Bref, j’ai (enfin) changé de banque !

download

« Les économies, c’est comme l’orgueil : mal placées, ça peut faire des dégâts. »

Cette petite phrase, trouvée en introduction d’une BD publiée par le magazine Causette dans son numéro du moi de mai, confirme bien ce que nous soupçonnions tous plus ou moins depuis longtemps : les banques, grâce à l’argent que nous déposons chez elles, investissent dans divers projets dont elles ne nous disent bien souvent pas grand chose et dont nous ignorons du coup massivement les conséquences.

En partant du constat que faire des efforts dans mon quotidien, changer mes habitudes, mon rapport à la consommation, me tourner vers de nouvelles alternatives pour l’alimentation ou l’habillement etc… c’était déjà très bien, mais que je pouvais certainement essayer de voir un peu plus loin que ce sur quoi j’avais une prise directe et immédiate, j’ai commencé à m’interroger sur les pratiques de ma banque, et j’ai eu envie de savoir ce qu’elle faisait avec mon argent.

bd_causette_banques
  (Extrait de la BD publiée dans Causette.)

Il faut dire, que j’étais déjà très tentée de changer d’établissement bancaire suite à de nombreux petits problèmes, jamais graves, mais toujours énervants ! Entre la valse quasi constante des conseillers, les services imposés sans trop que je sache pourquoi ni comment (ah mais ça Madame c’étaient les anciens packs, on ne fonctionne plus comme ça alors je ne peux pas vous en dire plus), les frais prélevés pour tout et n’importe quoi alors que je suis une cliente modèle (un seul découvert, de moins 50 euros, à cause de leurs foutues dates de valeurs depuis l’ouverture de mon premier compte chez eux il y a plus de 20 ans…) Breeeeef ! Il y avait déjà de l’eau dans le gaz depuis un moment !

J’ai donc commencé à me renseigner un peu plus par mes propres moyens car en posant mes questions aux personnes concernées, les réponses tournaient souvent autour de choses du type « nous finançons beaucoup l’économie locale » (vous avez peut-être en tête les pubs du Crédit Agricole qui vont particulièrement dans ce sens et avec lesquelles on a presque l’impression de donner directement un coup de pouce à Robert pour qu’il ouvre sa boulangerie artisanale…), ou encore « les placements éthiques, ça ne marche pas » en ce qui concerne l’épargne. Oui, d’accord, mais concrètement mon argent alors il sert à quoi quand il est chez vous ?

C’est à ce moment-là que j’ai découvert le site Finances Responsables et que j’ai par exemple trouvé ces tableaux dans les petits guides élaborés par les Amis de la Terre (consultables ici et ) :

Votre banque est-elle climaticide ?banques_climaticides_tableau

Les projets controversés des banques françaises.projets_controverses

Et là, je n’évoque que l’impact sur le climat, pas vraiment les enjeux sociaux ou encore la présence dans les paradis fiscaux
Vous aurez donc compris que Lire la suite

Fashion Revolution Day : le Rana Plaza et après ?

Il y a deux ans, le 24 avril 2013, au Bangladesh, s’effondrait le Rana Plaza, cet immeuble abritant des ateliers de confections aux pratiques inacceptables (j’en parlais à l’époque ici). 1135 personnes perdaient la vie dans cette tragédie. Plus de 2000 autres étaient blessées.
Aujourd’hui, les victimes ne sont toujours pas entièrement indemnisées, plusieurs millions de dollars manquent encore à l’appel et certaines marques rechignent à payer, Benetton en tête.

Pour que l’on n’oublie pas ce drame et que l’on finisse par arriver à plus de transparence sur les pratiques des marques de mode, un collectif, britannique au départ, puis élargi à environ 70 pays, le Fashion Revolution, propose chaque année de participer à des actions symboliques sur les réseaux sociaux.
L’an dernier il proposait de poster un auto-portrait avec ses vêtements à l’envers afin que l’on voit l’étiquette de la marque pour pousser à la réflexion sur l’envers de la mode.
Cette année, l’idée est de poster une photo avec la pancarte « Je veux savoir » / « Who made my clothes » et, bien entendu, les hashtags qui correspondent.Fashion Revolution_je veux savoirL’initiative est sympathique, après, je ne sais vraiment pas quel peut réellement être son impact…

Une manière par contre très simple de ne plus cautionner toutes ces marques aux pratiques douteuses, c’est tout simplement de les boycotter ! 
Les alternatives existent bel et bien, et il me semble qu’il devient de plus en plus simple de se tourner vers d’autres solutions lorsque l’on a besoin de nouveaux vêtements. Et OUI, on peut se faire plaisir en achetant moins de vêtements, peut-être plus chers parfois c’est vrai, mais également plus durables, et qui ne sont pas issus de l’exploitation d’autres être humains (car c’est bien de cela qu’il s’agit, l’exploitation d’être humains, pour toutes les marques de fast fashion et même leurs grandes sœurs un peu plus « haut de gamme »…).

Du coup, je vous propose aujourd’hui un tour d’horizon de mes propres pratiques et un petit guide des créateurs et marques auxquelles je fais confiance. Lire la suite

Less is more ?

