Fashion Revolution Day : le Rana Plaza et après ?

Il y a deux ans, le 24 avril 2013, au Bangladesh, s’effondrait le Rana Plaza, cet immeuble abritant des ateliers de confections aux pratiques inacceptables (j’en parlais à l’époque ici). 1135 personnes perdaient la vie dans cette tragédie. Plus de 2000 autres étaient blessées.
Aujourd’hui, les victimes ne sont toujours pas entièrement indemnisées, plusieurs millions de dollars manquent encore à l’appel et certaines marques rechignent à payer, Benetton en tête.

Pour que l’on n’oublie pas ce drame et que l’on finisse par arriver à plus de transparence sur les pratiques des marques de mode, un collectif, britannique au départ, puis élargi à environ 70 pays, le Fashion Revolution, propose chaque année de participer à des actions symboliques sur les réseaux sociaux.
L’an dernier il proposait de poster un auto-portrait avec ses vêtements à l’envers afin que l’on voit l’étiquette de la marque pour pousser à la réflexion sur l’envers de la mode.
Cette année, l’idée est de poster une photo avec la pancarte « Je veux savoir » / « Who made my clothes » et, bien entendu, les hashtags qui correspondent.Fashion Revolution_je veux savoirL’initiative est sympathique, après, je ne sais vraiment pas quel peut réellement être son impact…

Une manière par contre très simple de ne plus cautionner toutes ces marques aux pratiques douteuses, c’est tout simplement de les boycotter ! 
Les alternatives existent bel et bien, et il me semble qu’il devient de plus en plus simple de se tourner vers d’autres solutions lorsque l’on a besoin de nouveaux vêtements. Et OUI, on peut se faire plaisir en achetant moins de vêtements, peut-être plus chers parfois c’est vrai, mais également plus durables, et qui ne sont pas issus de l’exploitation d’autres être humains (car c’est bien de cela qu’il s’agit, l’exploitation d’être humains, pour toutes les marques de fast fashion et même leurs grandes sœurs un peu plus « haut de gamme »…).

Du coup, je vous propose aujourd’hui un tour d’horizon de mes propres pratiques et un petit guide des créateurs et marques auxquelles je fais confiance.

Je commence par préciser que, même si cela me semble normal maintenant et que c’est probablement le cas également pour vous si vous me lisez : on n’a pas besoin d’avoir 36000 vêtements chacun !
Cela ne veut pas forcément dire que l’on est tous obligés d’adopter une garde-robe minimaliste à l’extrême avec 2 pantalons, 1 veste et 3 tops. Non, cela signifie simplement qu’acheter 3 t-shirts au lieu de 1 parce que tu comprends « c’est pas cher » et comme ça « je peux changer tout le temps », ça n’est à priori pas la bonne façon d’envisager le problème. Enfin, à mon humble avis !

Commencer par comprendre ce que l’on aime porter pour ne pas acheter n’importe quoi est peut-être un bon point de départ. (Attention je n’ai pas dit « ce qui nous va » car cette notion est très subjective et que si on a envie de porter une couleur ou une forme qui ne nous va pas selon les critères les plus répandus, juste parce que ce vêtement nous fait plaisir, je ne vois pas du tout pourquoi on devrait s’en priver !!)
Moi par exemple, ce que j’aime, ce sont les robes noires, les jeans slims et les t-shirt et pulls loose (noir de préférence aussi d’ailleurs). Vraiment, c’est dans ces fringues que je me sens le mieux ! Du coup j’ai arrêté d’acheter des t-shirts moulants rouges. Car je sais que je ne les mettrai jamais  !
Réaliser également qu’une vêtement ne changera pas l’image que l’on a de soi et ne nous apportera pas non plus amour, gloire, et beauté, ça peut être pas mal ! Même si je dis cela sur le ton de la boutade, je crois qu’il y a là un vrai sujet de réflexion…

Ensuite, il y a tout un tas de friperies où trouver des vêtements de seconde main. Ça n’est pas forcément ce que je privilégie mais c’est une excellent solution. Et c’est par exemple vers cela que je me tournerai aujourd’hui si j’avais besoin d’un perfecto en cuir par exemple (oui, je sais, sujet sensible 😉 Je n’ai pas encore vraiment résolu le dilemme à ce sujet même si pour le moment je porte un perf synthétique).

Personnellement, je me suis mise à la couture et au tricot. En plus de savoir précisément combien de temps la confection du vêtement a pris et dans quelles conditions il a été réalisé (on remet ainsi la valeur de ce travail à sa juste place), on a également la satisfaction de l’avoir fait soi-même, ce que je trouve vraiment gratifiant.
Et peut-être que grâce à tout ça, on a du coup envie de prendre bien soin des vêtements afin qu’ils durent longtemps…

Enfin, j’ai fini par « désapprendre » presque totalement mes anciennes habitudes et je ne mets plus les pieds dans les enseignes de mode « traditionnelles », à de très très rares exceptions près.
Voilà donc un petit récapitulatif des marques vers lesquelles je me tourne désormais.

