageant les mêmes valeurs et étant aussi très curieuse de découvrir ces disques fabriqués juste à côté de chez moi, c’est avec plaisir que j’ai accepté de les tester lorsqu’Anne me l’a proposé !

Comme je vous l’ai déjà dit, je suis une inconditionnelle du démaquillage à l’huile ; c’est en effet la seule technique que j’utilise ! J’alterne les jours où je me démaquille simplement avec les doigts, et ceux où je me sers de disques lavables.
J’ai été franchement séduite par ceux que propose Anne pour plusieurs raisons, et je trouve qu’ils diffèrent pas mal de ceux que j’utilisais depuis près de quatre ans maintenant. Voici les points qui m’ont particulièrement plu !

hautecomme3pommes

Les disques sont bi-faces, comme ceux que je possédais avant, mais là, Lire la suite