En me promenant un peu sur le net, je me suis rendu compte qu’en ce moment la grande tendance mode semble être à la consommation plus raisonnable et à la réorganisation des dressings chez bon nombre de blogueuses (je dis blogueuses car je n’ai pas encore trouvé de blogs masculins abordant le sujet pour le moment). Less is more comme elles disent !

Pour moi, grand passionnée d’architecture, less is more a toujours été le leitmotiv de l’architecte allemand Mies Van Der Rohe alors voir cette phrase à toutes les sauces sur les blogs m’a d’abord fait sourire et ne m’a pas vraiment donné envie de lire les articles.
Et puis, à force de la voir revenir encore et encore à droite à gauche, j’ai quand même fini par jeter un coup d’œil. Un gros coup d’œil même. Car finalement, je ne peux pas nier que le sujet m’intéresse depuis un bon moment (mon premier article dans cette direction datant de plus de 2 ans et demi). J’ai donc voulu savoir un peu ce que les autres mettent derrière. Surtout quand ces autres sont, selon ma perception, de grosses machines à créer du désir inutile et à pousser à la surconsommation 😉

Je ne vais pas épiloguer pendant 107 ans sur l’avis de chacune, et je vais juste me contenter de vous dire que j’ai parfois vraiment l’impression qu’on ne vit pas dans le même monde.

Si j’en crois pas mal de choses lues ces derniers jours et semaines, consommer autrement semble être perçu comme une nécessité pour un grand nombre, mais demanderait bien souvent des efforts insurmontables… mouais.

conso-mode-blogbionature Lire la suite

Nos vêtements responables de centaines de morts au Bangladesh ?

sujet actu mode societe
Titre un peu choc aujourd’hui, pour un sujet vraiment grave.
Mercredi, à Savar au Bangladesh (non loin de la capitale, Dacca), un immeuble de huit étages s’est effondré.
Selon le dernier bilan officiel, toujours provisoire, il aurait dans sa chute tué au moins 363 personnes, et en aurait blessé plus de 1200 autres.
Cet immeuble avait été construit illégalement.
Cet immeuble abritait cinq ateliers de confection. Tous travaillaient visiblement pour des marques occidentales (Mango et Primark, ont d’ores et déjà confirmé qu’elles étaient effectivement en relation avec ces ateliers).
Dans une dépêche de l’AFP (ici), on apprend que cette catastrophe serait la pire de l’histoire industrielle du Bangladesh.
Pour info, le revenu national brut par habitant (l’ancien « PNB ») de ce pays était en 2011 de 780 dollars, contre 42420 dollars en France…(source : La Banque mondiale).

Entre les histoires de travail d’enfants chez Zara en Argentine (après d’ailleurs, un autre scandale, de travail forcé cette fois, au Brésil), celles de travail illégal chez un sous-traitant de Gap au Brésil encore, et cette tragédie asiatique, l’industrie textile grand public semble toujours aussi peu scrupuleuse avec ses ouvriers et les conditions dans lesquelles elle les fait travailler pour nous habiller, nous petits occidentaux, tranquillement assis derrière nos écrans, hyper-connectés à plein de choses, mais visiblement oubliant une bonne partie de l’essentiel…

N’est-il pas enfin temps de nous poser quelques questions quant à notre consommation, bien souvent excessive, de vêtements ? Vouloir toujours plus dans nos armoire pour être à la mode, être accepté, se sentir mieux ou que sais-je encore, Lire la suite

Bon plan « green » !

green

A l’occasion de la semaine du développement durable, 17 marques mode, beauté ou encore design à tendance écolo se sont associées afin de nous proposer une réduction de 20% sur leur e-shop respectif !

Je ne mets pas de liens directs vers les boutiques car une fois de plus je ne suis pas là pour faire de la pub, mais vous avez tous les noms en bas du visuel en début d’article, il vous sera donc facile de les retrouver sur le net (en cliquant sur l’image vous pouvez même l’afficher en plus grand) !

Pour ma part, j’avoue réussir à me laisser de moins en moins tenter par des choses totalement inutiles dont je n’ai pas besoin et je suis donc parvenue à bien limiter ma consommation ces derniers temps car je pense que c’est vraiment ça le point de départ.
Cependant, mes boites de thé Lov Organic étant presque toutes entièrement vides (il faut dire que je bois vraiment beaucoup trop de thé !), je vais peut-être en profiter pour refaire le plein !

Et sinon, pour celles qui ne connaitraient pas les sacs et autres trousses My Biotiful Bag, je peux simplement vous confirmer que ce sont de bons produits. Ma trousse de toilette vient de chez eux et j’en suis super contente !

Bon shopping à celles qui le souhaite 😉

Salon Naturissima.

Aujourd’hui je vais vous parler d’un salon incontournable qui se tient tous les automnes à Grenoble : le salon Naturissima.
Il est tous les ans couplé avec un autre salon assez intéressant, Artisa, et tout cela se tient à Alpexpo. Le lieu est facilement accessible par le tram A depuis le centre ville de Grenoble et d’ailleurs si vous choisissez ce mode de transport pour venir, votre ticket validé dans l’heure vous donnera droit à une réduction sur le prix d’entrée (3 euros au lieu de 5).


Lire la suite