J’aime beaucoup Ekyog. Les matières utilisées sont naturelles et on peut avoir des renseignements précis sur la provenance et la fabrication du vêtement que l’on achète. Alors oui, cette marque est chère, non elle ne l’est pas plus que les marques traditionnelles qu’elle concurrence à mon avis (M*je, S*ndro, Le Comptoir des Cot* et compagnie). J’ai plusieurs pièces de cette marque, une seule a été achetée au prix fort. Les soldes mes amis, les soldes…!

Mes jeans sont maintenant principalement de la marque anglaise vegan Monkee Genes qui utilise par exemple du coton bio, des teintures non toxiques, et produit dans des conditions décentes (il me semble par contre malheureusement que ses jeans made in England ont disparu des collections…).
Kuyichi propose aussi pas mal de chose (marque néerlandaise).

Monkee Genes
Monkee Genes

Pour les t-shirts basiques (noir en général pour moi) que je porte aussi bien dessus, que dessous pour me tenir chaud l’hiver, je me tourne vers la marque allemande Living Craft. Là encore, matières bio, pas de pesticides, teintures non toxiques etc…

J’ai même des t-shirts de groupes, achetés aux concerts, qui sont neutres en carbone et produits dans des usines condamnant fermement le travail des enfants (les merveilleux groupes qui estiement que ça fait aussi partie de leur job de faire attention à ça sont Black Rebel Motorcycle Club et Godspeed! You Black Emperor, si vous voulez tout savoir 🙂 )

Pour mes vêtements de nuit, je choisis la marque française Peau Ethique et la marque britannique Luva Huva. Et mes chaussettes sont made in France et viennent de chez l’Archiduchesse !

Pour les baskets, type Converse, mon choix s’est porté sur Ethletic (coton bio, latex naturel).

Et ensuite j’aime beaucoup me tourner vers de petits créateurs français. J’ai des vêtements Lisa Pearl et Rosa Tapioca par exemple (mais il y en également d’autre, comme Phalaenopsis par exemple). Je crois que ma robe noire Lisa Pearl est la pièce que je porte le plus, été comme hiver !
La marque Voriagh a aussi une esthétique et des valeurs qui me parlent.

Et il y a toutes ces autres marques que je n’ai jamais « testées » pour le moment car je n’en avais pas le besoin mais qui proposent à mon avis de belles choses : Misericordia, Juste, Post Diem, Les Chats Perchés, 1083 (France), People Tree, Komodo (UK), Armedangels (Allemagne)…

Donc voilà, c’est possible ! Soyez curieux, soyez créatifs, achetez moins, mais achetez mieux !

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Fashion Revolution Day : le Rana Plaza et après ?"

avatar

Kolibri
Invité
2 années 5 mois plus tôt

Article essentiel… Et plein d’espoir! Parce que oui, il est toujours bon de se rappeler que ce qui peut arriver n’est pas une fatalité: il y a moyen de faire autrement! 🙂 Je suis personnellement une grande fan des friperies, mais il est aussi très agréable de voir que l’on peut acheter neuf et mieux!

Sarah (Renne Beau)
Invité
2 années 4 mois plus tôt

Je découvre plein de petites marques du coup (fan des jeans Monkee genes), et moi qui aimerait consommer plus responsable sans forcément savoir vers quoi me tourner, c’est super utile.
Les friperies c’est chouette, mais en province c’est pas tout le temps fou, c’est dommage.
Je suis moi aussi dans la vague « consommer moins consommer mieux ». En ce moment à vrai dire je n’achète plus du tout de vêtements, j’essaie de vider mon dressing pour avoir un dressing-capsule minimaliste à terme. Je suis en train d’écrire un article sur la question d’ailleurs 🙂

Mag
Invité
1 année 11 mois plus tôt
Bravo Polly pour cet article. On a souvent tendance à oublier le cout humain caché de la mode. En revenant de tour du monde et après avoir pu observer les conséquences de notre société de consommation mais aussi le savoir ancestral de certains artisans, mon ami et moi avons cherché à nous vêtir responsablement. Et effectivement, nous nous sommes vite rendu compte que ce n’était pas facile. Pour pouvoir proposer un shopping alternatif, plus éthique, nous avons lancer notre propre site: http://www.natifs.fr. On peut y trouver des accessoires avec une histoire, qui soutiennent une culture ancestrale, défendent un mode de… Read more »
trackback

[…] En bref : pour plus d’infos, vous pouvez relire mon précédent article à ce sujet par ici. […]

trackback

[…] bref : pour plus d’infos à ce sujet, vous pouvez relire mon précédent article à ce sujet par ici. Le problème principal que je rencontre, c’est le manque de magasins physiques dans ma ville […]

wpDiscuz