Mes élucubrations de début d’année !

Même si le mois de janvier est déjà bien avancé, il n’est pas encore trop tard pour vous souhaiter une très bonne nouvelle année ! J’espère que vous avez passé de jolies fêtes et que vous attaquez 2018 du bon pied, et surtout sans vous mettre la pression avec des résolutions intenables !

Pour moi, 2017 aura finalement été une année de transition plus qu’autre chose. Pas de changements spectaculaires à proprement parler, ou, pour être plus précise, rien de vraiment visible immédiatement. Mais ça ne veut pas dire pour autant qu’il ne s’est rien passé, bien au contraire.

2017 aura donc été une année où j’ai appris plein de choses sur moi, mais surtout où j’ai commencé à tenir compte de toutes ces découvertes. Et là-dessus, je peux vous dire que je partais pourtant de très loin.
En effet, et même si la pratique du yoga notamment avait commencé à m’aider sur certains points ces dernières années, j’avais depuis toujours la fâcheuse habitude de ne pas m’écouter, de penser que si j’avais mal quelque part c’était parce que j’étais une chochotte, et d’arriver systématiquement à la conclusion que si quelque chose clochait c’était forcément parce que j’avais foiré un truc.
En gros, jusqu’à récemment je pensais qu’il fallait tout réussir du premier coup, ne jamais avoir mal, et puis tant qu’à faire, ne pas trop se faire plaisir non plus ; on n’est quand même pas là pour rigoler !

En 2017 donc, j’ai été très fatiguée dès le mois d’avril. Je suis allée voir une première fois mon généraliste habituel, qui m’a fait faire quelques analyses assez basiques (le fameux contrôle du fer parce que je ne mange pas de viande !) et ne m’a finalement pas écoutée correctement ; je ne lui jette pas la pierre, il vraiment gentil, mais dès qu’un cas sort objectivement de sa routine, je le sens un peu perdu/démuni.

positive-letters-2355685_1280

Parler de moi est loin d’être ma passion, et j’attache une très grande importance aux mots. Du coup, lorsque je dis que je suis épuisée, c’est que je le suis, pas que j’ai juste un petit coup de mou. Mais comme je n’avais pas été écoutée correctement, j’ai fini par me convaincre une fois encore que je n’avais rien et que j’étais juste une petite nature qui se plaint tout le temps. Sauf que deux mois après environ, je ne tenais presque plus debout. Il a fallu que j’en arrive à ce point-là pour enfin me décider à contacter un autre médecin pour avoir un autre avis.
J’ai eu la chance de tomber sur une personne bienveillante et très à l’écoute. Elle a rapidement suspecté une mononucléose et m’a fait faire tout le nécessaire pour poser le bon diagnostic et éliminer formellement les autres pathologies qui auraient pu engendrer les symptômes dont je souffrais.
Le fait de savoir enfin ce que j’avais ne m’a évidemment pas permis de retrouver de l’énergie tout de suite (la mononucléose s’étale souvent sur de très longs mois), mais cela a enclenché un truc assez incroyable chez moi : j’ai arrêté de culpabiliser. Oui j’avais bien quelque chose, non je n’étais pas juste une chochotte (et accessoirement, non je ne prenais pas la place chez le médecin de quelqu’un qui avait réellement besoin de ses services, pas comme moi).
En plus de l’identification de la mononucléose, cette femme médecin a également perçu rapidement d’autres choses essentielles (que je soupçonnais) dont je vous parlerai peut-être un jour quand je serai plus avancée, et tout ça a fait que j’ai eu l’impression de pouvoir enfin repartir sur de bons rails !

Du coup, ce que je voulais vous dire aujourd’hui, tout simplement, c’est de vous écouter et surtout de vous faire confiance. N’hésitez pas à suivre votre intuition et votre instinct, ils sont souvent de bon conseil.

possible

Dans mon cas précis, cet épisode de la mononucléose est assez représentatif d’un fonctionnement global : je me donne en priorité tort et pense systématiquement que c’est à moi d’en faire plus et de m’adapter pour concorder avec ce que l’on attend de moi, tout en étant persuadée que je ne devrais pas avoir à me fondre dans quelque chose qui souvent, pour moi, ne tourne pas rond.

Plus généralement, tout ou presque est fait pour nous formater et nous faire « rentrer dans le moule ». Et je peux tout à fait entendre que cela soit nécessaire à la vie en société et convienne en même temps à beaucoup de personnes. Parce que le moule leur correspond réellement, parce qu’elles en ont besoin, ou encore parce que cela leur coûte moins de s’y adapter que de ne pas le faire.

Mais si comme moi vous avez l’impression de vous battre en permanence parce qu’il y a toujours un truc qui dépasse (je ne parle pas ici d’une vague crise d’adolescence à retardement, mais bien d’un réel et récurrent sentiment de décalage/inadaptation), et que ça vous coûte votre tranquillité, votre estime de vous, votre motivation, ou n’importe quoi d’autre, n’hésitez plus à laisser tout ça déborder et prendre sa place, et à explorer les pistes qui s’ouvrent alors à vous.
Nous sommes tous différents et avons tous des atouts et des centre d’intérêt qui nous sont propres. C’est sur eux qu’il faut se concentrer, ce sont eux qu’il faut développer, le reste est accessoire.

En conclusion, je le répète, questionnez-vous, écoutez-vous, tentez des trucs inutiles, plantez-vous, ayez l’air idiot parfois, amusez-vous souvent, et surtout faites-vous confiance. Parfois ça merde, souvent ça marche.

De mon côté, avec toutes les étapes franchies l’an passé, j’ouvre enfin de nouvelles portes pour 2018 et j’arrête d’essayer de rentrer dans le moule !

Et je ressors ma petite liste créée il y a plusieurs années avec une dizaine de choses que j’ai envie de faire, juste pour moi.
C’est très varié, plus ou moins réaliste, et ça va d’apprendre à jouer du violoncelle à habiter en Écosse, tout en passant  par écrire un roman et parler norvégien.

Et bien hier, pour la première fois de ma vie, j’ai eu un violoncelle entre les mains ! 😉

liste

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Mes élucubrations de début d’année !"

avatar

Bordelaise By Mimi
Invité
4 mois 18 jours plus tôt

Hello!
Pour commencer je te souhaite une bonne année! Merci pour ce post hyper positive et plein de bienveillance! Apprenons à déculpabiliser, à nous faire confiance, c’est peut être la clé de la réussite 🙂

wpDiscuz